Ararôs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ararôs (grec ancien Ἀραρώς ; fl. IVe siècle av. J.-C.) est l'un des fils d'Aristophane et le frère des poètes dramatiques Philippos et Nicostratos. Lui aussi fut un poète comique athénien, qui appartient à la Comédie moyenne.

Carrière théâtrale[modifier | modifier le code]

Ararôs se fit un nom en étant acteur principal, le protagoniste du Ploutos (388 av. J.-C.), dernière pièce qu'Aristophane publia sous son nom propre.

Aristophane écrivit par la suite, vers 485 av. J.-C./480 av. J.-C., deux comédies : Côcalos (Κώκαλος) - qui reçut le premier prix[1] - et Aïolosikôn (Αἰολοσίκων), sous le nom d'Ararôs[2].

Ararôs écrira en son nom propre à partir de 375 av. J.-C..

Bibliographie[modifier | modifier le code]

On lui attribue les comédies suivantes[3] :

  • Καμπυλίων, Kampylion, de même nom qu'une comédie d' Eubulos, dont nous n'avons, de même, que des fragments.
  • Πανὸς γοναί (Panos Gonaï), Naissance de Pan
  • Ὑμέναιος, Hyménaïos", description d'un mariage

et, sur des sujets érotiques :

  • Ἄδωνις, Adônis
  • Καινεύς (Kaïneus), Cénée, sur l'histoire du mythique Cénée
  • Παρθεννίδιον (Parthennidion), La petite vierge[4]

Un fragment fourni par son rival Alexis nous renseigne sur son style : καὶ γὰρ Βούλομαι ὕδατός σε γεῦσαι: πρᾶγμα δ᾽ ἐστί μοι μέγα φρέατορ ἔνδον ψυχρότερον Ἀραρότος, "Et je veux en effet que tu goûtes de l'eau : j'ai là de la belle eau, et plus froide encore qu'Ararôs en personne !"[5]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. IG II2 2318-196.
  2. Arg. ad Plut. iv. Bekker.
  3. Suidas, α 3737.
  4. E. F. M. Benecke, Antimachus of Colophon and the Position of Women in Greek Poetry, Londres, Swann Sonnenschein, 1896, p. 228.
  5. Athénée, Les Deïpnosophistes, III, 123e : "Kaï gar boulomaï hydatos sé geusaï pragma d'esti moi méga phréatos endon psychrotéron Ararotos."