Ardavan Amir-Aslani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amir et Aslani.
Ardavan Amir-Aslani
Ardavan Amir-Aslami.JPG
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Ardavan Amir-Aslani, né le à Téhéran (Iran), est un avocat franco-iranien. Il est cofondateur du cabinet Cohen Amir-Aslani et l’auteur d’essais et d'ouvrages traitant de relations internationales et de géopolitique du Moyen-Orient.

Il était l’un des principaux avocats de Johnny Hallyday jusqu’à sa mort[1], puis celui de la veuve du rockeur, Laeticia Hallyday, dans l’affaire concernant l’héritage du chanteur[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Maître Amir-Aslani intervient tant en conseil qu'en contentieux, dans différents domaines du droit. Il s’intéresse par ailleurs à la géostratégie du Proche Orient, à la théologie comparée et est régulièrement consulté par des commissions parlementaires françaises et étrangères ainsi que par les commissions des armées sur des sujets ayant traits aux enjeux politiques et géostratégiques du Moyen-Orient. Il dispense un cours s’intitulant « La géopolitique du Moyen-Orient » à l’École de Guerre Economique, située à Paris.

Il est principalement connu du grand public pour sa représentation de Laeticia Hallyday dans la médiatique affaire du testament de Johnny Hallyday.

Distinctions[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Officier de l’Ordre du 27 juin (République de Djibouti)
  • Chevalier de l’Ordre National du Mérite Duarte, Sánchez y Mella (République Dominicaine)
  • Chevalier dans l’Ordre National du Mérite (France)

Études et famille[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ardavan Amir-Aslani a fait ses études à l’American School of Paris (Saint-Cloud) puis à l’Université Paris II Panthéon-Assas et Panthéon-Sorbonne où il a obtenu un Doctorat en droit. Il a été chargé de cours de droits anglais et nord-américain à l’université François-Rabelais de Tours. Il est conférencier à l’École de guerre économique[3].
Son frère, Arsia Amir-Aslani, Docteur ès Sciences, est enseignant-chercheur en sciences de gestion. Il est professeur de stratégie et directeur de programme de l’Advanced Master biotechnology and pharmaceutical management à Grenoble École de management.

En 2012, en hommage à sa mère, passionnée d’histoire de France, Ardavan Amir-Aslani a créé avec La Fondation Napoléon la bourse d’études « Minou Amir-Aslani ».

Carrière juridique[modifier | modifier le code]

Ardavan Amir-Aslani est Avocat au sein du cabinet d’avocats d’affaires Cohen Amir-Aslani.

Conseil des États, il a notamment représenté :

  • le sheikh Isa Bin Ali al-Khalifa, membre de la famille royale de Bahreïn, blanchi après avoir été accusé de corruption dans l’affaire Alba (Aluminium Bahrain)[5].
  • la République d’Irak, depuis 2005, pour laquelle Il a obtenu la saisie du yacht de l’ex dictateur, Saddam Hussein, et pour laquelle il oeuvre à la reconstitution de son patrimoine culturel.
  • Faouzi Lamdaoui, ancien conseiller à la diversité du Président de la République François Hollande, devant le tribunal correctionnel de Paris [6],[7].

Ardavan Amir-Aslani conseillait également le chanteur Johnny Hallyday[8].

Relations au Moyen-Orient et à l’Iran[modifier | modifier le code]

Dans son essai, publié en mai 2013, « Iran – États-Unis : les amis de demain ou l’après Ahmadinejad » aux éditions Pierre-Guillaume Le Roux, Ardavan Amir-Aslani augure un réchauffement des relations entre Téhéran et Washington, qui selon lui, serait bénéfique pour les deux pays.

En mars 2013, il publie « Iran et Israël, Juifs et Perses » aux éditions « Nouveau Monde », un ouvrage qui retrace les grandes dates des relations entre Iraniens et Israéliens. Dans ce livre, Ardavan Amir-Aslani analyse aussi bien la vision des Iraniens juifs, vivant en Iran, que celle des Israéliens d’origine iranienne, amenant ainsi un éclairage nouveau sur les relations entre Téhéran et Jérusalem.

Ardavan Amir-Aslani est l’auteur du livre « Iran, le retour de la Perse » paru en février 2009 aux éditions Picollec où il présente les grands enjeux du Moyen-Orient et dépeint par anticipation le rôle que l’Iran pourrait jouer très prochainement dans les relations internationales.

Dans cet ouvrage, il démontre la nécessité d’un Iran fort, puissance régionale stabilisatrice. Il y soutient l’idée d’une unité nationale autour du programme nucléaire iranien et qu’une action militaire contre l’Iran représente une menace de guerre sans fin avec le Monde arabo-musulman alors que l’idée d’un Iran nucléarisé est intégrée par l’Occident.

