Araucaria heterophylla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Araucaria ou Pin de Norfolk — qui n'est pas un pin — (Araucaria heterophylla, synonyme Araucaria excelsa) est un conifère de la famille des Araucariacées.

Description[modifier | modifier le code]

Araucaria heterophylla, feuillage d'un arbre mûr.

C'est un arbre à croissance lente qui atteint 50 à 65 m de hauteur, avec un tronc vertical et des branches symétriques, même face aux vents violents qui tordent les autres espèces, et presque horizontales. Les feuilles, lorsqu'elles sont jeunes, sont en forme d'alêne, courbées, de 1 à 1,5 cm de long, épaisses d'environ 1 mm. Les feuilles plus âgées ont de 5 à 10 cm de long et d'une épaisseur variable de 2 à 4 mm. Les plus épaisses des feuilles forment des sortes d'écailles sur les branches de la couronne supérieure[réf. nécessaire].

Cônes femelles du pin de Norfolk

Les cônes femelles, globuleux, mesurent 12 à 15 cm de long[1]. Ils prennent environ 18 mois pour mûrir[réf. nécessaire]. Ils se désintègrent alors pour relâcher les graines ailées, comestibles[réf. nécessaire].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique cet Araucaria est une espèce endémique de l'île de Norfolk (Pacifique Sud). L'homme a répandu cette espèce un peu partout dans le monde.

L'arbre pousse bien dans le sable profond, à condition d'avoir un accès fiable à l'eau. Cela, lié à sa tolérance pour le sel et le vent, en fait un arbre adapté aux côtes où il ne gèle pas.
À la Réunion, il s’adapte bien sur le littoral, mais aussi en altitude, jusqu’à 800 mètres.

Le Pin de Norfolk et l'homme[modifier | modifier le code]

Vendu en pot, il peut être gardé deux ou trois ans. Planté dans un jardin, la tête peut être coupée chaque année et faire un joli sapin de Noël. Il doit être planté assez loin des habitations, car son grand développement racinaire peut, à maturité, mettre en danger les bâtiments[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Juan-Alberto Rodriguez Pérez, Flore exotique dans les îles Canaries, Leon, Espagne, Editorial Everest,‎ 1990, 236 p. (ISBN 84-241-4668-9), p. 15

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :