Aqueduc de Peña Cortada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aqueduc de Peña Cortada
Image illustrative de l’article Aqueduc de Peña Cortada
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de la Communauté valencienne Communauté valencienne
Province Drapeau de la province de Valence Province de Valence
Commune Tuéjar, Chelva, Calles et Domeño
Coordonnées géographiques 39° 44′ 58″ N, 0° 58′ 05″ O
Fonction
Franchit Rambla de Alcotas
Fonction Aqueduc
Caractéristiques techniques
Type Pont en maçonnerie
Longueur 36 m
Construction
Inauguration Ier siècle
Historique
Protection Classé BIC (2004)
Géolocalisation sur la carte : Communauté valencienne
(Voir situation sur carte : Communauté valencienne)
Aqueduc de Peña Cortada
Géolocalisation sur la carte : Espagne
(Voir situation sur carte : Espagne)
Aqueduc de Peña Cortada

L'aqueduc de Peña Cortada (en espagnol : Acueducto de Peña Cortada) est un élément d'un système d'approvisionnement en eau de 28 km de long, mais originellement beaucoup plus long, qui traverse les municipalités de Tuéjar, Chelva, Calles, Losa del Obispo et Domeño dans la province de Valence, en Espagne.

Construit sous l'empire romain, vers la fin du Ier siècle ou le début du IIe siècle, il fait l’objet d’un classement au titre de bien d'intérêt culturel depuis le [1]. L'aqueduc est accessible aux piétons au terme d'un sentier escarpé de quelque 3 km au départ de la municipalité de Calles.

Description[modifier | modifier le code]

Le début de la canalisation se situe à 580 m d'altitude[2], et amène l'eau à un premier aqueduc qui comportait six arches, mais dont il ne reste qu'une, situé à la jonction du torrent del Agua et de l'Alcotas. La canalisation franchit ensuite un aqueduc très bien conservé, sur la Cueva del Gato; celui-ci comporte deux piliers de 18 m de haut et trois arches mesurant chacune 4 m de largeur et 3 m de côté; au sommet courait un canal de 60 cm de large par 40 cm de profondeur avec des parois de 20 cm d'épaisseur[3].

Pour faire franchir à la canalisation une barrière rocheuse, les constructeurs ont creusé onze tunnels de 180 cm de hauteur par 80 cm de largeur; ceux-ci sont percés de grandes ouvertures servant à donner de la lumière et à permettre l'évacuation des décombres lors du creusement du tunnel. Ils ont aussi effectué une coupure dans le rocher sur une longueur de 26 m, une hauteur de 18 m et une largeur de 90 cm, coupure qui a donné son nom à cet endroit (Peña Cortada signifie rocher coupé). Les archéologues ont relevé des restes de canalisation sur une longueur de 11 km[3].

En fait, le tracé antique est beaucoup plus long. Dès 1538, l'historien Pere Antoni Beuter avait cherché à savoir quelles villes cet aqueduc devait alimenter. Selon l'hypothèse la plus probable, il alimentait la ville de Liria, alors appelée Edeta, qui jouait un rôle de premier plan à l'époque romaine[4]. Au passage, il servait aussi à irriguer les champs de Villar et Casinos. Selon une recherche présentée en 2020 par l'archéologue Miquel R. Martí Maties, l'aqueduc original. Il allait d'une source située à Tuéjar, à 585 m d'altitude, jusqu'à la Plaza del Tossal, au centre de la ville de Valence, en passant par Domeño El Viejo, Gestalgar, Pedralba et Manises. Avec une longueur totale de 98,6 km, en il était le plus long aqueduc d'Espagne et le sixième du monde romain[5]. Des traces sont visibles sur une longueur de près de 60 km.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base BIC du ministère espagnol de la Culture sous le nom Acueducto de Peña Cortada et le n° de référence RI-51-0010211.
  2. 1. La captación de agua
  3. a et b Cantó & Curiel 1998, p. 95
  4. Cantó & Curiel 1998, p. 96-97.
  5. (es) Identificado el mayor acueducto romano de la península Ibérica, El Pais, 13 février 2020.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Julián Cantó Perelló et Jorge Curiel Esparza, « Infraestructura hidráulica de Peña Cortada », dans Actas del Segundo Congreso Nacional de Historia de la Construcción: A Coruña, 22-24 de octubre de 1998, Reverte, , p. 93-97
  • Antonio Josef Cabanilles, Observaciones sobre la historia natural, geografía, agricultura, población y frutos del Reino de Valencia, Madrid, Imprenta Real,