Arbre du Ténéré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arbre du Ténéré
L'arbre du Ténéré en 1961.
L'arbre du Ténéré en 1961.
Géographie
Pays Drapeau du Niger Niger
Coordonnées géographiques 17° 45′ N, 10° 04′ E
Caractéristiques
Espèce Acacia raddiana ou Acacia tortilis
Intérêt Isolement
Mort 1973

Géolocalisation sur la carte : Afrique
(Voir situation sur carte : Afrique)
Arbre du Ténéré
Géolocalisation sur la carte : Niger
(Voir situation sur carte : Niger)
Arbre du Ténéré

L'Arbre du Ténéré était un acacia solitaire, un Acacia raddiana ou un Acacia tortilis, qui fut à une époque considéré comme l'arbre le plus isolé de la Terre. Situé approximativement à 235 km au nord-est de la ville d'Agadez, au Niger, il faisait office de repère pour les routes des caravanes qui traversaient le désert du Ténéré au nord-est du Niger. Il fut renversé par un camion en 1973.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il s'agit du seul arbre à avoir jamais été représenté sur une carte au 1/4 000 000e[1],[2],[3]. La légende en fit l'arbre le plus isolé de la Terre, prétendant qu'aucun autre arbre ne se situait à moins de 400 km[4]. On a depuis prouvé que c'était faux : l'oasis de Timia ne se trouve ainsi, par exemple, qu'à 150 km de l'Arbre du Ténéré.

Monument actuellement en place commémorant l'arbre du Ténéré.

L'acacia était le dernier survivant d'un groupe d'arbres qui avait poussé dans le désert à une époque de moindre aridité. Pendant l'hiver 1938-1939, un puits est foré à côté de l'arbre par des militaires français pour faciliter le transit des convois militaires dans la région[5]. Il est alors découvert que ses racines atteignent la nappe phréatique, située plus de 30 mètres en dessous de la surface.

« Il faut voir l'arbre pour croire à son existence. Quel est son secret ? Comment peut-il être toujours en vie malgré la multitude de dromadaires qui dévastent les alentours ? Comment se fait-il qu'à chaque Azalai, aucun chameau ne dévore ses feuilles ou ses bourgeons ? Parmi les nombreux Touaregs qui conduisent les caravanes de sels, pourquoi donc aucun d'eux ne lui coupe les branches pour faire du feu pour le thé ? La seule réponse est que cet arbre est tabou et qu'il est considéré comme tel par les caravaniers. » Michel Lesourd, 21/5/1939[6]

En 1973, l'arbre est renversé par accident, par un camionneur probablement ivre[7]. Le , l'arbre mort est transporté au Musée national Boubou-Hama à Niamey et remplacé par une simple sculpture métallique représentant un arbre[8].

Dans la fiction et les œuvres d'art[modifier | modifier le code]

  • Le film La Grande Finale, sorti en 2006, accorde une grande présence à l'Arbre. Les trois protagonistes de l'intrigue parviennent à faire de la sculpture représentant l'arbre une antenne de télévision pour suivre un important match de football.
  • Une chanson de Vincent Absil, L'Arbre du Ténéré (1996), rend hommage à l'Arbre[9].
  • Le clip de la chanson Transmission/Michaelion du groupe français d'origine vénézuéliano-cubaine Ibeyi raconte l'histoire de cet arbre[10].
  • Quatre x quatre (1986 (ISBN 2-8001-1411-8)) est un album de bande dessinée de la série « Les aventures de Jeannette Pointu » qui se déroule pour une grande partie durant le raid Paris-Dakar durant lequel apparaît l'arbre du Ténéré
  • La poétesse suisse Anne Perrier lui consacre un poème dans son recueil « Les noms de l'arbre » (Editions Empreintes, 1989): L'arbre du Ténéré.
  • La nouvelle NOMADE, écrite par Patricia Roger-Ammar et extraite du recueil 《Enfants du désert》(Éditions Jacques Flament, 2017) fait référence directe à "l'acacia solitaire" qui n'est autre que l'arbre du Ténéré.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Les restes de l'arbre sont exposés au musée national Boubou-Hama de Niamey.
  • L'arbre est aussi surnommé Arbre Thierry Sabine[11] depuis son décès lors du rallye Dakar 1986 d'après le livre guide Aventures sahariennes : La montagne au désert, de Jean-Marie Choffat de 2018 (le chanteur Daniel Balavoine y possède également le sien[pas clair])[12],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « L'Arbre du Ténéré, part 1 » (consulté le ).
  2. « Voyages 4x4 - Cartes routières Michelin » (consulté le ).
  3. Saharas.
  4. (en) Eric Eric Wagensonner, « Eastern Mali to Niger to Timbuktu - 2-19 September 06 », Border-Crossings, (consulté le ).
  5. La drôle de guerre au Sahara : confins nigériens, 1938-1940 de Marc Carlier, éditions Karthala, 2006, p. 59, citation du lieutenant Michel Lesourd.
  6. « Histoire récente de l'Arbre du Ténéré », sur web.archive.org, (consulté le ).
  7. « L'arbre du Ténéré, symbole de la survie dans le Sahara », sur club-des-voyages.com (consulté le ).
  8. (en) the153club.
  9. [1] [vidéo] Disponible sur YouTube.
  10. Ibeyi, « Ibeyi – 'Transmission/Michaelion' feat. Meshell Ndegeocello (Official Video) », (consulté le )
  11. « Le rallye Paris-Alger-Dakar Un arbre dans le désert », sur www.lemonde.fr, (consulté le ).
  12. echo.tamtam.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=60, du 1er septembre 2011
  13. meharee.free.fr/niger/Arbres-perdus-0.html, du 4 novembre 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :