Apricale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Apricale
Le centre historique d'Apricale
Le centre historique d'Apricale
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Ligurie Ligurie 
Province Imperia 
Code postal 18030
Code ISTAT 008002
Code cadastral A338
Préfixe tel. 0184
Démographie
Gentilé Apricalesi
Population 582 hab. (31-12-2010[1])
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 00″ nord, 7° 40′ 00″ est
Superficie 1 900 ha = 19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ligurie

Voir sur la carte administrative de Ligurie
City locator 14.svg
Apricale

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Apricale

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Apricale
Liens
Site web http://www.apricale.org/it/index.asp
Commune d'Apricale dans la province d'Imperia

Apricale est une commune italienne de la province d'Imperia dans la région Ligurie en Italie. Le village appartient à la catégorie des Plus beaux villages italiens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village médiéval est situé dans l'arrière-pays de Bordighera, dans la vallée du Merdanzo, affluent de la Nervia au pied du Mont Bignone (1 299 mètres), à 13 kilomètres de la Riviera di Ponente et à 52 km de la capitale provinciale, Imperia.

Le territoire de la commune fait partie depuis 2008 de la Comunità Montana Intemelia (Communauté Montagne intermédiaire).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du village semble remonter à l'âge du bronze[3] (sépultures de Pian del Re). Officiellement, le village a été fondé au Xe siècle par les Comtes de Vintimille, puis passa en 1276 aux Doria, seigneurs de Dolceacqua.

En 1267, le village se dote d'un statut, parmi les plus anciens de Ligurie, et devient une commune libre. En 1573, les Grimaldi de la principauté de Monaco détruisirent le château construit par les Doria. Faisant partie du marquisat de Dulceacqua, dépendant du comté de Nice, Apricale est annexé à la France en 1793, et rattaché au canton de Perinaldo, dans les Alpes-Maritimes. À la chute du Premier Empire, la commune revient au Royaume de Piémont-Sardaigne (1815) puis au Royaume d'Italie en 1861.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Madonna degli Angeli - église qui date du XIIIe siècle, mais qui a subi des transformations à l'époque baroque. On peut voir à l'intérieur une longue séquence de fresques, parmi lesquelles le "Couronnement de la Vierge Marie" (1400).
  • L'Oratoire de San Bartolomeo - renferme un précieux polyptyque qui représente le saint (1500).
  • Purificazione di Maria Vergine - église paroissiale, avec un clocher qui repose sur une tour du XIIIe siècle.
  • Sant'Antonio - petite èglise du XIIIe siècle avec des fresques du XVe siècle.
  • Château de la Lucertola - accueille un musée thématique bien intéressant dans ses salles décorées en style art nouveau (objets de collection, peinture, théâtre, mémoires et la "constitution" d'Apricale). Le Château est un point de rencontre artistique et culturel.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
7 juin 2009 en cours Roberto Pizzio Lista civica (it)  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bajardo, Castelvittorio, Dolceacqua, Isolabona, Perinaldo, Pigna (Italie), Rocchetta Nervina, Sanremo

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. I borghi più belli d'Italia I borghi più belli d'Italia
  3. Comune di Apricale en italien