Arenberg-Nordkirchener

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Arenberg-Nordkirchner)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arenberg-Nordkirchener
Région d’origine
Région Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Caractéristiques
Morphologie Poney
Taille 1,20 m à 1,40 m

L′Arenberg-Nordkirchener (allemand : Arenberg-Nordkirchener) est une race de poneys originaire d'Allemagne. Considérée comme extrêmement menacée, elle perdure en effectifs très réduits, de l'ordre de 20 à 25 sujets.

Histoire[modifier | modifier le code]

La race est développée au début des années 1920, sur les terres du duc d'Arenberg en Westphalie, à partir de poneys de Dülmen[1],[2] croisés avec des Koniks et des chevaux lituaniens pour obtenir un poney de selle d'après la version de CAB International[2], ou avec des Panje et des Welsh B selon le guide Delachaux[1], moins fiable.

La race est considérée comme pratiquement éteinte dans les années 1960, puis est dispersée dans les années 1980[2]. Les poneys restants sont présumés tous incorporés dans le poney de selle allemand.

La race était présumée éteinte en 1984, lorsqu'elle est présentée au Berlin International Green Week[3]. En 1995, un très faible nombre d'individus survivants est découvert[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le modèle est celui du poney de selle léger. Il toise de 1,20 m à 1,40 m selon CAB International (2016)[2], le guide Delachaux indiquant une fourchette plus élevée en moyenne, de 1,32 m à 1,40 m[1].

La tête, de profil rectiligne, est portée assez haut sur l'encolure[1]. Le garrot est bien sorti, les pieds sont petits[1].

La robe est généralement baie, alezane, grise, plus rarement souris, avec des marques primitives visibles[1],[2].

Utilisations[modifier | modifier le code]

La race est apte à l'équitation sur poney, entre autres pour le saut d'obstacles[1].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Ce poney est propre à la Westphalie[1]. Depuis 1999, la race perdure en nombre extrêmement réduit, de l'ordre de 20 à 25 individus[4]. L'Arenberg-Nordkirchner est considéré comme étant « en danger critique d'extinction » par la FAO, en 2007[5], année où il ne reste qu'une poignée d'individus[2].

L'Arenberg-Nordkirchner ne figure ni dans l'étude menée par l'université d'Uppsala, publiée en août 2010 pour la FAO[6], ni dans la base de données DAD-IS[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Rousseau 2016, p. 221.
  2. a b c d e f et g Porter et al. 2016, p. 439.
  3. (de) Mathias Vogt, « Der Arenberg-Nordkirchner - Eine bodenständige Kleinpferderasse », Gesellschaft zur Erhaltung alter und gefährdeter Haustierrassen (GEH), (consulté en novembre 2014).
  4. (de) « Arenberg-Nordkirchner », Gesellschaft zur Erhaltung alter und gefährdeter Haustierrassen (GEH) (consulté en janvier 2017).
  5. (en) « Critical Breeds List 2007 », FAO (consulté en avril 2011).
  6. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, .
  7. (en) « Browse by species and country », DAD-IS (consulté en mai 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453), « Arenberg-Nordkirchner », p. 439Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Rousseau 2016] Élise Rousseau (ill. Yann Le Bris), Guide des chevaux d'Europe, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-02437-9), « Arenberg-Nordkirchner », p. 221. Voir et modifier les données sur Wikidata