Aqueduc romain de Briord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aqueduc romain de Briord
Aqueduc gallo-romain de Briarette
Aqueduc romain Briord 1.jpg
Entrée sud de l'aqueduc.
Présentation
Type
Propriétaire
Commune ; Propriété privée
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Ain
voir sur la carte de l’Ain
Red pog.svg

L'aqueduc romain de Briord, parfois appelé aqueduc romain de Briarette, est un tunnel-aqueduc situé à Briord, dans le département de l'Ain en France. Dégagé au début du XXe siècle, il est classé comme monument historique en 1904.

L'aqueduc captait l'eau de source de la Brivaz à Montagnieu, traversait la colline de Briarette pour aboutir au niveau de l'établissement romain du vicus Brioratensis à Briord. Seule sa partie souterraine, sous la colline, est connue.

Localisation[modifier | modifier le code]

OpenStreetMap Tracé reconnu de l'aqueduc.

L'aqueduc est situé dans le département français de l'Ain, sur la commune de Briord, entre le cours du Rhône et les contreforts du Jura. Il consiste en un tunnel d'environ 200 mètres qui traverse la colline de Briarette (également nommée colline des Bruyaret), captant au nord-est l'eau de la Brivaz dans le territoire de Montagnieu, pour déboucher au sud-ouest dans la vallée du Rhône au niveau du vicus Brioratensis, un établissement gallo-romain[1],[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Ouverture de l'aqueduc.

La longueur du tunnel, traversant la colline dans une direction générale du nord-est au sud-ouest[4], a été estimée entre 200 et 230 mètres de longueur au début du XXe siècle[2], et mesurée plus précisément à 197 mètres[5]. La dénivellation entre la prise d'eau de la Brivaz et la sortie du tunnel vers Briord est de 32 mètres, ce qui crée une pente importante pour un aqueduc[6]. Il y avait probablement un aménagement à la prise d'eau, dont les blocs de pierre visibles sur place seraient les vestiges. À cet emplacement, un réservoir aux murs épais d'un demi-mètre fut détruit en 1844[7]. Le captage de l'eau de la Brivaz serait à 200 mètres en amont de l'entrée du tunnel, à un endroit où l'on distingue des assises de pierres massives régulièrement taillées, peut-être de facture romaine. Selon Marchand, ce pourrait être un barrage relevant le niveau de la rivière et alimentant l'aqueduc par un canal de dérivation[8].

Aqueduc-tunnel de Briord, tracé schématique

Le tunnel est creusé dans un calcaire compact. Du côté de la vallée de la Brivaz, l'entrée est largement aménagée par une ouverture de 2,7 mètres de largeur et 5 mètres de hauteur, sur une profondeur de 7,5 mètres, au fond de laquelle s'ouvre le tunnel [9]. Le tunnel présente une largeur d'environ 2 mètres pour une hauteur variant entre 2,7 mètres et 1,6 mètre. À environ 50 mètres de l'entrée, le tracé fait un coude à angle droit sur 3 mètres puis reprend sa direction initiale et sort du côté de Briord[10]. Cet angle marqué est interprété par Marchand comme le point de jonction de deux équipes de mineurs, parties chacune d'une extrémité du tracé prévu. L'équipe partie de Briord a creusé la plus grand longueur et aurait dévié sur sa droite en cherchant à localiser au son l'autre équipe. La déviation s'observe aussi verticalement, avec un relèvement de 0,7 mètre à la jonction[11].

Aucune inscription antique n'a été repérée lors des explorations du début du XXe siècle, que ce soit aux entrées du tunnel, ou à l'intérieur[8]. Un fragment d'inscription paléochrétienne trouvé vers 1980 à l'entrée côté Briord n'est qu'un bloc de remploi pour l'aménagement d'une tranchée récente[12].

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée nord-est à demi obstruée du tunnel-aqueduc avant 1905, du côté de la vallée de la Brivaz.

En 1853, Alexandre Sirand fait quelques fouilles à ses frais et explore le tunnel creusé dans la colline. Il découvre gravés dans la paroi, tracés au charbon ou à la craie quelques noms parfois accompagnés de dates, traces de visites antérieures[13] : Prieur Delisle, Pingon 1550, Perret, Duchastre, Cointet 1552[14]. Alexandre Sirand publie son exploration dans une revue culturelle de l'Ain[15], et le site retourne à l'abandon[4].

