Aquifère Ogallala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carte de l'aquifère Ogallala et épaisseur des zones saturées en 1997.

L'aquifère Ogallala (en anglais : Ogallala Aquifer) est un aquifère de faible profondeur, située sous les Grandes Plaines des États-Unis. D'une superficie d'environ 450 000 km2, elle s'étend sur huit États (Dakota du Sud, Nebraska, Wyoming, Colorado, Kansas, Oklahoma, Nouveau-Mexique et Texas) ; il s'agit d'un des plus grands aquifères au monde[1].

Description[modifier | modifier le code]

Son nom, choisi par le géologue Nelson Horatio Darton (en), fait référence à la ville d'Ogallala (Nebraska). L'aquifère fait partie du système aquifère des Grandes Plaines et repose sur la formation d'Ogallala, qui est l'unité géologique couvrant 80 % des Grandes Plaines[2].

L'aquifère Ogallala assure l'approvisionnement en eau potable de 82 % des 2,3 millions de personnes (recensement de 1990) qui vivent dans les Grandes Plaines[3] ; il fournit également environ 30 % de l'eau souterraine utilisée pour l'irrigation aux États-Unis[4].

S'il venait à s'épuiser, 6 000 ans seraient nécessaires pour qu'il se remplisse naturellement à nouveau[5].

Dans les années 2010, la traversée de l'aquifère par le projet d'oléoduc Keystone XL est controversée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ogallala Aquifer Quick Facts », sur hpwd.org (consulté le 26 septembre 2015)
  2. Darton, N.H. 1898, « Preliminary report on the geology and water resources of Nebraska west of the one hundred and third meridian », in Walcott, C.D. (éd.), Nineteenth Annual Report of the United States Geological Survey, 1897-1898, Part IV, p. 719-785.
  3. (en) Kevin F. Dennehy, « High Plains regional ground-water study », Fact Sheet, Geological Survey (U.S.), (consulté le 26 septembre 2015), p. 2
  4. (en) David R. Steward et al., « Tapping unsustainable groundwater stores for agricultural production in the High Plains Aquifer of Kansas, projections to 2110 », Proceedings of the National Academy of Sciences , vol. 110, no 37,‎ (PMID 23980153, DOI 10.1073/pnas.1220351110)
  5. (en) Jane Braxton Little, « The Ogallala Aquifer: Saving a Vital U.S. Water Source », Scientific American,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :