Nzema (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Appolos)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nzema.
Nzema
Description de cette image, également commentée ci-après

Le roi des Nzema de Bassam.

Populations significatives par région
Autres
Langues nzema
Ethnies liées Akan

Les Nzema sont une population d'Afrique de l'Ouest vivant au Ghana, dans la région de Takoradi et Sékondi, et à l'est de la Côte d'Ivoire, dans la région de Grand-Bassam et Aboisso. Ils font partie du grand groupe des Akan.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on rencontre différentes formes : Amanya, Apolloniens, Apolo, Appolloniens, Appolo, Asoko, Assoko, Nzeman, Nzema, N'zima, Nzimas, Zéma, Zimba[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Appolos doivent leur nom à ce que les Européens les aient rencontré pour la première fois le jour de la fête Sainte Apollonia au mois de février. Ils s'appellent eux-mêmes Nzema.

Ils ont émigré du nord-est en passant par Kumasi pour occuper aujourd'hui une zone s'étendant du sud-est de la Côte d'Ivoire au sud-ouest du Ghana[2]. On les retrouve dans les départements de Grand-Lahou, Sassandra, Dabou, Jacqueville et d'Agboville en Côte d'Ivoire avec d'autres ethnies[3]. Ils font partie de la grande famille des Akans[4], dont l'emblème de ralliement est le symbole Ashanti kotoko (le porc épic).

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent le nzema, une langue kwa[5].

Société[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Il y a 7 clans chez les Nzema[6], chacun avec leurs symboles et leurs fonctions dans le groupe. Il s'agit de Ndjoafo, Ezohile, Nvavile, Adahonle, Alonwoba, Azanwule et Maafole.

Rite funéraire[modifier | modifier le code]

Il n'est pas rare de voir le défunt vous accueillir assis sur une chaise dans le plus beau de ses atours. En effet, les cérémonies funéraires sont très chères, ce qui pousse les familles à reculer l'inhumation plusieurs mois après le décès. Le moment venu, la famille présente le corps assis pour que le défunt assiste à sa propre cérémonie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité BnF [Bibliothèque nationale de France]
  2. Alain Bonnassieux, L'autre Abidjan : histoire d'un quartier oublié, Karthala, 1987, p. 171
  3. Catherine Coquery-Vidrovitch, Être étranger et migrant en Afrique au XXe siècle : enjeux identitaires et modes d'insertion, L'Harmattan, 2003, p. 434
  4. Cyrille Cléran, Elisabeth Lhomelet, Chroniques ivoiriennes, L'Harmattan, 2005, p. 81
  5. (en) Fiche langue (code «nzi») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  6. Côte d'Ivoire: une véritable mosaïque ethnique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest Aka Simon (dir.), Les Abouré Èhè et les Nzima Kotoko de Grand-Bassam : un creuset multiethnique pour le développement, l'Harmattan, Paris, 2015, 137 p. (ISBN 978-2-343-07097-1)
  • Kouamé René Allou, Les Nzema : un peuple akan de Côte d'Ivoire et du Ghana, L'Harmattan, Paris, 2013, 238 p. (ISBN 978-2-336-29275-5)
  • (en) Vinigi L. Grottanelli, The python killer : stories of Nzema life, University of Chicago Press, Chicago, 1988, 223 p. (ISBN 0-226-31004-3)
  • (it) Pierluigi Valsecchi, I signori di Appolonia : poteri e formazione dello stato in Africa occidentale fra XVI e XVIII secolo, Carocci editore, Roma, 2002, 345 p. (ISBN 88-430-2146-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]