Arbre du Monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yggdrasil, l'Arbre-Monde des Vikings et de la mythologie nordique. Peinture attribuée à Oluf Bagge (1780-1836), dont gravure extraite d’une planche incluse dans la traduction en anglais de l’Edda en Prose par Oluf Olufsen Bagge lui-même (publiée en 1847).

La notion d’Arbre du Monde (ou Arbre-Monde[1]) est un archétype renvoyant, au sein de plusieurs mythologies, à l'existence d'un arbre cosmique reliant les différentes parties de l'Univers — généralement les mondes céleste, terrestre et souterrain.

Cette notion apparait ainsi chez de nombreux peuples indo-européens[2], tels les Perses, les Slaves et les Germains. La tradition hindoue (Rig Veda) compare l'univers à « un arbre à mille branches »[3]. Elle revêt une forme particulièrement aboutie dans la religion scandinave, où l'arbre cosmique Yggdrasil (certainement un frêne), possédait des branches qui se déployaient dans les cieux et dont les racines menaient au pays des géants, à celui des hommes et aux enfers.

Ce concept se retrouve chez d'autres peuples, notamment chez les peuples chamanistes de Sibérie[4] et les peuples précolombiens[4], où il symbolise aussi la Terre-Mère[réf. nécessaire] et aiderait le chamane à passer d'un monde à l'autre[4],[5].

Selon Chevalier et Gheerbrant (voir Bibliographie), « le chêne serait la figure par excellence de l’arbre, ou de l’axe du monde, tant chez les Celtes qu'en Grèce, à Dodone. C'est encore le cas chez les Yakoutes sibériens[6]. »

L'Arbre du Monde de par le monde[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

L'Arbre du Monde se nomme Kien Mou ("bois dressé") ou Jian Mu.

Mésopotamie[modifier | modifier le code]

L'Arbre-Monde se nomme KisKanu. Et l'Arbre-Vigne GesTin. Incantation babylonienne :

« Dans Eridu a poussé un Kiskanu noir, en un lieu saint il a été créé ; Son éclat est celui du lapis-lazuli brillant, il s’étend vers Vapsu. C’est le déambulatoire d’Ea dans l’opulente Eridu, Sa résidence est un lieu de repos pour Bau… »[7].

Europe du nord[modifier | modifier le code]

Evoqué dans la mythologie scandinave et germanique, dont il est littéralement un pilier cosmogonique, L'Arbre-Monde y est nommé Yggdrasil.

Un arbre sacré pour les Saxons, nommé Irminsul / Irmin Säule, fut vénéré par ceux-ci, peut-être en référence à l'Arbre du Monde. De même pour le Chêne de Thor chatte ou l'Arbre sacré d'Uppsala en Scandinavie.

Roumanie[modifier | modifier le code]

L'arbre-monde se nomme ArminDer.

Chez les chamanes samoyèdes[modifier | modifier le code]

Mircea Eliade reprend[4] le récit fait par un chamane Avam-Samoyède de sa propre initiation extatique à l'ethnologue russe Andreï A. Popov (1902-1960). Le chamane affirme avoir été conduit au Centre du Monde, où se trouvent « l'Arbre du Monde et le Seigneur Universel » (aussi appelé le Seigneur de l'Arbre). Il aurait reçu « de l'Arbre Cosmique et du Seigneur lui-même le bois pour se construire un tambour (...) ». Cet arbre, dans le récit, est « un jeune bouleau [qui] s'élev[e] jusqu'au ciel », et pousse sur une île au bord des Neuf Mers (...) ». Près de lui poussent « neuf herbes, ancêtres de toutes les plantes de la terre ». Au sommet de l'arbre, l'apprenti chamane aperçoit les ancêtres des nations (russes, dolganes, yakoutes, toungouses...). Le Seigneur de l'Arbre lui-même, « prenant figure humaine et sortant de l'arbre jusqu'à la poitrine », déclare qu'il y a une branche qu'il ne donne pas aux chamanes, car il la garde pour les êtres humains ordinaires, qui pourront en faire tout usage (habitations, etc.), et conclut : « Je suis l'Arbre qui donne la vie à tous les humains ».

Yakoutes (Sibérie)[modifier | modifier le code]

L'arbre-Monde se nomme Aal Luuk Mas.

Olmèques[modifier | modifier le code]

L'arbre-Monde se nomme UlaMa(K).

Mayas[modifier | modifier le code]

L'arbre-Monde se nomme Ceiba / Yax Imix Che / Wacah Chan.

Maoris (Nouvelle-Zélande)[modifier | modifier le code]

L'arbre-Monde se nomme Kauri/Tane.

L'Arbre-Monde en littérature[modifier | modifier le code]

Chez La Fontaine[modifier | modifier le code]

À la fin de sa Fable Le Chêne et le Roseau [Livre I, fable 22], dont il emprunte le thème à Ésope[8], La Fontaine fait une allusion claire au mythe de l'Arbre-Monde quand il écrit à propos du chêne vaincu par la tempête :

Celui de qui la tête au ciel était voisine[9],
Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.

Dans les contes de Grimm[modifier | modifier le code]

Selon Natacha Rimasson-Fertin (voir Bibliographie), le tilleul mentionné dans le conte de Grimm intitulé Le Roi Grenouille ou Henri de Fer (KHM1)[10], qui « était un arbre sacré auquel on faisait des offrandes » (mais aussi « un arbre associé aux sorcières », forme avec le puits du conte « un axe vertical qui relie la terre au ciel », soit l’axis mundi étudié par Mircea Eliade.

Au XXe siècle et après[modifier | modifier le code]

Au siècle dernier, le thème de l'arbre-univers ou de l'arbre géant qui représente un monde à lui seul s'est décliné de diverses façons, et l'intérêt pour son altérité "radicale" (si l'on peut dire), comme pour son rôle crucial dans l'équilibre de notre écosystème global, est allé croissant[11],[12],[13],[14].

On assiste même à une sorte de résurgence spirituelle et commerciale des mythes de l'Arbre-Monde et de l'Arbre de vie[15], et à une certaine réappropriation de leur symbolique[16],[17]. Cette résurgence du mythe semble aller de pair avec la montée des courants "collapsologiques" et survivalistes, dans leur versant qu'on pourrait dire "positif" et propositionnel, comme en témoignent la récente parution (en juin 2019) d'un mooc (au sens de « magazine-livre ») qui porte le nom significatif et emblématique d'« Yggdrasil Magazine », animé entre autres par Pablo Servigne[18], mais aussi certaines des thématiques abordées dans la revue « Multitudes », entre autres par l'universitaire Anna Lowenhaupt Tsing[19]. Le journal Le Monde note aussi en 2018 « le retour de l'arbre dans l’imaginaire politique », entre autres pour accompagner « la nouvelle campagne de reforestation lancée en Chine »[20]. Et le thème traditionnel précolombien (Olmèque entre autres) de l'Arbre de Vie, plus tard catholicisé lors de la Conquête espagnole du Mexique, donne aujourd'hui encore lieu à un artisanat d'art très vivant (voir les articles consacrés à l'Arbre de vie (artisanat), et à la Poterie de Metepec).

Et ceci a été favorisé probablement par l'augmentation de la sensibilité écologique, au tournant du siècle[21], et par la prise de conscience de l'alternative que l'arbre représente au mode de vie animal dont nous faisons partie, dans sa manière d'être vivant et d'être-au-monde, défiant le temps par une symbiose originale avec son environnement. C'est de cette prise de conscience dont les mythes anciens sont la prescience et témoignent métaphoriquement et symboliquement.

Comme jalons de cet intérêt et de cette prise de conscience, on peut citer entre autres :

