Argenteuil (Manet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argenteuil.
Argenteuil
Edouard Manet 003.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Peinture
Dimensions (H × L)
149 × 115 cm
Mouvement
Localisation

Argenteuil est un tableau impressionniste, réalisé en 1874 par le peintre français Édouard Manet (1832-1883). Cette huile sur toile (149 × 115 cm) est d'abord présentée au Salon de Paris de 1875.

Elle est actuellement conservée au Musée des beaux-arts de Tournai, en Belgique.

Description[modifier | modifier le code]

La toile représente un canotier en compagnie d'une jeune femme au bord de la Seine, à Argenteuil (actuellement dans le Val-d'Oise). Le village d'Argenteuil est visible en arrière-plan.

Edouard Manet demande à Claude Monet et son épouse Camille de poser pour le tableau, mais ils ne peuvent garder la pose suffisamment longtemps. Rudolf Leenhoff, beau-frère de Manet, sert alors probablement de modèle pour le canotier, à moins qu'il ne s'agisse du baron Barbier, un ami de Guy de Maupassant. L'identité de la femme est inconnue[1].

Il s'agit, dans l'histoire de l'art, d'une des premières œuvres de Manet méritant pleinement le qualificatif d'impressionniste[2], tant en raison de son sujet naturaliste que de sa facture audacieuse, avec notamment le bleu criard du fleuve, que le journaliste du Figaro Jean Rousseau raille en ces termes : « Au fond, une marmelade d'Argenteuil sur un fleuve d'indigo[3]. »

Réalisation[modifier | modifier le code]

À partir de 1872, Manet se rapproche, par les thèmes de ses toiles et ses couleurs plus vives, du style de Claude Monet et d'Auguste Renoir[4].

Il passe l'été 1874 à Gennevilliers, et rend à cette occasion visite à son ami Claude Monet, qui réside à Argenteuil depuis 1873. Les villages des environs, du bord de Seine, sont alors largement fréquentés par les impressionnistes : outre Manet et Monet, Auguste Renoir s'y rend fréquemment, et Gustave Caillebotte s'est installé au Petit-Gennevilliers[2].

Argenteuil fait partie, tout comme La Famille Monet dans son jardin (1874, New York, Metropolitan Museum of Art) ou Claude Monet peignant dans son atelier (1874, Munich, Neue Pinakothek), des toiles de plein air qu'il réalise durant cet été, au contact de Monet[5].

Philatélie[modifier | modifier le code]

La Belgique a émis un timbre à 0,49 + 0,11 franc représentant le tableau.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Argenteuil, Edouard Manet, artiste peintre Impressionniste.
  2. a et b (es) Christa von Lengerke, Los maestros de la pintura occidental, Taschen, (ISBN 3-8228-4744-5), Del Impresionismo al Art Nouveau, p. 492.
  3. Jean Rousseau, Le Figaro, , cité par Paul Eudel, L'Hôtel Drouot et la curiosité, Volume 7, G. Charpentier, 1885, p. 171. Lire en ligne
  4. (es) P. F. R. Carrassat, Maestros de la pintura, Spes Editorial, (ISBN 84-8332-597-7), p. 218
  5. James H. Rubin (trad. Jeanne Bouniort), Manet : Initiale M, l’œil, une main, Paris, Flammarion, , 416 p. (ISBN 9782081256736), p. 292-298

Références[modifier | modifier le code]

  • (it) L. Venturi, La via dell'impressionismo : da Manet a Cézanne, G. Einaudi, .
  • Émile Zola, Mon salon : Manet. Écrits sur l'art, Garnier-Flammarion, .
  • J. Wilson-Bareau, « L'année impressionniste de Manet : Argenteuil et Venise en 1874 », Revue de l'Art,‎ .
  • P. Bonafoux, De Manet à Caillebotte : les impressionnistes à Gennevilliers, Éditions Plume, .

Lien externe[modifier | modifier le code]