Arc de Diane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arc de Diane
Cahors Arc de Diane.jpg

L'arc de Diane

Présentation
Type
Construction
Ier et IIe siècles
Destination initiale
Thermes romains
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1886, 1955, Arc de Diane, Abords)
Localisation
Situation
Avenue Freyssinet et rue des ThermesVoir et modifier les données sur Wikidata
Cahors
Lot
Occitanie
Drapeau de la France France
Coordonnées
Localisation sur la carte de Midi-Pyrénées
voir sur la carte de Midi-Pyrénées
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Lot
voir sur la carte du Lot
Red pog.svg

L'Arc de Diane est le principal vestige des thermes romains de Divona Cadurcorum, la cité gallo-romaine qui est ensuite devenue Cahors (département du Lot, France). Contrairement à ce que son nom laisse penser, il ne s'agit pas d'un temple dédié à la déesse Diane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les thermes romains de la ville ont été datés des Ier et IIe siècles. Ils sont constitués de trois établissements successifs et fonctionnaient encore au début du IVe siècle[1].

Les thermes publics de Cahors étaient alimentés par l'aqueduc qui prenait sa source à 16 km de là, au pied de l'oppidum de Murcens.

Description[modifier | modifier le code]

Les thermes de Divona Cadurcorum ont été construits en blocs de grès, en petits moellons cubiques de calcaire, puis en briques associées à l'appareil de calcaire. L'Arc de Diane a été bâti selon la troisième technique.

Préservation[modifier | modifier le code]

L'Arc de Diane est classé aux Monuments historiques depuis le 12 juillet 1886. Certains vestiges de ses abords ont été, quant à eux, classés le 4 novembre 1955[2].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-César-Marie-Alexandre Chaudruc de Crazannes, Lettre à M. Delpon de Livernon, sur une mosaïque antique inédite, récemment découverte dans l’enclos du ci-devant couvent des religieuses Claristes, de Cahors, p. 253-269, dans Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 1834-1835, tome 2 (lire en ligne)
  • Joseph Daymard, Le Vieux Cahors, Bibliographie, p. 26-31, I- Époque Gallo-romaine, p. 32-34, dans Bulletin de la Société des Études du Lot, 1905, tome 30 (lire en ligne)
  • Michel Labrousse, Les thermes romains de Cahors , p. 191-225, Gallia, 1963, no 21-1 (lire en ligne)
  • Didier Rigal, Un regard nouveau sur Cahors-Divona, chef-lieu de la cité des Cadurques, p. 377-399 et planches V à VIII, PALLAS, 2009, no 79 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]