  • L'Homme qui plantait des arbres (1953-1954)[22], nouvelle de Jean Giono qui a connu un grand retentissement dans le monde, notamment par son aspect éducatif (l’œuvre étant l'une des plus lues dans l'univers de la littérature-jeunesse), d'autant qu'elle a inspiré un film d'animation canadien du même titre en 1987, réalisé par Frédéric Back, lequel a obtenu plus de quarante prix à travers le monde. Elle raconte comment un berger solitaire, Elzéard Bouffier, un homme seul, par la seule force de sa conscience et de son travail personnel obstiné, redonne vie, animation et population à une région en voie de désertification, en replantant une forêt qui restaure l'équilibre écologique et hydrographique de son milieu.
    Ce texte a peu à peu pris le statut d'un véritable manifeste de la cause écologiste[23], et d'une illustration poétique prémonitoire de la notion de développement durable[24].
    Pour certains, il représente même le « manuel pratique »[25] de la célèbre phrase de Gandhi : « Soyez vous-même le changement que vous voulez voir dans le monde »[26]. Parce qu’il nous prouve « que des petits gestes, répétés jour après jour avec patience, peuvent changer un coin du monde, que nos gestes à tous, une fois cumulés, peuvent changer le monde […] armés de nos [seules] volontés. Il nous suffit d’en prendre conscience, comme Elzéard Bouffier le héros de Giono »[25]. Et de revenir donc comme lui, mais avec sa ténacité, à la présence essentielle de l’arbre. Ainsi, ce texte de Giono semble annoncer par l'exemple la « logique du colibri[27] » et celle de l'empowerment (« capacitation, autonomisation »), encourageant chacun à « faire sa part » pour contribuer à la transition écologique et sociétale, initiés en France dès le dernier quart du XXe siècle, et depuis le début des années 2000 entre autres par Pierre Rabhi[27].
    Thierry Crouzet rappelle d'ailleurs, dans sa préface à l'une des éditions de cette nouvelle, les déclarations de Giono en 1957 (dans sa lettre au conservateur des Eaux et Forêts de Digne) qui confirment l'aspect militant, la volonté d'exemplarité, voire le prosélytisme intentionnel de ce texte[26] : « [après avoir rappelé les nombreuses langues dans lesquelles la nouvelle avait été traduite dès 1957] J’ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. Un Américain est venu me voir dernièrement pour me demander l’autorisation de faire tirer ce texte à 100 000 exemplaires pour les répandre gratuitement en Amérique (ce que j’ai bien entendu accepté). C’est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c’est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit. [...] J’aimerais vous rencontrer, s’il vous est possible, pour parler précisément de l’utilisation pratique de ce texte. Je crois qu’il est temps qu’on fasse une "politique de l’arbre" bien que le mot politique semble bien mal adapté »[28]. Et Crouzet d'ajouter : « Ainsi Giono devança Creative Commons de près de 50 ans »[25] !
  • Printemps silencieux (1962), essai de Rachel Carson qui a bénéficié d'une grande diffusion (notamment dans la presse, avec le New Yorker et le New York Times). Il a suscité la polémique et la controverse judiciaire, mais il a eu a eu de grandes conséquences, notamment en contribuant à l'interdiction des pesticides les plus polluants et dangereux pour l'environnement comme le DDT.
  • Mystérieuse : matin, midi et soir (1971)[29], bande dessinée de Jean-Claude Forest adaptée de L'Île mystérieuse de Jules Verne, et qui met en scène une sorte d'arbre-univers labyrinthique gigantesque, de la variété des « arbres minuit de l'espèce des furibons »[30], qui mesure « 600 m [de haut], et dont la masse du feuillage [mesure] un bon kilomètre de rayon »[30] (!). Il s'agit donc bien d'un arbre fantastique, quand on sait que la taille maximale d'un arbre, constatée sur Terre, est de 115 m, pour un maximum théorique de 138 m[31]. C'est d'ailleurs cet arbre géant qui livrera la clé des mystères de l'île, et précipitera son naufrage final[32]. Cet arbre est peut-être une réminiscence d'Yggdrasil, l'Arbre-Monde viking, mais aussi, graphiquement, des baobabs envahissants de la planète du Petit Prince de Saint-Exupéry.
