Liste des archevêques d'Arles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Archevêque d'Arles)
Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente les différents archevêques d'Arles depuis les origines antiques de l'archidiocèse d'Arles jusqu'à sa suppression à la Révolution le .

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • 456-461 : Augustal, évêque parfois évoqué; ne figure pas sur les diptyques épiscopaux, mais référencé dans la GCN (ap.455-av.462).
  • 461-484 : Léonce
  • 485-502 : Éon
  • 502-502 : Johannes, appelé aussi, selon certaines classifications, Jean Ier. Bien que non connu, cet archevêque est mentionné sur les diptyques épiscopaux.
  • 502-542 : Césaire
  • 543-543 : Presaius ; non connu, mais mentionné sur les diptyques épiscopaux[1]. Klingshirn dans son ouvrage sur Cesaire d’Arles signale que rien ne peut prouver ou non l’existence de Presaius[9].
  • 543-546 : Auxanius, appelé aussi Osanius.
  • 546-551 : Aurélien
  • 552-586 : Sapaudus
  • 586-588 : Licerius ; mort de la peste.
  • 588-588 : Paschasius, appelé aussi Paschase  ; bien que figurant sur les diptyques épiscopaux, son existence est contestée.
  • 588-610 : Virgile
  • 610-613  : Cyprianus ; il ne figure pas sur les diptyques épiscopaux[1], mais est mentionné après Florianus par Charles-Louis Richard[10] et avant cet archevêque dans la GCN[11]. Dans ces documents, il n’est toutefois pas appelé archevêque. Enfin Jean-Pierre Papon qui le situe après Florien, en critique l'existence[12].
  • 613-614 : Florien ; mentionné comme successeur de Virgile dans les diptyques.
  • 632-650 : Theodose ou Theodosius ; suspendu de ses fonctions par le concile de Chalon-sur-Saône, en 650.
Les diptyques signalent ensuite deux Jean successifs qui pourraient ne faire qu'un seul et même prélat. Cette hypothèse est en général retenue
  • 651-675 : Jean Ier, Jean II ou Jean III selon la classification retenue.
  • ............ : Anastasius ; non connu, mais mentionné sur les diptyques épiscopaux[1]. Gilles Duport rapporte sans y accorder de crédit les affirmations non sourcées du chanoine Saxi concernant cet archevêque ; d’après ce dernier Anastase aurait succédé à Felix (ce qui est faux) et serait mort en 690. Toutefois les raisons pour lesquelles Duport rejette les affirmations du chanoine (les invasions sarrasines), sont également erronées car les Sarrasins ne seront pas en Provence avant le milieu des années 710[13].
  • ............ : Austrobertus; non connu, mais mentionné sur les diptyques épiscopaux[6]
  • 679-682 : Felix ; bien que connu, cet archevêque ne figure pas sur les diptyques épiscopaux.
  • 683- ..... : Wolbertus, probablement le premier d'origine franque; La GCN indique Wibertus ou Vulberti
À côté d’informations qui semblent manifestement fausses (ordre Walbertus, Austrobert), le chanoine Saxi mentionne un archevêque ne figurant pas sur les diptyques (Paul Gemmin) et une chronologie datée pour les suivants jusqu’à Ratbertus qu’il fait mourir en 745[14]. En absence d'autres informations, ces dates, hormis pour celles de Ratbertus, sont reprises ici.
Après Ratbertus, le chanoine Saxi indique une liste chronologique d'archevêques semblable à celle des diptyques ; en revanche les dates qu'il mentionne, avec une mort supposée de Ratbertus en 745, ne peuvent toutefois, être retenues[16].
Toutefois le chanoine Pierre Saxi, place ici deux archevêques : Ugo de 995 à 997 et Almaric de 997 à 1005[19], tous deux non inscrits sur les diptyques épiscopaux.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Armes des Adhémar de Monteil de Grignan.
Armes de Jean-Marie du Lau.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Cf. GCN - [T.III], Arles (archevêques, conciles, prévôts, statuts) accessible ici sur Gallica
  2. Gallia christiana novissima - (T.III) : Arles (archevêques, conciles, prévôts, statuts), page 12, n° 11:
    ; ac postquam sanctus Dionisius Parisium adiit et ....
  3. a, b, c et d Jean-Maurice Rouquette (sous la direction de) - ARLES, histoire, territoires et cultures, page 227.
