Aqueduc des monts d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc des monts d'Or
Image illustrative de l’article Aqueduc des monts d'Or
Le lavoir des Gambins, à Poleymieux-au-Mont-d'Or, marque aujourd'hui le point de départ de l'aqueduc des Monts d'Or.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Lieu Rhône
Type Aqueduc
Coordonnées 45° 49′ 48″ nord, 4° 48′ 45″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Aqueduc des monts d'Or
Aqueduc des monts d'Or

L'aqueduc des monts d'Or est un des aqueducs desservant la ville antique de Lyon, Lugdunum. Long de 26 km il recueillait les eaux des monts d'Or et arrivait au quartier des Minimes dans l'actuel 5e arrondissement de Lyon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il fut sans doute le premier aqueduc construit. Il est daté entre -30 et + 150 de notre ère, mais date probablement du début de cette période, vers l'an 20 avant Jésus-Christ, et fut peut-être décidé par Marcus Vipsanius Agrippa[1]. Il prenait sa source dans le vallon de Poleymieux-au-Mont-d'Or, au lieu-dit hameau des Gambins, et contournait le massif par l'est en recueillant les eaux de plusieurs autres sources (son tracé est visible par endroits à Curis-au-Mont-d'Or, Albigny-sur-Saône, Couzon-au-Mont-d'Or et Saint-Romain-au-Mont-d'Or[2],[3]). L'aqueduc descend lentement en suivant les courbes de niveau, à raison de 1,4 m par kilomètre en moyenne. [4]

La source du vallon d'Arches, à Saint-Romain-au-Mont-d'Or.

Construit à flanc de colline aux alentours de 300 m, il avait une pente de 1 à 1,5 mm par m. Son débit est très variable suivant les sources. Son volume intérieur était d'environ 50 × 60 cm, pour une emprise extérieure d'environ 1,50 × 1,90 m, ce qui assurait un débit théorique maximum de 12 000 m3 par 24 heures[5]. Camille Germain de Montauzan l'estime entre 8 000 m3 jour−1 (93 L s−1) et 15 000 m3 jour−1(174 L s−1)[6] ; Jean Burdy, entre 2 000 m3 jour−1 (23 L s−1) et 6 000 m3 jour−1 (70 L s−1)[7]..

Il comportait deux ouvrages d'art : le pont-siphon du vallon des Rivières, qui franchissait le ruisseau de Rochecardon entre Saint-Didier-au-Mont-d'Or et Champagne-au-Mont-d'Or au lieu-dit Le Bidon, et celui d'Écully, qui franchissait le ruisseau des Planches au lieu-dit Les Massues. Ces ouvrages ont commencé à être démantelés dès les grandes invasions, pour récupérer les pierres et le plomb des conduites. Les derniers vestiges du siphon d'Écully ont disparu au début du XIXe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Jean Burdy, Les aqueducs romains de Lyon, Lyon, L'Araire, , 136 p. (ISBN 978-2-7297-0683-8)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Camille Germain de Montauzan, Les aqueducs romains de Lyon : Étude comparée d'archéologie romaine. Thèse de doctorat, Paris, Ernest Leroux Éditeur, , 496 p. (ASIN B001C94UG8, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Montauzan 1908, « Chapitre I - Aperçu historique », page 16.
  2. Guide des aqueducs romains de Lyon, par Jean Burdy, Éditions lyonnaises d'art et d'Histoire, 1999, (ISBN 2-84147-063-6), p. 86 à 89.
  3. Fiche signalétique de l'aqueduc romain du Mont-d'Or, consulté le 4 mars 2011
  4. Département du Rhône, Préinventaire des monuments et richesses artistiques, 26, Couzon-au-Mont-d'Or, 1998, page 17
  5. Souterrains et captages traditionnels dans le Mont d'Or lyonnais, Michel Garnier et Philippe Renault, juin 1993, (ISBN 2-9507706-0-6), p. 115 à 117.
  6. Montauzan 1908, « Chapitre V - § II. - Mesure du débit et de la distribution », page 345.
  7. Burdy 2008, « Les aqueducs de Lugdunum », page 33.