    Forest transpose le « positivisme civilisationnel occidental »[33] de Verne, incarné par le personnage de l'ingénieur Cyrus Smith, en une sorte de « robinsonnade onirique et sentimentale »[33], plus enfantine, portée par le personnage de Petit Paul, et par les personnages féminins plus forts et présents que chez Verne. Ce faisant, il explore le thème du labyrinthe qui est récurrent dans son œuvre[33], et surtout il exprime une préoccupation et une sensibilité écologiques, nouvelles à l'époque[33].
  • Écotopie, Reportage et notes personnelles de William Weston (1975)[34], roman d'Ernest Callenbach, présentant une société écologiste utopique, imparfaite mais en cours de création[35]. Ce roman célèbre et prémonitoire a inspiré de nos jours, en français, à Vincent Dubail un essai d'ingénierie politique décrivant concrètement ces nouveaux chemins pour un monde alternatif : « Kit pour voyager en Écotopie - Imaginer une utopie écologique pour un futur désirable (régénération démocratique, droit de la nature, revenu d'existence, République des communs, nouvelles solidarités) », 2020[36].
  • Arbres (1976)[37], recueil de poèmes de Jacques Prévert, avec des gravures de Georges Ribemont-Dessaignes, paru chez Gallimard, un hymne et un plaidoyer envers les arbres, ainsi qu'une célébration graphique de leur beauté.
  • La Vie secrète des arbres, ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent (2017)[38], essai de Peter Wohlleben, véritable phénomène éditorial, best-seller mondial traduit en 32 langues. Ce livre a changé la vision de tout-un-chacun sur la complexité et la richesse de la manière d'être en vie des arbres.
  • L'Arbre-monde (2018)[39], roman de Richard Powers, qui raconte les expériences et les révélations fulgurantes de nombreux personnages dans leurs relations avec les arbres, et leur intuition du mode de vie et de conscience de l'arbre différent du nôtre. Extrait de la quatrième de couverture : « Une éco-fiction haletante, aux dimensions symphoniques, qui montre le lien entre l'Homme et la nature en s'appuyant sur le drame écologique que la société actuelle, trop connectée au cyberworld, refuse de voir, avec notre lente noyade dans le virtuel. Les destins des protagonistes [...] s'entrelacent autour de ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres, avec au centre du récit un séquoia menacé de destruction. Richard Powers [...] nous rappelle ici que sans la nature notre culture n'est que ruine de l'âme »[39]. Ce roman a obtenu le Grand Prix de littérature américaine en 2018 et le Prix Pulitzer en 2019.
  • Voyage à Yoshino, film dramatique franco-japonais de Naomi Kawase, sorti en 2018, avec Juliette Binoche dans le rôle principal, et où la forêt, beaucoup plus qu'un décor, représente un personnage à part entière.
  • L'intelligence des plantes (2018)[40], essai et entretien de Stefano Mancuso (biologiste et professeur à l'université de Florence où il dirige le Laboratoire international de neurobiologie végétale) avec Alessandra Viola (journaliste scientifique), paru en français chez Albin-Michel en 2018 et en collection de poche le 10 juin 2020, autre best-seller mondial traduit en 21 langues. Le chercheur y expose ses thèses et ses arguments expérimentaux sur la notion controversée de « conscience végétale », dont le débat scientifique et philosophique n'est pas clos [voir notamment à ce sujet la section Critiques et réactions de l'article consacré à Stefano Mancuso, ainsi que la section Débat : la Rose est-elle vraiment « sans pourquoi » ? de l'article consacré à Angelus Silesius].
  • Plus proche encore du concept d'Arbre-Monde, on trouve du même Mancuso en 2021, mais non encore traduit en français à notre connaissance, le livre : La Pianta del Mondo (« La Plante du Monde »)[41], où l'auteur nous expose des faits et nous raconte des histoires vraies ayant les arbres comme protagonistes, qui récapitulent les leçons que peut nous donner pour la nôtre leur mode de vie (coopération plus que compétition, alternative à la prédation, symbiose avec l'environnement, communication, sensibilité musicale, apprentissage et savoirs de la plante, etc.). Ces histoires montrent à l'envi l'évidence : l'arbre est la base de la vie sur Terre, la Terre est un monde vert et bleu, elle est la planète des plantes ; leurs aventures et leur destin sont étroitement et inévitablement liés aux nôtres[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arbre-Monde semble être une traduction déficiente de l'expression World Tree en anglais, et être utilisée surtout dans les domaines de la fantasy et des jeux vidéo.
  2. Jérémie Benoît (voir Bibliographie), p. 65–66.
