Archie Comics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Archie Comics

Archie Comics est un éditeur américain de comic books fondé en 1939 sous le nom de MLJ Comics. Alors qu'à l'origine il ne se distingue pas des autres éditeurs en proposant des comics avec des super-héros et des récits d'aventure, en 1941 il propose, dans Pep Comics no 22, les aventures d'un lycéen Archibald Andrews, surnommé Archie, créé par John L. Goldwater, Vic Bloom et Bob Montana. Archie devient rapidement très populaire et y gagne son propre comic book. Pour attirer les lecteurs, MLJ est rebaptisé en Archie Comics en 1945.

Lorsque les lecteurs de comics se détachent des super-héros, Archie Comics se concentre sur son personnage emblématique et étoffe sa collection de titres mettant en scène soit Archie, soit ses amis lycéens, ses fiancées ou encore des personnages secondaires mais liés d'une façon ou d'une autre à Archie. Quelques comics dans le même style, comme Sabrina, l'apprentie sorcière (en) ou Josie et les Pussycats, sont aussi proposés et durent alors que quelques essais de comics de super-héros durant l'âge d'argent des comics se soldent par des échecs. À côté de ses créations Archie Comics a aussi publié des adaptations de dessins animés comme Les Pierrafeu ou de jeux vidéo comme Sonic the Hedgehog.

Histoire[modifier | modifier le code]

Archie Comics est issu de l'éditeur Columbia (en) qui publiait des romans de gare.

La société est créée en 1939 sous le nom de MLJ Comics (des initiales de ses fondateurs : Maurice Coyne, Louis Silberkleit, et John L. Goldwater). L'éditeur publie d'abord quatre comics qui, sous des couvertures montrant des super-héros, proposent des bandes dessinées de genres variés passant de l'humour à l'aventure. Les quatre titres sont Blue Ribbon Comics, Top-Notch Comics, Zip Comics avec Steel Sterling comme super-héros récurrent et Pep Comics avec The Shield le premier super-héros patriote (qui devance de quelques mois la création de Captain America)[1]. Pour profiter de l'engouement pour le genre depuis la création de Superman, d'autres super-héros sont aussi créés comme The Comet, The Hangman ou Roy the Superboy[2].

En septembre 1941 sont publiées, dans le comics Zip Comics no 18 les aventures d'un adolescent baptisé Oswald. Le personnage ne rencontre pas un grand succès mais il ouvre la voie au personnage majeur qui va transformer la société MLJ : Archie Andrews[3]. En décembre 1941, dans Pep Comics no 22, apparaît ce personnage d'Archibald « Archie » Andrews, créé par John L. Goldwater, Vic Bloom au scénario et Bob Montana au dessin. Cette série naïve et bon enfant, qui cherche à récupérer un peu du succès des films dans lesquels jouent Mickey Rooney (notamment ceux d'Andy Hardy (en)) raconte les aventures d'une bande d'adolescents du Massachusetts[4]. Très populaire, le personnage obtient sa propre série, Archie Comics en 1942. En 1945, MLJ prend le nom de son comics le plus populaire et devient Archie Comics[1]. Le nom du comics est ensuite simplifié en Archie[5].

Après la fin de la guerre le marché des comics de super-héros s'effondre. Les éditeurs diversifient leurs productions et sont publiés alors des comics policiers, des comics d'horreur, des romance comics, etc[6]. Archie Comics préfère se consacrer à sa série Archie et à des séries dérivées, écrites le plus souvent par Dan DeCarlo, comme Sabrina, l'apprentie sorcière (en), Josie et les Pussycats, Betty and Veronica ou encore Cheryl Blossom[1].

Le retour des super-héros qui marque le début de l'âge d'argent des comics amène le lancement par Archie Comics de nouvelles séries comme The Fy, créé par Joe Simon et Jack Kirby en 1959[7] ou la recréation d'anciennes stars de l'éditeur comme The Shield. Une collection particulière est créée pour ces comics, The Archie Adventure Series mais aucun d'entre eux ne connaît le succès. Aussi en 1967 paraît le dernier comics de cette ligne[1].

Ainsi, en dehors d'essais sporadiques pour lancer des séries ne se situant pas dans le monde d'Archie Andrews, qui se soldent toujours par des échecs, Archie Comics se cantonne aux comics humoristiques. En dehors des séries liées à Archie, il publie des adaptations de dessins animés destinés aux enfants comme Les Pierrafeu, Scooby-Doo, Tortues ninja ou de jeux vidéo comme Sonic the Hedgehog[1].

La série Archie et ses à-côtés ont été adaptés sur divers médias : feuilleton radiophonique, série animée ou live (Sabrina, l'apprentie sorcière), mais aussi chanson (avec le groupe The Archies (en), qui interprète Sugar Sugar (en), chanson qui connaîtra un succès mondial).

Influences[modifier | modifier le code]

Les Archie Comics ont, entre autres, énormément influencé les frères Jaime et Gilbert Hernandez, qui reprennent notamment ce style dans Love and Rockets[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Don Markstein, « Don Markstein's Toonopedia : Archie (MLJ) Comics », sur www.toonopedia.com, Don Markstein,‎ (consulté le 4 octobre 2015)
  2. (en) Shirrel Rhoades, A Complete History of American Comic Books, Peter Lang,‎ , 353 p. (ISBN 1433101076, lire en ligne), p. 26
  3. Booker 2010, p. 518
  4. (en) Don Markstein, « Don Markstein's Toonopedia : Archie », sur www.toonopedia.com, Don Markstein,‎ (consulté le 5 octobre 2015)
  5. Booker 2010, p. 34
  6. (en) Gina Misiroglu, The Superhero Book : The Ultimate Encyclopedia Of Comic-Book Icons And Hollywood Heroes, Visible Ink Press,‎ , 725 p. (ISBN 1578591546, lire en ligne)
  7. (en) Mark Evanier, « More Than Your Average Joe », The Jack Kirby Collector, TwoMorrows Publishing, no 25,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  8. Booker 2010, p. 282

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Benton, « Archie Comic Publications, INC./MLJ », The Comics Book in America. An Illustrated History, Dallas : Taylor Publishing Company, 1989, p. 93-95.
  • (en) M. Keith Booker, Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels, ABC-Clio,‎ , 763 p. (ISBN 978-0-313-35746-6, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article