Arbre à saucisses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (mai 2016).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Kigelia africana

image illustrant la flore
Cet article est une ébauche concernant la flore.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

L’arbre à saucisses ou saucissonnier (Kigelia africana) est un arbre réputé originaire du Sénégal que l'on trouve en Tanzanie, au Mozambique et dans les zones humides de l'ouest du Kenya et jusqu'au nord de l'Afrique du Sud où les afrikaners le nomment worsboom.

Description[modifier | modifier le code]

Arbre de taille moyenne (10 à 15 m), aux larges et grandes feuilles pennée de 8 à 10 folioles ovales (30 cm). Ces feuilles sont persistantes ou caduques, selon le climat où il pousse. Ses grosses fleurs campanulées à 5 pétales émettent de nuit une odeur nauséabonde et imitent un fruit flétri. Leur odeur attire des chauve-souris qui les pollinisent. Elles donnent naissance à de gros fruits bruns qui pendent en grappe, au contenu fibreux souvent réputé non comestible pour l'homme, mais localement mangé cuit.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les fleurs s'ouvrent la nuit et possèdent une odeur nauséabonde, de plus elles ont une couleur rouge. Elles sont pollinisées par des chauves-souris de la famille des Pteropodidae (il fallait un pollinisateur robuste) qui les repèrent par leur couleur rouge et aussi par le fait que les fruits pendent sous les arbres et sont donc sur le chemin des chauves-souris. Vu que les différentes fleurs pendent l'une près de l'autre, l'anti-autofécondation n'est pas possible, il faut donc une autre plante pour qu'il y ait fécondation.

Les graines sont disséminées après la pourriture du fruit ou après que celui-ci ait été mangé par des animaux, principalement des éléphants ou des rhinocéros[1].

Usages[modifier | modifier le code]

Outre un usage alimentaire ou décoratif (introduit dans certains jardins), on se sert en Afrique de la pulpe de son fruit pour raffermir la peau et tonifier la poitrine féminine (pectorales). Cet arbre produit des flavonoïdes veinotoniques et des saponosides. On en tire des huiles essentielles qui contribueraient aux mêmes effets. On tirait aussi de son écorce des remèdes localement réputés efficaces contre les morsures de serpent et les maux de dent ou d'estomac.

La pulpe des fruits en tranches cuites au four est utilisée pour la fermentation d'une bière[1], appelée « murutina » chez les Masaïs[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rønne et Jøker 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charlotte Rønne et Dorthe Jøker, « Kigelia africana (Lam.) Benth. », Sead Leaflet, vol. 108,‎ , p. 1-2 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]