  3. Société de l'arbre du Québec, et Dan Thuy, « L'Arbre de Vie », sur Carnet de vie, 2002 et 2011 (consulté le 20 avril 2021).
  4. a b c et d Mircea Eliade, Le chamanisme… (voir Bibliographie).
  5. Selon Jörg Bäcker, « toutes les variantes de l'arbre cosmique » sont à relier à une origine chamanique. (Article Schamanismus de l’Enzyklopädie des Märchens, mentionné par Natacha Rimasson-Fertin (voir Bibliographie).
  6. On peut mentionner, au sujet du Chêne comme arbre emblématique, l'image qu'en donne Jean de La Fontaine dans sa fable Le Chêne et le Roseau : voir ci-dessous, section "en littérature".
  7. « L’arbre d’Eridou – Le Kiskanu », Krapo arboricole,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2018)
  8. (fr + el) Ésope (trad. Émile Chambry), « LE ROSEAU ET L'OLIVIER », sur archive.org,
  9. Voir Virgile, Géorgiques, II, vers 291-292.
  10. Le texte du conte dit : « Près du château du roi se trouvait une grande et sombre forêt, et dans cette forêt, sous un vieux tilleul, il y avait un puits. » (Trad. N. Rimasson-Fertin).
  11. (fr + en) « L’importance des arbres », sur Fondation pour le vivant (consulté le 25 avril 2021).
  12. Emilia Pramova, Bruno Locatelli, Houria Djoudi et Olufunso A. Somorin, « Le rôle des forêts et des arbres dans l’adaptation sociale à la variabilité et au changement climatiques », sur cifor.org, « Brief » n° 14, (consulté le 25 avril 2021).
  13. Un site bien documenté et militant : « Le rôle des forêts dans le développement durable et la préservation des ressources naturelles (II) », sur astrosurf.com, projet Luxorion (consulté le 26 avril 2021), État des lieux.
  14. Un site qui contient beaucoup d'informations tant éco-biologiques, pratiques que littéraires et culturelles : « Les Arbres », (consulté le 26 avril 2021), page d'accueil.
  15. Sur ce sujet de la résurgence spirituelle et commerciale du mythe de l'Arbre-Monde, voir : Marta, « 6 (bonnes) raisons de porter un collier de l'Arbre de Vie », sur arbre-de-vie.shop (consulté le 25 avril 2021). Voir aussi : Marta, « Yggdrasil : L'Arbre de Vie Viking », sur l'Arbre de Vie, (consulté le 25 avril 2021).
  16. Symbolique qui est résumée sur ce site commercial récent, qui porte significativement le même nom, « L'Arbre de Vie » : « L'Arbre de Vie : Origine et signification », sur arbre-de-vie.shop (consulté le 25 avril 2021)
  17. Pour cette réappropriation de la symbolique de l'arbre cosmique, voir aussi : Krapo Arboricole (pseudo), « Le mythe de l’arbre cosmique », sur krapooarboricole.wordpress.com, (consulté le 25 avril 2021).
  18. Voir ici la présentation de cette initiative et de ce magazine : « Le magazine "Yggdrasil", effondrement & renouveau », sur yggdrasil-mag.com, (consulté le 25 avril 2021). Voir aussi son "manifeste" : « Pourquoi Yggdrasil ? », sur yggdrasil-mag.com, (consulté le 25 avril 2021).
  19. Voir notamment cet article du numéro 72 de la revue Multitudes : Anna Lowenhaupt Tsing, « Résurgence holocénique contre plantation anthropocénique », sur multitudes.net, (consulté le 25 avril 2021).
  20. Julie Clarini, « En Chine et ailleurs, l’arbre s’enracine dans la politique », Journal Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2021).
  21. Voir l'article consacré à l'écologisme.
  22. Trois éditions particulièrement intéressantes, ▶soit par les commentaires et le dossier d'accompagnement : Jean Giono, L'homme qui plantait des arbres : Écrire la nature (anthologie), Paris, Gallimard, coll. « Folioplus classiques » (no 134), , 292 p. (ISBN 978-2-07-035638-6) → Dossier établi et commentaires par Christine Lhomeau. ▶Ou par les illustrations : Jean Giono (ill. Frédéric Back), L'Homme qui plantait des arbres, Paris, Gallimard, Lacombe, Les Entreprises Radio-Canada, , 53 p. (ISBN 2-07-056409-6 et 2-89085-031-5) → Bel album avec les illustrations extraites du film d'animation qu'en a tiré Frédéric Back, texte intégral. Cet album semble être pour le moment (2021) épuisé chez l'éditeur, hélas ! ▶Jean Giono (ill. Willi Glasauer), L'Homme qui plantait des arbres, Paris, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio Cadet » (no 180), , 64 p. (ISBN 2-07-053880-X) (à partir de 8 ans).
  23. Pierre Citron, Giono, Paris, Seuil, coll. « Écrivains de toujours », , 192 p. (ISBN 978-2020197854 et 2020197855), page 152.
