Arcs de Claude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arcs de Claude
Image illustrative de l'article Arcs de Claude
Arc de Claude de 46, gravure de Piranèse.

Lieu de construction Champ de Mars
Date de construction 1. 46 ap. J.-C.
2. Entre 51 et 52 ap. J.-C.
3. Après 41 ap. J.-C.
Ordonné par Claude
Type de bâtiment Arcs de triomphe
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Arcs de Claude
Localisation des arcs dans la Rome Antique (en rouge)

Coordonnées 41° 53′ 58″ Nord 12° 28′ 52″ Est / 41.899317, 12.481097
Liste des monuments de la Rome antique

Les trois arcs de Claude (en latin : Arcus Claudii) sont des arcs triomphaux du Ier siècle construits pour commémorer les victoires de l'empereur Claude contre les Barbares.

Premier arc[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

L'arc est situé au pied du Quirinal, près du Forum Suarium, à l'est de la Via Flaminia[1]. Il est encore debout au début du XXe siècle, à l'entrée de la Via del Nazareno[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet arc est à l'origine l'une des voûtes de l'Aqueduc Virgo qui enjambe une rue et qui est transformée en arche monumentale en l'an 46 ap. J.-C. alors que Claude fait restaurer la portion de l'aqueduc qui a été détériorée lors des travaux de construction de l'amphithéâtre de Caligula comme nous l'apprend son inscription dédicatoire.

TI CLAVDIVS DRVSI F CAESAR AVGVSTVS GERMANICVS
PONTIFEX MAXIM TRIB POTEST V IMP XI P P COS DESIG IIII
ARCVS DVCTVS AQVAE VIRGINIS DISTVRBATOS PER C CAESAREM
A FVNDAMENTIS NOVOS FECIT AC RESTITVIT

Transcription : Ti(berius) Claudius Drusi f(ilius) Caesar Augustus Germanicus / pontifex maxim(us) trib(unicia) potest(ate) V imp(erator) XI p(ater) p(atriae) co(n)s(ul) desig(natus) IIII / arcus ductus Virginis disturbatos per C(aium) Caesarem / a fundamentis novos fecit ac restituit.
Traduction : Tiberius Claudius, fils de Drusus, Caesar Augustus Germanicus, pontifex maximus, investi de la puissance tribunitienne pour la cinquième fois, acclamé Imperator pour la onzième fois, père de la Patrie, consul désigné pour la quatrième fois, a reconstruit et restauré depuis ses fondations les arches de l'Aqua Virgo, endommagées par Caligula[3].

Deuxième arc[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Il fait également partie de l'Aqueduc de l'Aqua Virgo et enjambe la Via Flaminia[4] sur le Champ de Mars, juste au nord des Saepta Iulia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet arc est édifié par Claude sur décision du Sénat[a 1] vers 51 ou 52 ap. J.-C. pour commémorer ses victoires en Bretagne[5],[1]. Des pièces de monnaies frappées vers 46 ou 47 puis en 49 montrent déjà une représentation de l'arc alors que celui-ci n'est pas encore construit. Il semble être déjà en ruine aux alentours du VIIIe siècle. Des fragments de l'arc sont retrouvés en 1562, 1641 et 1869, dont une partie de la grande inscription de l'attique[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'arc est surmonté par une statue équestre entourée de deux trophées et des statues de nombreux membres de la famille impériale ornent le monument. Des fragments de reliefs mis au jour près du Palazzo Sciarra, identifiés d'abord comme des reliefs de l'autel de la Piété, ont récemment été interprétés comme décorant l'arc de Claude. On y voit des scènes de combat, probablement une représentation de la campagne de Bretagne, un temple et une Vestale, probablement faisant partie de la représentation de la célébration de la victoire à Rome[1]. L'inscription dédicatoire, dont un fragment seulement a été conservé, trouvé dans le même contexte que les reliefs, a pu être reconstituée grâce à deux autres inscriptions célébrant le même évènement retrouvées à Boulogne-sur-Mer (point de départ des campagnes de Claude en Bretagne) et à Cyzique.

Reconstitution possible de l'inscription, Musée de la Civilisation romaine, EUR, Rome.
TI CLAVDIO DRVSI F CAISARI
AVGVSTO GERMANICO
PONTIFICI MAXIM TRIB POTESTAT XI
COS V IMP XXII CENS PATRI PATRIAI
SENATVS POPVLVSQVE ROMANVS QVOD
REGES BRITANNORVM XI DEVICTOS SINE
VLLA IACTVRA IN DEDITIONEM ACCEPERIT
GENTESQVE ARBARAS TRANS OCEANVM
PRIMVS INDICIONEM POPVLI ROMANI REDEGERIT

Traduction : Le Sénat et le Peuple romain à Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus, fils de Drusus, Grand Pontife, détenteur de la puissance tribunitienne onze fois, consul cinq fois, acclamé Imperator vingt-deux fois, censeur, père de la Patrie, parce qu'il a reçu la soumission de onze rois des Britons défaits sans perte, et pour avoir le premier amené des peuples barbares d'au-delà l'Océan sous la domination du Peuple romain.

Troisième arc[modifier | modifier le code]

Le dernier arc aurait été construit en l'honneur des victoires de Claude contre les Germains, les Cauchi et les Chattes[a 2]. Il est représenté plusieurs fois sur des pièces frappées en 41 ap. J.-C. avec la mention de Germanis[7]. L'arc devait se trouver sur le Champ de Mars mais sa localisation précise est inconnue[2], il est même possible que cet arc n'ait jamais été construit, les pièces de monnaie ayant été frappé sur la base d'un simple projet de construction comme cela arrive souvent[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. a, b et c Richardson 1992, p. 24.1.
  2. a, b et c Platner et Ashby 1929, p. 35-36.
  3. Coarelli 2007, p. 257.
  4. Duret et Néraudau 2001, p. 270.
  5. Coarelli 2007, p. 255.
  6. Hill 1989.
  7. a et b Richardson 1992, p. 24.2.
  • Sources antiques :
  1. Dion Cassius, Histoire romaine, LX, 22, 1
  2. Dion Cassius, Histoire romaine, Livre LX, 8, 7

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Londres, Oxford University Press, , 608 p.
  • (en) P. V. Hill, The Monuments of Ancient Rome as Coin Types,
  • (en) Filippo Coarelli, Rome and environs : an archaeological guide, University of California Press, , 555 p. (ISBN 978-0-520-07961-8)
  • Luc Duret et Jean-Paul Néraudau, Urbanisme et métamorphose de la Rome antique, Les Belles Lettres, coll. « Realia »,
  • (en) L. Richardson, A New Topographical Dictionary of Ancient Rome, Johns Hopkins University Press, , 488 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Plan intemporel du Champ de Mars central