Archer d'Amesbury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’archer d'Amesbury est le nom donné à un homme contemporain de l’âge du bronze dont la tombe a été découverte près d'Amesbury dans le Wiltshire. Son surnom provient du fait qu'une partie des objets retrouvés représentent «un des équipements d'archers les plus complets jamais découverts»[1].

Une importante découverte[modifier | modifier le code]

La tombe de l'Archer exposée au Musée de Salisbury

La tombe est découverte le 3 mai 2002 par une équipe d'archéologues du Wessex Archaeology à l'occasion de fouilles préventives à une distance de cinq kilomètres de Stonehenge. La sépulture est celle d’un homme, de 35-45 ans[1], ayant vécu 2 300 ans av. J.-C., période correspondant au Bronze ancien en Grande-Bretagne. Le corps était couché sur le côté, le visage tourné vers le nord reposant sur sa main gauche[1].

La tombe de forme subrectangulaire a pu être en bois[1]. Elle contenait plus de 100 objets, ce qui constitue la plus riche collection d’objets jamais retrouvée pour cette période. Deux boucles d'oreille ou ornement pour les cheveux en or, trois couteaux en cuivre, une épingle en os, deux brassards d'archer en métal utilisés comme protections pour les poignets, des pointes de flèche en silex, deux anneaux en schiste et cinq vases campaniformes ont notamment été retrouvés[1].

Des tests effectués sur son émail dentaire montrent que l'homme était originaire des régions alpines, probablement de Suisse, d’Autriche ou d’Allemagne. Les couteaux de cuivre retrouvés dans sa tombe provenaient d’Espagne et de France. Selon Andrew Fitzpatrick, directeur de fouille, «ces objets de métal sont parmi les plus anciens de Grande-Bretagne, peut-être même les premiers en cuivre et en or»[1].

Cette découverte archéologique est d'une importance particulière en raison des relations qu'elle suppose avec l'Europe continentale et la technologie naissante de fonte du cuivre. Le squelette est désormais exposé au Musée de Salisbury et du Sud Wiltshire à Salisbury.

«Le Roi de Stonehenge»[modifier | modifier le code]

Compte-tenu du mobilier funéraire retrouvé, l'homme était manifestement un personnage important et comme il a vécu durant la période correspondant au début de l’édification du monument mégalithique de Stonehenge, il a pu être impliqué dans la création de l’édifice. Il a ainsi été surnommé « Roi de Stonehenge » par la presse britannique. Les analyses effectuées sur ses ossements en relation avec les mesures récoltées sur des fragments des sarsens ainsi que des trilithes suggèrent qu'il aurait été inhumé à l'époque de la mise en place dans l'édifice d'un nouveau cercle de pierres bleues provenant du Pays de Galles[2],[3].

Selon Andrew Fitzpatrick, directeur de fouille, a indiqué que « Durant cette période, la Grande-Bretagne a connu de grands changements avec l’arrivée sur l’île en provenance du continent des savoir-faire nécessaires au travail des métaux. Ce qui explique la construction de grands monuments tels que Stonehenge. Nous pensions depuis longtemps que ce sont des hommes du continent européen qui avaient organisé les échanges et amené avec eux pour la première fois en Grande-Bretagne les savoir-faire métallurgiques. La découverte de l’archer sur le sol anglais est importante à cet égard et confirme cette thèse. Il devait être sans doute un personnage très important dans la région de Stonehenge et il est fascinant de penser qu’un étranger – probablement originaire de la Suisse actuelle – a pu jouer un rôle important dans la construction du site archéologique le plus célèbre de Grande-Bretagne. »

S'il n’a cependant pas été possible d’établir un lien de cause à effet entre l’archer et l'édification de Stonehenge, la présence de sa tombe prouve que ce personnage avait un lien fort avec celle-ci ainsi qu’avec celle de Woodhenge, Durrington Walls ou Avebury.

En tout état de cause, son arrivée indiquerait une origine alpine de la culture campaniforme anglaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Crançon 2002
  2. Parker Pearson, M. et al., 2007. The Age of Stonehenge. Antiquity, 81(313) p. 617-639.
  3. James Morgan, "Dig Pinpoints Stonehenge Origins", BBC News, September 21, 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parker Pearson, M. et al., 2007. The Age of Stonehenge. Antiquity, 81(313) p. 617-639.
  • Fitzpatrick, A.p. 2003. "The Amesbury Archer" in Current Archaeology 184, p. 146-152
  • Stone, R. 2005. "Mystery Man of Stonehenge" in Smithsonian Magazine August 2005, p. 62–7.
  • Miles, D. 2005. The Tribes of Britain, p. 78-82
  • Sophie Crançon, « La tombe d'Amesbury : le seigneur de Stonehenge ? », Archéologia, no 390,‎ (ISSN 0570-6270)

Liens externes[modifier | modifier le code]