Arbre orchidée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bauhinia monandra

L'arbre orchidée (Bauhinia monandra) est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae, sous-famille des Caesalpinioideae, originaire de Madagascar et désormais répandue dans les tropiques. Ce sont de petits arbres ou arbustes aux fleurs voyantes, fréquemment cultivés dans les parcs et jardins ou dans les rues comme arbres d'alignement.


Description[modifier | modifier le code]

Aspect général[modifier | modifier le code]

L'arbre peut mesurer jusqu'à 15 mètres[1].

Feuilles[modifier | modifier le code]

Les feuilles se caractérisent par une base cordée et un sommet profondément émarginé, qui forment une structure en deux lobes[1].

Fleurs[modifier | modifier le code]

Les fleurs sont roses ou blanches. Elles sont composées de 5 pétales, dont un plus développé et coloré que les autres[1].

Fruits[modifier | modifier le code]

Les fruits sont des gousses brunes contenant des graines dans une pulpe farineuse brune. Ils s'ouvrent brusquement à maturité, projetant ainsi leurs graines[1].

Culture[modifier | modifier le code]

L'arbre apprécie les sols acides (des feuilles jaunes dues à la chlorose apparaissent en sol calcaire) et supporte bien la sécheresse après les 3 premières années. On le plantera de préférence en plein soleil même s'il peut supporter la mi-ombre.

Il a tendance à pousser sur des troncs multiples qui se courbent en grandissant. Une taille régulière est nécessaire pour lui donner une structure plus forte et un port plus érigé et harmonieux[2].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Bauhinia monandra est vraisemblablement originaire de Madagascar (Nord et Ouest)[3]. L'espèce, souvent considérée dans le passé comme provenant d'Asie du Sud-Est ou d'Amérique du Sud, a été décrite par Kurz d'après un spécimen collecté par Brandis en Birmanie[4]. Largement cultivée comme plante ornementale, elle a été introduite dans la plupart des régions tropicales et s'est naturalisée en Afrique, Asie, Australie, Amérique du Nord et Sud, Amérique centrale et Antilles, ainsi que dans les îles de l'océan Pacifique[5].

Bauhinia monandra s'adapte à des milieux très variés. On l'a signalé notamment dans des forêts perturbées, le long des routes, dans des fourrés naturels et sur les rives de cours d'eau dans des forêts côtières, calcaires et sèches. L'espèce peut aussi croître dans des sites plus secs et sur des sols relativement pauvres, en particulier en Australie. On l'a également observée à la lisière des forêts et des prairies[5]. Comme d'autres espèces de Bauhinia, cette plante préfère les sols acides, et n'est pas spécialement tolérante au sel. Elle peut tolérer un léger ombrage et résiste bien à la sécheresse[6].

Caractère envahissant[modifier | modifier le code]

L'espèce a été introduite en Nouvelle-Calédonie en 1903[7] pour son potentiel ornemental et présente dans l'archipel un risque d'invasion modéré. On la retrouve surtout sur la côte est[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Groupe espèces envahissantes, Plantes envahissantes pour les milieux naturels de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Agence pour la prévention et l'indemnisation des calamités agricoles ou naturelles (APICAN), , 222 p. (lire en ligne [PDF]), page 144
  2. US Forest service
  3. (en) « Bauhinia monandra Kurz », sur Plants of the World Online, Kew Science, (consulté le 24 février 2019).
  4. (en) « Bauhinia monandra », sur Flora Malesiana (consulté le 24 février 2019).
  5. a et b (en) Julissa Rojas-Sandoval, Pedro Acevedo-Rodríguez, « Bauhinia monandra (Napoleon's plume) », sur Invasive Species Compendium, CAB International, (consulté le 24 février 2019).
  6. (en) T. Kent Kirk, Tropical Trees of Florida and the Virgin Islands: A Guide to Identification, Characteristics and Uses, Pineapple Press Inc, , 208 p. (ISBN 9781561644452), p. 38-39.
  7. Vanessa Hequet, Mickaël Le Corre, Frédéric Rigault, Vincent Blanfort, Les espèces exotiques envahissantes de Nouvelle-Calédonie, IRD, Institut de Recherche pour le Développement, , 87 p. (lire en ligne), p. 17

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :