Aqueduc de Clausonnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aqueduc de Clausonnes
Aqueduc de la Bouillide
Image illustrative de l’article Aqueduc de Clausonnes
Vestiges du pont-aqueduc de Goa
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Lieu Valbonne, Vallauris, Antibes
Alpes-Maritimes
Type Aqueduc
Protection  Inscrit MH (1936)[1]
Coordonnées 43° 36′ 19″ nord, 7° 04′ 04″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Aqueduc de Clausonnes Aqueduc de la Bouillide
Aqueduc de Clausonnes
Aqueduc de la Bouillide

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Aqueduc de Clausonnes Aqueduc de la Bouillide
Aqueduc de Clausonnes
Aqueduc de la Bouillide

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Aqueduc de Clausonnes Aqueduc de la Bouillide
Aqueduc de Clausonnes
Aqueduc de la Bouillide
Histoire
Époque Ier siècle

Antipolis (Antibes) était alimenté à l'époque romaine par deux aqueducs, l'aqueduc de la Font Vieille et l'aqueduc de la Bouillide (ou Clausonnes).

Description de l'aqueduc de la Bouillide[modifier | modifier le code]

Aqueduc d'Antibes de la Bouillide

L'aqueduc de la Bouillide a une longueur d'environ 16 kilomètres. L'aqueduc comprend deux branches qui se rejoignent près du pont-aqueduc sur la Valmasque, avant les vestiges du pont-aqueduc sur le Goa. La source de la branche de la Bouillde se situe dans la commune de Valbonne. Celle de la branche de la Valmasque se trouvait dans la commune de Mougins.

Il devait atteindre Antibes par le vallon de Laval puis passait sous l'actuelle place De Gaulle. Il débouchait vraisemblablement rue de la République. Un morceau a été trouvé dans une maison de la rue du Haut-Castellet[2]

Le pont-aqueduc de Goa permettait à l'aqueduc de la Bouillide ou de Clausonnes de franchir le vallon du Goa. Il comprenait à l'origine 4 travées. Il reste les amorces des arches des extrémités et une pile. On trouve des éléments sur le sol.

Plusieurs ouvrages subsistent encore le long du tracé.

Il devait notamment alimenter la fontaine romaine du jardin du presbytère. Les travaux récents ont détaillé les principaux ouvrages d'arts encore visibles sur le tracé de l'aqueduc et ont montré des parallèles avec l'aqueduc de Fréjus[3].

Datation[modifier | modifier le code]

Les deux aqueducs d'Antibes ont des dimensions comparables, mais des différences de construction montrent qu'ils ne datent pas de la même époque. Les comparaisons avec d'autres ouvrages semblent montrer que l'aqueduc de la Bouillide est le plus ancien, et date du dernier tiers du Ier siècle.

L'aqueduc de Font Vieille, long de 4,5 km, doit dater du début du IIe siècle. La chambre de captage de l'aqueduc de la Font Vieille a été restaurée au XVIIIe siècle par Louis d'Aguillon. Elle est restée en service jusqu'au milieu du XXe siècle.

En 2009 une citerne d'une capacité de 60 m3 a été retrouvée dans la Montée Dor de Souchère qui devait être alimentée par récupération de l'eau de pluie.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aqueduc de Clausonnes (restes) », notice no PA00080649, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Musée archéologique d'Antibes, Aux origines d'Antibes. Antiquité et Haut Moyen Âge, p. 76-77, SilvanaEditoriale, Milan, 2013 (ISBN 978-8-836626854) ; p. 120
  3. Paul Garczynski et Jean Foucras avec la collaboration de Michel Dubar : L'aqueduc d'Antipolis dit de la Bouillide (Alpes-Maritimes), Gallia, 62, 2005, p. 13-34.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Formigé, « La Chèvre d'or à Biot (Alpes-Maritimes) et l'aqueduc de Clausonnes », dans Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 194, p. 225-227 (lire en ligne)
  • Marcel Prade, Les Ponts monuments historiques, p. 59, Brissaud, Poitiers, 1986 (ISBN 2903442819)
  • Jean Foucras, Paul Garczynski, Aqueduc romain d'Antipolis dit de la Bouillide, p. 43-52, Mémoires de l'Institut de Préhistoire et d'Archéologie des Alpes-Maritimes, Tome XLII, 2000
  • Jean Foucras, Paul Garczynski, Les sites en zone urbaine de l'aqueduc romain d'Antipolis dit de la Bouillide, p. 41-50, Mémoires de l'Institut de Préhistoire et d'Archéologie des Alpes-Maritimes, Tome XLV, 2003
  • Paul Garczynski, Jean Foucras, avec la collaboration de Michel Dubar, L'aqueduc d'Antipolis dit de la Bouillide (Alpes-Maritimes), p. 13-34, Gallia, année 2005, volume 62 Lire en ligne Plan de l'aqueduc dans la Valmasque
  • J. Marguier, L'aqueduc romain de la Bouillide à Antibes, p. 26-31, dans Provence historique, tome 5, fascicule 19, 1955 Lire en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]