En 1900, la galerie, dont les ouvertures sont encombrées de débris de terre et de roches, est en partie dégagée par le curé de Briod, l’abbé Jacquand, qui a pu organiser une visite pour les abbés Marchand et Morgon le  : dans un premier temps à l’entrée du côté Briord, sur une vingtaine de mètres, puis à l’autre extrémité du côté de la Brivaz. L’ouverture de la galerie taillée dans le rocher est large de 3 mètres et longue de 4 à 5 m. La largeur du tunnel, parcouru sur plus d’une centaine de mètres, est d'un mètre et demi à deux mètres, avec une hauteur variant entre 1,5 et 1,8 mètre, sauf aux entrées qui sont partiellement obturées de débris. La partie centrale du tunnel était impraticable lors de cette visite, mais les visiteurs estiment sa longueur totale à environ 200 mètres. Les traits de burin des mineurs du tunnel sont visibles sur les parois, et leur oblicité différente selon les entrées indique que deux équipes ont entamé le creusement à chaque extrémité. Elles ont dévié avant d’atteindre leur point de rencontre, qui forme donc un coude. Les visiteurs hésitent sur l’explication de cet écart, soit une déviation involontaire, soit une sinuosité ménagée pour casser la force du courant[16], hypothèse défendue par Adrien Blanchet[1].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques par arrêté du [17].

En 1905, des subventions pour terminer le dégagement du tunnel sont accordées par le ministère des Beaux-Arts (1 500 francs), le Conseil général de l'Ain et la société d'émulation de l'Ain (pour 200 francs chacun)[18]. En 1906 grâce aux financements, M. Chevelu entame les travaux de déblaiement[19].

En 2019, un collectif de géomètres entreprend de modéliser numériquement l'aqueduc[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Serbat 1907, p. 366.
  2. a et b Blanchet 1908, p. 36.
  3. Société Française d'archéologie 1908, p. 416.
  4. a et b Marchand 1905, p. 76.
  5. L'aqueduc souterrain de Briord.
  6. Blanchet 1908, p. 25.
  7. Blanchet 1908, p. 51.
  8. a et b Marchand 1905, p. 83.
  9. Marchand 1905, p. 77.
  10. Marchand 1905, p. 77-78.
  11. Marchand 1905, p. 79-80.
  12. Descombes Françoise, « Un nouveau fragment d'inscription chrétienne à Briord (Ain) », Gallia, tome 45, 1987. pp. 211-212 lire en ligne
  13. Société Française d'archéologie 1908, p. 415.
  14. Marchand 1905, p. 84.
  15. A. Sirand, « Treizième course archéologique », Journal d'agriculture, sciences, lettres et arts de l'Ain, 1853, p. 228
  16. Morgon 1900, p. 54-56.
  17. « Aqueduc romain », notice no PA00116351, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Morgon 1906, p. 6.
  19. Société Française d'archéologie 1908, p. 417.
  20. « Briord - Topographie. Des géomètres ont modélisé l’aqueduc romain numériquement », sur www.leprogres.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Société française d'archéologie, Congrès archéologique de France : Séances générales tenues à Avallon, en 1907, (lire en ligne).
  • Adrien Blanchet, « Aqueduc de Briord », Bulletin Monumental, t. 66,‎ , p. 412 (lire en ligne).
  • Adrien Blanchet, Recherches sur les aqueducs et cloaques de la Gaule romaine, Paris, Librairie Alphonse Picard et fils, (lire en ligne).
  • André Buisson, Carte archéologique de la Gaule: 01. Ain, Les éditions de la MSH, , 192 p..
  • Frédéric Marchand, « Briord - Aqueduc gallo-romain », Annales de la Société d'émulation, agriculture, lettres et arts de l'Ain, t. 38,‎ , p. 71-88 (lire en ligne)
  • J.-B. Morgon, « Le tunnel-aqueduc de Briord », Bulletin de la Société des sciences naturelles & d'archéologie de l'Ain, Bourg-en-Bresse, no 21,‎ , p. 53-57 (lire en ligne).
  • J.-B. Morgon, « L'abbé Joseph Jacquand, curé de Briord », Bulletin de la Société des sciences naturelles & d'archéologie de l'Ain, Bourg-en-Bresse, no 42,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  • Louis Serbat, « Aqueduc de Briord », Bulletin Monumental, t. 71,‎ , p. 365-366 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]