  24. Ceci est dit dans le résumé introductif de l'article consacré à L'Homme qui plantait des arbres, qui, du fait de sa labellisation en tant que « Bon Article » semble suffisamment sourcé. Il ne sera pas inutile pour le vérifier de consulter la source primaire du texte lui-même, ici : Jean Giono, « L’Homme qui plantait des arbres », sur Wikisource, (consulté le 23 avril 2021).
  25. a b et c Thierry Crouzet, Préface à L'Homme qui plantait des arbres de Giono, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio Cadet », , 64 p. (ISBN 978-2075092661 et 2075092664, lire en ligne).
  26. a et b Gandhi et Giono cités dans la même préface de Thierry Crouzet, Préface à L'Homme qui plantait des arbres de Giono, Gallimard Jeunesse, coll. « Folio Cadet », , 64 p. (ISBN 978-2075092661 et 2075092664, lire en ligne).
  27. a et b Voir notamment l'opuscule qui a donné son nom à ce mouvement, à partir de la légende amérindienne du colibri : Pierre Rabhi, La part du colibri : l'espèce humaine face à son devenir, les éditions de l'aube, coll. « Mikrós - essai », 2018 (nouvelle édition), 56 p. (ISBN 978-2815928229 et 2815928221, présentation en ligne).
  28. Jean Giono, « Lettre à Monsieur Valdeyron, à propos de L'Homme qui plantait des arbres », sur Wikisource, (consulté le 23 avril 2021). → Lettre en bas de page après le texte.
  29. ▶Première réédition, en couleurs : Jean-Claude Forest, Mystérieuse : matin, midi et soir, Dargaud, coll. « Histoires fantastiques », , 63 p. (ISBN 978-2205022285 et 2205022288, présentation en ligne). ▶Deuxième réédition, avec retour à la version originale en noir et blanc à l'encre, mais avec des modifications par Forest restées inédites : Jean-Claude Forest, Mystérieuse : matin, midi et soir, L'Association Éditions, coll. « éperluette », , 72 p. (ISBN 978-2844141217 et 2844141218, présentation en ligne).
  30. a et b Jean-Claude Forest, Mystérieuse : matin, midi et soir, L'Association Éditions, coll. « éperluette », , 72 p. (ISBN 978-2844141217 et 2844141218, présentation en ligne), planche n°5.
  31. Céline Deluzarche, « Quelle hauteur maximale un arbre peut-il atteindre ? », sur Futura Sciences.com, (consulté le 25 avril 2021).
  32. Jean-Claude Forest, Mystérieuse : matin, midi et soir, L'Association Éditions, coll. « éperluette », , 72 p. (ISBN 978-2844141217 et 2844141218, présentation en ligne), planche n°59.
  33. a b c et d Jean-Pierre Mercier, « Une île en forme de point d'interrogation », 9e Art no 8, Centre national de la bande dessinée et de l'image,‎ , pp. 24 à 26.
  34. La première édition en français est plus tardive : (en + fr) Ernest Callenbach (trad. Christiane Thiollier), Ecotopia [« Écotopie »], Stock, coll. « Stock 2 (Étrangers) », , 321 p. (ISBN 978-2234008045 et 2234008042, présentation en ligne). Réédition, dans une nouvelle traduction : Ernest Callenbach (trad. Brice Matthieussent), Écotopia, HARMONIA MUNDI, coll. « Rue de l'échiquier fiction », , 304 p. (ISBN 978-2374251295 et 2374251292, présentation en ligne, lire en ligne).
  35. Callenbach, Ernest et Heddle, James, « "Ecotopia Then & Now", an interview with Ernest Callenbach » (consulté le 6 avril 2013)
  36. Vincent Dubail, Kit pour voyager en Écotopie : Imaginer une utopie écologique pour un futur désirable, Tana éditions, , 240 p. (ISBN 979-1030103076, présentation en ligne, lire en ligne).
  37. Jacques Prévert et Georges Ribemont-Dessaignes, Arbres, Gallimard, coll. « Blanche », , 72 p. (ISBN 978-2070295227 et 2070295222, lire en ligne).
  38. Peter Wohlleben, La Vie secrète des arbres : ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent, Les Arènes, , 260 p. (ISBN 2352045932 et 978-2352045939, lire en ligne).
  39. a et b (en + fr) Richard Powers (trad. Serge Chauvin), The Overstory [« L'Arbre-monde »], Vintage (en), 10x18 (fr), 2018 (v.o.), 2019 (trad.), 744 p. (ISBN 978-2264074430 et 2264074434, présentation en ligne, lire en ligne).
  40. Stefano Mancuso, L'intelligence des plantes, Albin Michel, rééd. Le Livre de Poche, 2018 et 2020, 256 p. (ISBN 978-2253257806 et 225325780X, lire en ligne).
  41. (it) Stefano Mancuso, La Pianta del Mondo [« La Plante du Monde »], GLF, 2021?, 200 p. (ISBN 978-8858140680 et 8858140680, lire en ligne).
  42. Traduit par nos soins de la présentation du livre en espagnol : (es) Stefano Mancuso (trad. David Paradela López), La planta del mundo [« La Plante du Monde »], Galaxia Gutenberg, , 176 p. (ISBN 978-8418526152 et 8418526157, présentation en ligne), p. 178, 4ème de couverture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]