Application de rencontre en ligne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une application de rencontre en ligne est un service de rencontre en ligne présenté par le biais d'une application pour téléphone mobile, qui tire souvent parti des capacités de localisation GPS d'un smartphone, de sa présence permanente et de son accès facile aux galeries de photos numériques et aux portefeuilles mobiles pour améliorer la nature traditionnelle des rencontres en ligne.

Ces applications peuvent simplifier et accélérer le processus de sélection de partenaires potentiels, de discussion, de flirt, et potentiellement de rencontre ou de relation amoureuse par rapport aux services de rencontre en ligne traditionnels.

Le lancement de Tinder en 2012 a entraîné une croissance des applications de rencontres en ligne, à la fois par de nouveaux fournisseurs et par des services de rencontres en ligne traditionnels qui se sont développés sur le marché des applications mobiles.

Les applications de rencontre en ligne sont désormais monnaie courante aux États-Unis. En fait, en 2017, c'est en ligne que les couples se rencontrent le plus aux États-Unis[1]. 39 % des nouveaux couples se rencontrent en ligne et les experts prévoient que ce chiffre passera à 70 % d'ici 2040[2].

Origines[modifier | modifier le code]

Tinder est l'application qui a été à l'origine de la montée en puissance des applications mobiles de rencontres[3]. Tinder a été lancé le 12 septembre 2012 par les fondateurs Sean Rad, Jonathan Badeen, Justin Mateen, Joe Munoz, Dinesh Moorjani, Chris Gylczynski et Whitney Wolfe. Bien que d'autres sources affirment que les fondateurs sont uniquement Mateen, Rad et Badeen[4].

Utilisation par groupe démographique[modifier | modifier le code]

Les applications de rencontres en ligne ciblent un groupe démographique jeune. Alors qu'auparavant, les gens étaient très peu exposés aux rencontres en ligne, aujourd'hui, près de 50 % des gens connaissent quelqu'un qui utilise ces services ou qui a rencontré l'être aimé par le biais de ces services[5]. En 2005, seuls 10 % des 18-24 ans ont déclaré avoir utilisé des services de rencontre en ligne ; ce chiffre est passé à plus de 27 % de cette population[6], ce qui fait de ce groupe démographique cible le plus grand nombre d'utilisateurs pour la plupart des applications. Lorsque le Pew Research Center a mené une étude en 2016, il a constaté que 59 % des adultes américains étaient d'accord pour dire que les rencontres en ligne sont un bon moyen de faire des rencontres, contre 44 % en 2005. Cette augmentation de l'utilisation par ce groupe cible peut être justifiée par leur utilisation accrue des smartphones qui les conduit à utiliser ces applications de rencontre pour smartphone. Environ 1 jeune de 18 à 24 ans sur 5 (22 %)[5] a déclaré utiliser des applications de rencontre en 2016, alors qu'ils n'étaient que 5 % à le faire en 2003[6].

Pendant la pandémie de Covid-19, Morning Consult (en) a constaté par ses sondages que les Américains étaient plus nombreux que jamais à utiliser des applications de rencontre en ligne. Dans un sondage réalisé en avril 2020, l'entreprise a constaté que 53 % des adultes américains qui utilisent des applications de rencontre en ligne les ont davantage utilisées pendant la pandémie[7]. En février 2021, cette part est passée à 71 %[8].

Applications populaires[modifier | modifier le code]

Après le succès de Tinder, beaucoup d'autres ont essayé de créer leurs propres applications de rencontre et des sites de rencontre comme Match.Com ont créé des applications pour plus de commodité. ARC d'Applause[9], un groupe de recherche sur l'économie des applications, a mené une recherche en 2016 sur la façon dont 1,5 million de consommateurs américains ont évalué 97 des applications de rencontre les plus populaires. Les résultats de la recherche ont indiqué que seules 11 apps ont obtenu un score de 50 ou plus (sur 100) avec plus de 10 000 avis de l'app store. Il s'agit de : Jaumo, OkCupid, happn, SCRUFF de Perry Street, Moco de JNJ Mobile, GROWL d'Initech, Skout (en), Qeep (en) de Blue Lion mobile, MeetMe (en), Badoo et Hornet. Une application ayant obtenu un score de 50+ était considérée comme un succès. D'autres applications populaires comme Bumble, Grindr, eHarmony (en), chamet et Match ont obtenu un score de 40 ou moins[9]. Pour garantir la confidentialité des célébrités, Raya (en) est apparue comme une application de rencontre basée sur l'adhésion, permettant l'entrée uniquement par le biais de références[10]. En 2019, Taimi, qui a commencé comme une alternative à Grindr, a lancé une première application de rencontre inclusive LGBTQI+[11]. La possibilité d'identifier des personnes ayant des intérêts similaires a donné naissance à un certain nombre d'applications de rencontre religieuses populaires, notamment Muzz (en) (musulman), Salams (musulman), Upward (chrétien), Christian Connection (en) (chrétien), JSwipe (en) (juif) et JDate (en) (juif)[12],[13],[14].

Effets sur les rencontres[modifier | modifier le code]

L'utilisation d'applications de rencontres en ligne peut présenter des avantages et des inconvénients :

Avantages[modifier | modifier le code]

De nombreuses applications proposent des tests de personnalité pour la mise en relation ou utilisent des algorithmes pour mettre en relation les utilisateurs[15]. Ces facteurs augmentent la possibilité pour les utilisateurs d'être mis en relation avec un candidat compatible. Les utilisateurs ont le contrôle ; on leur propose de nombreuses options afin qu'il y ait suffisamment de correspondances qui correspondent à leur type particulier. Les utilisateurs peuvent simplement choisir de ne pas faire correspondre les candidats dont ils savent qu'ils ne sont pas intéressés. Il est facile de réduire le nombre d'options. Lorsque les utilisateurs pensent être intéressés, ils peuvent chatter et apprendre à connaître le candidat potentiel. Ce type de communication permet d'économiser du temps, de l'argent et des risques que les utilisateurs n'éviteraient pas s'ils faisaient des rencontres de manière traditionnelle[16]. Les rencontres en ligne sont pratiques ; les gens veulent que les rencontres s'adaptent à leur emploi du temps. Les rencontres en ligne peuvent également accroître la confiance en soi ; même si les utilisateurs sont rejetés, ils savent qu'il y a des centaines d'autres candidats qui voudront les rencontrer et ils peuvent simplement passer à l'option suivante[17]. En fait, 60 % des adultes américains sont d'accord pour dire que les rencontres en ligne sont un bon moyen de faire des rencontres et 66 % disent qu'ils sont allés à un vrai rendez-vous avec une personne rencontrée par le biais d'une application. Aujourd'hui, 5 % des Américains mariés ou engagés dans une relation sérieuse disent avoir rencontré leur moitié en ligne[6].

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Parfois, avoir trop d'options peut être accablant. Avec autant d'options disponibles, les utilisateurs peuvent se perdre dans leurs choix et finir par passer trop de temps à chercher le candidat « parfait » au lieu d'utiliser ce temps pour entamer une vraie relation[16]. En outre, les algorithmes et les systèmes de correspondance mis en place ne sont pas toujours aussi précis que les utilisateurs le pensent. Il n'existe pas de système parfait capable de faire correspondre parfaitement les personnalités de deux personnes à chaque fois[18].

La communication en ligne manque également l'aspect chimie physique qui est essentiel pour choisir un partenaire potentiel. Beaucoup de choses se perdent dans la traduction par les textos. Les rencontres en ligne ont rendu les rencontres très superficielles ; la photo sur le profil d'un utilisateur peut faire en sorte qu'une personne corresponde ou ne corresponde pas avant même de connaître sa personnalité[19].

Après avoir analysé un nombre important d'applications mobiles de rencontres diverses, les chercheurs ont conclu que la plupart des principales applications de rencontres sont vulnérables à de simples attaques par reniflage, qui pourraient révéler des informations personnelles très sensibles telles que l'orientation sexuelle, les préférences, les e-mails, le degré d'interaction entre les utilisateurs, etc[20].

En outre, les plates-formes de rencontre en ligne deviennent également des lieux de reproduction pour les pots de miel dans lesquels les attaquants créent de faux profils pour voler les informations privées des utilisateurs. L'un de ces travaux étudie et évalue les vulnérabilités des utilisateurs à divulguer des informations personnelles identifiables (PII) dans Tinder, une application mobile de rencontre[21].

Les applications de rencontre amplifient le phénomène du « ghosting », qui consiste pour l'une des parties à une relation à rompre toute communication avec l'autre partie sans avertissement ni explication. Le ghosting pose un sérieux problème aux applications de rencontre car il peut conduire les utilisateurs à supprimer l'application. C'est pourquoi des sociétés comme Bumble et Badoo s'attaquent à cette pratique avec de nouvelles fonctionnalités qui permettent aux utilisateurs de mettre fin aux conversations plus poliment[22].

Les rencontres en ligne sont stigmatisées[23], mais elles sont de plus en plus acceptées au fil du temps.

Confidentialité des données[modifier | modifier le code]

Les applications et sites de rencontres en ligne sont souvent impliqués dans des affaires concernant l'utilisation abusive de données. En 2018, Grindr, la première plateforme de rencontres gay est accusée d'avoir partagé des données sur la séropositivité de ses utilisateurs avec de nombreuses entreprises[24]. Grindr a reconnu les allégations[25] mais a affirmé que c'était dans le but d'optimiser sa plateforme qui ne convainc pas la communauté LGBT. Grindr s'est défendu en partageant la Data Loss Prevention de l'entreprise et en rassurant les utilisateurs avec l'intervention publique de son directeur technique Scott Chen. En Europe, les plateformes de rencontres se soucient de plus en plus de la législation sur les données en raison des sanctions du RGPD qui menace les entreprises de sanctions économiques.

D'autres données personnelles sont vendues par les applis de rencontre. Celle qui est la plus achetée par les entreprises privées reste les informations géographiques des utilisateurs. Lorsque l'utilisateur autorise la localisation, les apps les enregistrent et les stockent en utilisant le système de coordonnées géographiques. En cas de violation des données, les informations géographiques exposent directement les utilisateurs.

Comme d'autres applications, les applications de rencontre peuvent connaître des brèches : des pirates ont révélé des problèmes de sécurité sur Tinder[26], Coffee Meets Bagel (en)[27] ou Adult FriendFinder (en) par exemple. Sur cette dernière, les données de plus de 412 millions d'utilisateurs ont été exposées, l'une des plus grandes fuites en termes de nombre de comptes exposés[28]. En 2016, le partage des informations personnelles de près de 40 millions d'utilisateurs d'Ashley Madison par un groupe de hackers, l'« Impact Team », a révélé leur vrai nom, leur numéro de téléphone, leur adresse électronique, leur position géographique et leurs préférences sexuelles[29]. Ashley Madison a assuré à ses plus de 35 millions d'utilisateurs que le service était totalement « anonyme » et « 100 % discret », mais n'a pas supprimé complètement les comptes lorsque les utilisateurs le souhaitaient (et ont payé pour cela) ou n'a pas reconnu que des données avaient effectivement été divulguées une première fois. Des suicides ont été signalés après la fuite[30]. Taimi a introduit une sécurité de niveau bancaire pour devenir « l'application de rencontre la plus sûre » pour les homosexuels[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nathan Yau, « Shifts in How Couples Meet, Online Takes the Top », sur FlowingData, (consulté le )
  2. (en) « Wild new world of dating will make 'swiping right' seem quaint », sur NBC News (consulté le )
  3. (en-US) Molly Wood, « Led by Tinder, a Surge in Mobile Dating Apps », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  4. (en-US) Condé Nast, « How the Tinder App Became a Success », sur GQ, (consulté le )
  5. a et b (en-US) 1615 L. St NW et Suite 800Washington, « Online dating usage by demographic group », sur Pew Research Center: Internet, Science & Tech (consulté le )
  6. a b et c (en-US) Emily A. Vogels, « 10 facts about Americans and online dating », sur Pew Research Center (consulté le )
  7. (en-US) « Online Dating Use Rises Amid Coronavirus Pandemic », sur Morning Consult, (consulté le )
  8. (en-US) « Spurred On by COVID-19, Millennials Lead the Way in Destigmatizing Online Dating », sur Morning Consult, (consulté le )
  9. a et b « The Best And Worst Dating Apps For 2016 - ARC - ARC », sur web.archive.org, (consulté le )
  10. (en-US) Kevin Roose, « Can ‘Illuminati Tinder’ Save Us All? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  11. (en-GB) « Queer News », sur Queer News (consulté le )
  12. (en) Leah Stodart, « These dating sites are actually good for finding a serious relationship », sur Mashable, (consulté le )
  13. (en) « This Couple Met On Upward & Credit Their Faith For Keeping Their Love Strong », sur Elite Daily (consulté le )
  14. (en) « Looking for love? Technology can help », sur Dallas News, (consulté le )
  15. « OkCupid », sur www.okcupid.com (consulté le )
  16. a et b (en) « Pros and Cons of Online Dating | Psychology Today », sur www.psychologytoday.com (consulté le )
  17. (en-US) « How Technology is Changing Dating », sur PsychAlive, (consulté le )
  18. (en-US) « The one thing about ‘matching’ algorithms that dating sites don’t want you to know », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )
  19. (en) « The Superficiality of Online Dating Apps », sur HuffPost, (consulté le )
  20. (en) Constantinos Patsakis, Athanasios Zigomitros et Agusti Solanas, « Analysis of Privacy and Security Exposure in Mobile Dating Applications », Mobile, Secure, and Programmable Networking, Springer International Publishing,‎ , p. 151–162 (ISBN 978-3-319-25744-0, DOI 10.1007/978-3-319-25744-0_13, lire en ligne, consulté le )
  21. (en) Mona Nandwani et Rishabh Kaushal, « Evaluating User Vulnerability to Privacy Disclosures over Online Dating Platforms », Innovative Mobile and Internet Services in Ubiquitous Computing, Springer International Publishing,‎ , p. 342–353 (ISBN 978-3-319-61542-4, DOI 10.1007/978-3-319-61542-4_32, lire en ligne, consulté le )
  22. (en-GB) Helena Horton, « Dating apps crack down on 'ghosting', as 'epidemic' of ignoring partners puts off users », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  23. « Online dating: Determining the presence of a stigma - ProQuest », sur www.proquest.com (consulté le )
  24. (en) « Grindr was a safe space for gay men. Its HIV status leak betrayed us | Brian Moylan », sur the Guardian, (consulté le )
  25. (en) Spencer Kimball, « Grindr defends sharing user HIV status with other companies », sur CNBC, (consulté le )
  26. (en) « Millions of Tinder users may be affected by new security breach », sur JOE.ie (consulté le )
  27. Donie O'Sullivan and Sara O'Brien CNN, « Dating app reveals data breach on Valentine's Day », sur CNN (consulté le )
  28. (en-US) « Adult FriendFinder hit with one of the biggest data breaches ever, report says », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le )
  29. (en) Russell Brandom, « Find out if your email is part of the Ashley Madison hack », sur The Verge, (consulté le )
  30. (en) « Life after the Ashley Madison affair », sur the Guardian, (consulté le )
  31. (en-GB) Shannon Power, « New gay dating app has 'bank-level' security for those afraid to be outed », sur Gay Star News, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]