  4. Gallia christiana novissima - (T.III) : Arles (archevêques, conciles, prévôts, statuts)], page 12
  5. Toutefois ce nom a été ajouté sur ces listes primitives, sur la première, entre Trophime et Regulus et sur la seconde, entre Regulus et Marinus (CGN, page1)
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Ibidem
  7. a et b Louis Duchesne - Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule - Elibron Classics, 2002 - Tome1, page 246 :
    Plus loin, les noms Ambrosi, Martini, Augustini, Geronimi (celui-ci, il est vrai, de seconde main), se présentent dans la série à une hauteur qui correspond sensiblement à la date où moururent les célèbres évêques saint Ambroise, saint Martin, saint Augustin. On est porté à soupçonner que c’est d’eux qu’il s’agit et non point d’évêques d’Arles homonymes.
  8. Louis Duchesne - Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule - Elibron Classics, 2002 - Tome1, page 246.
  9. William E. Klingshirn - Caesarius of Arles : The Making of a Christian Community in Late Antique Gaul - Cambridge University Press, 1994 – (ISBN 0521528526), page 86 ici.
  10. Charles-Louis Richard - Bibliothèque sacrée, ou Dictionnaire universel historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques – 1827 – page 69 ici
    Cyprien, qui persuada au roi Sigebert de ne point contraindre Frédeburge à l'épouser.
  11. GCN - [T.III], Arles (archevêques, conciles, prévôts, statuts), no 173 et 174, page 71 ici
  12. Jean-Pierre PaponHistoire générale de Provence – page 303 ici
  13. Gilles Duport - Histoire de l'Église D'Arles - 1690 – page 153 : ici :
    Monsieur Saxi croit qu'Anastase fut mis à la place de Felix et qu'après avoir gouverné l'Église d'Arles jusqu'en 690. Il mourut ; et qu'Austrobert ayant esté son Successeur, tint ce Siege jusqu’au commencement du huitiène siècle. Mais comme il n’en rapporte aucune preuve, je pense que cela est fort douteux, & qu'on a lieu de craindre que le Siege d'Arles vacquât depuis la mort de Felix Second jusqu'à Elifant, à cause des fréquentes invasions des Sarrazins dans les Gaules, et des guerres civiles qui y furent en ce temps-là.
  14. Gilles Duport - Histoire de l'Église D'Arles -1690 – pages 154 et 155 : ici
    Monsieur Saxi croit que Valbertus succéda à Auftrobert en 701 & qu'il mourut en 705. Après sa mort Aurelien II fut mis en place, & décéda en 710. il eut pour Successèur Saint Policarpe, qui gouverna l'Eglife d'Arles jusqu'en 720. Martin III ayant succédé à ce grand Saint, n'occupa le Siege de cette Ville que 5 ans. Protase lui ayant succédé vécut jusqu’en 730, Paul Gemmin ayant esté le Successeur de Protase, fit rétablir le Sepulcre de Saint Cesaire que les Sarrazins avoient ruiné. Après la mort de Paul Gemmin qui arriva en 737. lnnodius ayant été mis en sa place, ne gouverna l'Eglife d'Arles qu'un an. Georges lui ayant succédé en 738. cette Ville fut prise par les Sarrazins, qui ravageant toute. la Provence, furent cause que les Prelats & les Ecclesiastiques de ce Pais se cacherent pour sè dérober à leur fureur. Georges mourut en 740. Ratbertus lui succéda, & ne fut Archevêque d'Arles que cinq ans, puisqu'il décéda en 745.
  15. Michel Baudat et Claire-Lise Creissen, Les saints d'Arles, Rencontre avec le Patrimoine religieux, (ISBN 978-2-911948-38-1), p. 152
  16. Gilles Duport - Histoire de l'Église D'Arles -1690 – page 155 : ici
    Ratbertus mort, on élut Kavillanus pour son Successeur à l'Archevêché d'Arles, qu'il gouverna jusqu'en 760. & après son decés Wilimaris lui ayant succédé, trépassa en 770. On mit à sa place Vviliaris, qui ne fut Archevêque de cette Ville que 10 ans, puisqu'il mourut en 780. Enfin Monsieur Saxi dit qu'Arladis Successeur de Vviliaris, ne gouverna l'Eglife d'Arles que 5 ans. S'il y avoit eu quelque chose de plus certain de ces Prelats, il n'eu pas manqué de le rapporter.
  17. Jean-Pierre Papon - Histoire générale de Provence - Publié par Moutard, 1777 – page 306 ici
  18. Jean-Pierre Papon - Histoire générale de Provence - Publié par Moutard, 1777 – page 306 ici
    ... le siège d'Arles demeura vacant pendant un an, après lequel, Pons, évêque d'Orange, fut nommé pour le remplir; mais il ne prit pas possession.
  19. Gilles Duport - Histoire de l'Église D'Arles -1690 – pages 167 et 168 ici :
    Monsieur Saxi dit qu’Udo fut en 995 mis à la place d’Anno, et qu’il gouverna l’Église d’Arles jusqu’en 997. Il ajoute qu’Almaric lui succéda, et qu’il mourut en 1005. Mais comme cet illustre Chanoine n’en rapporte aucune preuve, je n’en parle point, non plus que les Messieurs de Sainte Marthe.
  20. Martin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet - La Provence au Moyen Âge, page 46 :
    les légals pontificaux, Hugues de Die et Richard de Millau, abbé de Saint-Victor, le déposent sans doute davantage pour son parti pris favorable à Henri IV et à l'antipape Clément III que pour l'irrégularité de son accession à l'épiscopat.
  21. Atton serait issu de la famille de Bruniquel et neveu par sa mère de Richard de Milhaud archevêque de Narbonne, cf. Joseph Vaissète - Histoire générale de Languedoc (1841), page 44.
    On prétend qu'Aton archevêque d'Arles étoit de la maison des vicomtes de Beziers; mais on n'en donne point de preuve, et nous n'en avons trouvé aucune dans un grand nombre de titres de cette maison que nous avons vus. Ce ne peut être donc qu'une conjecture fondée sur le nom de ce prélat, fort usité dans la maison de ces vicomtes. On pourrait appuyer cette conjecture sur ce qu'Aton fit de fréquens voyages dans la province, où on le trouve souscrit dans plusieurs actes. Mais nous sommes persuadez qu'il n'étoit qu'allié des vicomtes de Beziers, qu'il étoit de la maison des vicomtes de Bruníquel, et neveu par sa mère de Richard de Milhaud archevêque de Narbonne. Ce dernier, qui se dit parent ( consanguineus ) et ami de Bernard-Aton vicomte de Beziers, avoit en effet, en 1112, un neveu appelle Atón : enfin Atón archevêque d'Arles, vécut dans une très-grande union avec Richard archevêque de Narbonne, et passa une partie de sa vie auprès de lui. Le crédit qu'avoit celui-ci en Provence, où il avoil été abbé de S. Viclor de Marseille, et où Douce sa petite nièce étoit comtesse d'Arles, aura beaucoup contribué sans doute à faire élire Aton son neveu archevêque de cette ville.
  22. Jean-Pierre Papon - Histoire générale de Provence, page 308 ici :
    Les auteurs du Gall.Christ. Mettent Guérin [NDLR / dit aussi Garin] & Raymon I après Gibelin. Mais bien loin qu'on ait des preuves de leur épiscopat, il est à croire que ces deux évêques n'ont jamais siégé.
  23. GCN - [T.III], Arles (archevêques, conciles, prévôts, statuts) accessible ici sur Gallica
  24. Jean-Pierre Papon - Histoire générale de Provence, page 309, ici
    « Sylvius assista aux noces de l'empereur Frédéric Barberousse et de Béatrix de Bourgogne, célébrées en 1156. Deux modernes prétendent, que c'est à tort qu'on l'accuse d'avoir favorisé le parti de l'anti-pape Octavien, contre Alexandre III. Cependant il n'est pas permis d'en douter, puisqu'il adhéra au concile de Pavie en 1160, comme on peut le voir dans les conciles de Labbe, tome. 10, p. 1392. On croit qu’il siégea jusqu’en 1163 »
  25. Martin Aurell - Actes de la famille Porcelet (972-1320), acte no 123, daté de mars 1159
  26. LE PALAIS ARCHIEPISCOPAL D'ARLES, page 8 :
    La durée moyenne de fonction des archevêques a été calculée, en excluant les archiépiscopats inférieurs à une année (Hughes I, Melchior de Brunswick, Raimond III...) qui ont quitté prématurément leurs fonctions (mort...) car ceux-ci ne sont pas représentatifs : De Raimond I de Montredon à Jean III Baussan (l142-1258) : durée moyenne de 15,7 ans ; De Bertrand I Malferrat à Artaud de Mélan (1258-1410) : moyenne de 7,6 ans ; De Jean VI Allarmet de Brogny à Jean Ferrier II (1410-1550) : moyenne de 17,6 ans.
  27. Date où Pedro de Luna est chassé d'Avignon.
  28. Jean-Pierre Papon - Histoire générale de Provence, page 314 : ici.
  29. Joseph Hyacinthe Albanés - Gallia christiana novissima, page 749, n°1737
  30. Joseph Hyacinthe Albanés - Gallia christiana novissima, page 750, n°1747
  31. Joseph Hyacinthe Albanés - Gallia christiana novissima, page 751, n°1752
  32. Jeaun-Maurice Rouquette - ARLES, histoire, territoires et cultures, page 637