Géopolitique et faits religieux[modifier | modifier le code]

Son dernier ouvrage : « L’âge d’or de la diplomatie algérienne » publié en octobre dernier, aux éditions du Moment, s’inscrit dans un contexte dominé par la Guerre froide, la dégradation des relations franco-algériennes et par deux conflits au Moyen-Orient – la guerre des Six-Jours en 1967 et la guerre du Kippour en 1973. C’est également l’époque des dernières grandes figures révolutionnaires, d’Ernesto Che Guevara (Cuba) à Nelson Mandela (Afrique du Sud) en passant par Amilcar Cabral (Guinée-Bissau et Cap-Vert) ou encore Samora Machel (Mozambique). Un ouvrage qui retrace les succès mais aussi les revers de cette riche période de la diplomatie algérienne.

Dans ce livre, Ardavan Amir-Aslani apporte des informations originales et un éclairage inédits à destination des nombreux lecteurs passionnés par l’histoire de l’Algérie et sa place dans le monde.

Dans son livre « La Guerre des Dieux, géopolitique de la spiritualité », édité par « Nouveau Monde » - novembre 2011, Ardavan Amir-Aslani défend la thèse que les religions sont désormais au centre de la géopolitique mondiale et qu’elles seront le moteur des conflits des 30 années à venir. Ce livre a également été traduit en anglais sous le titre « Islam and the West, The Geopolitics of Faith » (2013, Enigma Books).

Il s’interroge donc sur l’avenir des Printemps arabes. Pour lui, l'opinion a découvert que les seuls groupes organisés capables de prendre la suite des dictatures arabes étaient ceux qui prônaient l'Islamisme radical.

Il considère que de nombreux conflits doivent être abordés à l’aune du fait religieux. En Syrie, impossible de comprendre la guerre civile qui déchire le pays sans analyse de ses divisions religieuses : La minorité Alaouites n'est pas pressée de partager le pouvoir.

Ardavan Amir-Aslani livre régulièrement ses analyses dans la presse sur des questions d’actualité : Bahreïn une bombe à retardement, L'islamisation de la Turquie refroidit ses relations avec Israël, Libye: aventurisme ou amateurisme ?, Pourquoi le printemps arabe ne sera pas celui des Perses ? La guerre sunnites/chiites de moins en moins froide, Négociations sur le nucléaire iranien, Le pouvoir iranien en voie d'implosion...

Ardavan Amir-Aslani a co-animé une conférence à l’Institut Montaigne en octobre 2015 .

Articles juridiques[modifier | modifier le code]

Ardavan Amir-Aslani a publié notamment : Le refus et la déchéance de la nationalité française, Les juges et le port des signes religieux à l'école [9], Refus d'assurance et de crédit aux personnes malades [10], La justice des mineurs [11], L’hébergement sous tentes des demandeurs d’asile, Immigration: Les mesures d’éloignement des étrangers malades [12], La répression de propos racistes sur Internet [13].

Par ailleurs, il est l’auteur d’une centaine d’articles sur le droit des affaires en général et le droit international en particulier. Il est régulièrement invité à s’exprimer dans des conférences portant sur le droit international public et privé et a participé à la rédaction d’une collection d’ouvrages portant sur le recouvrement de créances internationales (« Debt Recovery in Europe » aux Éditions Helbing Lichtenhahn Verlag).

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marine Madelmond, « Qui est Ardavan Amir-Aslani, l'avocat de Laeticia Hallyday, qui conseillait Johnny Hallyday depuis des années ? », Gala.fr,‎ (lire en ligne).
  2. Marine Madelmond, « Qui est Ardavan Amir-Aslani, l'avocat de Laeticia Hallyday, qui conseillait Johnny Hallyday depuis des années ? », Gala.fr,‎ (lire en ligne).
  3. www.ege.fr
  4. Le Point, 24 novembre 2011
  5. Financial Times, 1er novembre 2011
  6. http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0T61UY20151117
  7. http://www.leparisien.fr/argenteuil-95100/argenteuil-la-procedure-contre-l-ex-conseiller-de-hollande-annulee-17-11-2015-5286245.php
  8. Gala, 2 mai 2011/Capital.fr, 22 décembre 2011
  9. La Gazette Santé Social.fr/ Groupe Le Moniteur, novembre 2008
  10. La Gazette Santé Social.fr / Groupe Le Moniteur, juin 2009
  11. La Gazette Santé Social.fr / Groupe Le Moniteur, janvier 2009
  12. La Gazette Santé Social.fr / Groupe Le Moniteur, juin 2011
  13. La Gazette Santé Social.fr / Groupe Le Moniteur, octobre 2011
  14. Amazon.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]