Archélaos Ier de Macédoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Archélaos.
Archélaos Ier
Faces d'un didrachme représentant Archélaos Ier.
Faces d'un didrachme représentant Archélaos Ier.
Titre
Roi de Macédoine
Prédécesseur Perdiccas II
Successeur Cratère
Biographie
Dynastie Argéades
Date de décès
Nature du décès Assassinat
Père Perdiccas II de Macédoine
Mère Une esclave (inconnue)
Enfant(s) Oreste de Macédoine
Argaios II de Macédoine
Amyntas II de Macédoine (parenté incertaine)
Pausanias
Une fille (inconnue, mariée à Irrhos d'Illyrie)
Une fille (inconnue, mariée à Derdas)
Résidence Pella

Archélaos (grec moderne : Ἀρχέλαος) est roi de Macédoine de 413 av J.-C. à 399 av. J.-C.. D’après le Gorgias de Platon, il est le fils naturel de Perdiccas II et d'une esclave d'Alcétas, frère de Perdiccas[1].

Après un Ve siècle av. J.-C. marqué par la désunion d'un territoire macédonien tiraillé entre luttes régionales et menaces d'invasions barbares, Archélaos réorganise la défense du royaume et ouvre son royaume vers la Grèce, avec qui il entretient des liens culturels et commerciaux. C'est sous son règne que la capitale, qu'il déplace à Pella, devient un important centre culturel dans la Méditerranée.

À sa mort, le royaume sera de nouveau perturbé par des troubles de succession dynastique et les velléités d'indépendance des royaumes vassaux de la Macédoine. Des rois éphémères se succèderont seulement quelques années voire quelques mois avant l'avènement d'Amyntas III.

Biographie[modifier | modifier le code]

Règne[modifier | modifier le code]

Il monte sur le trône en faisant assassiner les héritiers légitimes. Son règne commence au moment où l'expédition de Sicile ruine la puissance d'Athènes. Aussi, la menace de la cité attique passée, entretient-il des relations cordiales avec elle, lui permettant même de reconstruire une partie de sa flotte en lui vendant du bois[2]. Athènes lui confère en remerciement les titres de proxène et évergète du peuple athénien. Ce répit du côté athénien lui permet d'intervenir en Thessalie, où il soutient la famille des AleuadesLarissa). Il réprime aussi une révolte de la ville de Pydna, qu'il réintègre sous sa coupe. Les mines de cuivre de la Bisaltide lui confèrent la puissance économique nécessaire pour échanger avec la Grèce.

Fortification du royaume[modifier | modifier le code]

Archélaos développe le commerce avec la création de routes, qui permettent la communication avec les régions plus éloignées mais sont importantes pour la circulation des troupes, et il favorise l'essor de la monnaie. Il renforce l'armée, en particulier la cavalerie et l'infanterie hoplite et construit de nombreuses forteresses et haras. Thucydide précise qu'Archélaos fit construire des routes rectilignes traversant le pays et que ses forces armées, tant en cavalerie qu'en infanterie lourde et en équipement, deviennent plus puissantes qu'elles n'avaient jamais été sous les règnes de ses prédécesseurs [3]. Il s'empare également des Portes de Fer, dangereux détroit septentrional qu'il fortifie afin de prévenir les invasions de ce côté.

Essor culturel du royaume[modifier | modifier le code]

Il est également connu comme un homme de culture et d'échanges culturels avec la Grèce méridionale. Il fixe la nouvelle capitale du royaume à Pella, et accueille à sa cour de nombreux artistes grecs, parmi lesquels le tragédien Euripide qui compose en son honneur la pièce Archélaos et fait donner la première représentation des Bacchantes, le peintre Zeuxis qu'il emploie pour décorer son palais, le musicien Timothéos et le poète Agathon. Le roi soutient financièrement ses hôtes afin de faire de sa capitale un pôle d'attraction ; Athénée dans les Deipnosophistes raconte ainsi que le poète Choirilos y reçoit chaque jour quatre mines pour ses repas[4]. Archélaos organise un festival religieux avec le concours de musiciens et de sportifs honorant Zeus et les muses à Dion, ville de Piérie et l'un des centres religieux les plus importants du royaume. Les plus grands athlètes et artistes de la Grèce viennent en Macédoine pour participer à cet événement.

Mort et postérité[modifier | modifier le code]

Archélaos est assassiné par son éraste, Cratère, victime d'un complot lors d'une partie de chasse, bien que rien ne soit jamais venu le prouver[5]. Selon Élien[6] et Aristote[7], la raison en serait qu'Archélaos avait promis la main d'une de ses filles, puis renonça à sa promesse, et le futur mari, désespéré, l'aurait assassiné. Sa mort est suivie d'une longue période de troubles. On ne connaît pas le nom de son (ou ses) épouse(s) mais il eut six enfants, Oreste (399-398) et Argaios II de Macédoine (393-392) qui furent des rois, Amyntas, Pausanias et deux filles. La première épousa Irrhos d’Illyrie et la seconde épousa un nommé Derdas.

Dans la Rhétorique, Aristote raconte que Socrate, mort la même année qu'Archélaos Ier, aurait refusé de le rencontrer au motif qu’« il y a quelque chose de blessant à ne pas pouvoir répondre à un procédé quand il est bon, aussi bien que lorsqu'il est mauvais »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Platon, Gorgias [détail des éditions] [lire en ligne] (471 a-d)
  2. D'après Andocide.
  3. Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, Paris, Éditions Gallimard,‎ , p. 860, note no 2.
  4. Athénée, Deipnosophistes [détail des éditions] [lire en ligne].
  5. Diodore de Sicile, Livre XIV chapitre 37.
  6. Élien, Histoires variées [lire en ligne] (VIII, 9)
  7. Aristote, Politique [lire en ligne].
  8. Aristote, Politique, Livre II (VIII).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Cloché Histoire de la Macédoine jusqu'à l'avènement d'Alexandre le Grand, Bibliothèque Historique Payot, Paris 1960.