Arconciel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arconciel
Blason de Arconciel
Héraldique
Vue du village d'Arconciel.
Vue du village d'Arconciel.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
District Sarine[1]
Syndic Rotzetter
NPA 1732
N° OFS 2171
Démographie
Gentilé Arconcelois
Population 782 hab. (31 décembre 2013)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 46″ N 7° 07′ 28″ E / 46.746113, 7.12445146° 44′ 46″ Nord 7° 07′ 28″ Est / 46.746113, 7.124451
Altitude 731 m (min. : 619 m) (max. : 874 m)
Superficie 617 ha = 6,17 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Arconciel

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Arconciel

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Arconciel
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Arconciel (Arkonhyi Écoutez en patois fribourgeois[4]) est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Sarine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Arconciel mesure 617 ha[3]. 8,5 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 57,8 % à des surfaces agricoles, 30,8 % à des surfaces boisées et 2,9 % à des surfaces improductives[3].

Arconciel est limitrophe de Corpataux-Magnedens, Épendes, Marly, Rossens, Senèdes et Treyvaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Seigneurie d'Arconciel.

À l'origine Illens, Arconciel, Farvagny et Sales (aujourd'hui Épendes) faisaient partie du comté de Thyr. Conon, comte d'Oltingen, qui avait succédé à son père Bucco en 1082, en avait reçu l'investiture de l'empereur germanique Henri IV. Par héritage cette seigneurie revint à Guillaume II de Bourgogne, dit Guillaume l'Allemand, petit-fils de Conon d'Oltingen. Guillaume II de Bourgogne avait dans sa suite plusieurs seigneurs qui l'avaient suivi lors de sa prise de possession du comté de Bourgogne. Parmi ces chevaliers figurait un nommé Ulrich qui fondera la famille de Glâne et héritera des Oltingen la seigneurie d'Arconciel. Ulrich eut, entre autres, deux fils, Pierre et Philippe, tous deux massacré avec Guillaume III de Bourgogne dans l'Abbatiale de Payerne en 1127. Après le massacre de son père et de son oncle Guillaume de Glâne décidait d'entrer dans les ordres. Il faisait démolir le manoir en ruine de ses ancêtres et utilisait les matériaux pour la construction de l'abbaye d'Hauterive en 1138 où il finira sa vie. Ses biens avaient été partagé entre ses quatre sœurs, Emma, l'aînée, qui avait épousé Rodolphe Ier de Neuchâtel, apportait à son époux les seigneuries d'Arconciel, d'Illens et les terres de Vully, la seconde Ita se mariait en Tarentaise, la suivante, Juliane épousait Guillaume de Montsalvens, apparenté aux Gruyère, et la dernière, Agnès, devenait la femme de Rodolphe Ier de Gruyère. La seigneurie d'Arconciel devait restée dans la Maison de Neuchâtel :

Dans la branche ainée en premier lieu (Rodolphe Ier de Neuchâtel puis Ulrich II de Neuchâtel suivi par Rodolphe II de Neuchâtel tous titrés entre autres seigneur d'arconciel) avant de passer dans la branche cadette en la personne d'Ulrich III de Neuchâtel et enfin dans celle d'Aarberg par le fils de ce dernier Ulrich IV de Neuchâtel-Aarberg et son petit-fils Guillaume de Neuchâtel-Aarberg.

Guillaume de Neuchâtel-Aarberg, vers 1292/96, vend la seigneurie d'Arconciel à Nicolas d'Englisberg, époux d'Agnès de Gruyère (fille de Pierre de Gruyère-Montsalvens et de Guillemette de Grandson et petite fille de Pierre II de Gruyère). Le fief d'Arconciel devait revenir dans la famille de Neuchâtel en la personne de Pierre de Neuchâtel-Aarberg qui épousera Luquette fille de Pierre IV de Gruyère. Celle-ci la vendra à Antoine de La Tour-Châtillon en 1377.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Arconciel compte 782 habitants en 2013[2]. Sa densité de population atteint 126,7 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Arconciel entre 1850 et 2008[5] :

Église paroissiale[modifier | modifier le code]

Porte de l'église en fer-forgé

L'aspect actuel de l'église d'Arconciel relève en grande partie des travaux menés durant le dernier quart du XIXe siècle et réalisés à partir des plans dessinés par le curé-architecte Ambroise Villard ; elle contient un orgue historique de 1883 construit par la Manufacture Spaich de Rapperswil ainsi que deux vitraux signés de Röttinger (Zurich, 1874), dans le chœur. La porte d'accès à la nef est réalisée en fer forgé.

Bourgeoisie[modifier | modifier le code]

Dix familles sont bourgeoises de la commune d'Arconciel : les Baumann, les Biolley, les Bulliard, les Dousse, les Gross, les Kolly, les Nasel, les Paracchini, les Python et les Trinchan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 15 décembre 2008)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2013 », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Dictionnaire-Dikchenéro: Français-Patois/Patê-Franché. Société cantonale des patoisans fribourgeois. Fribourg: 2013. p. 61
  5. [xls] « Evolution de la population des communes 1850-2000: Canton de Fribourg », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 20 décembre 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :