Ara bleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Arable.

Ara ararauna

L'Ara bleu (Ara ararauna), également appelé Ara bleu et jaune ou Ara ararauna, est un grand perroquet du genre Ara facilement reconnaissable aux couleurs de son plumage.

Cet oiseau est protégé par la Convention de Washington (Annexe II) et l'arrêté ministériel du 15 mai 1986 listant les espèces d'oiseaux protégées de Guyane.

Description[modifier | modifier le code]

Il mesure environ 90 cm de long et pèse environ 1,3 kg. Le dessus est bleu turquoise et le dessous jaune d'or. Le front et la calotte sont bleu-vert. Les sous-caudales sont jaune bleuté. Un collier noir est présent sous la face. Les joues blanches sont dénudées mais marquées cependant de quelques stries de plumes noires. Les yeux sont jaunes, le bec et les pattes noirs. La femelle est plus petite et plus claire que le mâle.

Habitat et distribution[modifier | modifier le code]

Son aire s'étend du sud-est du Panama à l'État de São Paulo. Il fréquente notamment des régions de Mauritia flexuosa.

Comportement[modifier | modifier le code]

Cette espèce vit en couple ou en bandes. Les couples restent formés à l'intérieur des bandes, même en vol.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Âgé de 20 jours

Cet oiseau niche dans des trous de palmiers secs.

La ponte est de 2 à 4 œufs. L'incubation dure 28 jours. Les jeunes quittent le nid à 3 mois environ, mais les parents continuent à nourrir les oisillons jusqu'à l'âge de 6 à 8 mois. La maturité sexuelle est atteinte vers l'âge de 8 à 10 ans.

La reproduction en captivité est possible.

Alimentation[modifier | modifier le code]

L'ara bleu se nourrit principalement de grains, de noix et de fruits (e.g. Spondias, Terminalia, Hura, Enterolobium, Inga, Parkia, Platypodium).

Menaces[modifier | modifier le code]

Cet oiseau a pour prédateurs de grands rapaces tels que la harpie huppée ou encore la harpie féroce. Toutefois, sa principale menace est l'homme, via la déforestation et la capture pour la revente.

Captivité[modifier | modifier le code]

La ménagerie du Jardin des plantes détient pas moins de sept spécimens (Réf vidéo[1]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gimenez J.M. (2008) Perroquets, Perruches, Loris en captivité. Éditions Prin, Ingré, 312 p.
  • Mario D. & Conzo G. (2004) Le grand livre des perroquets. de Vecchi, Paris, 287 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :