Apple Newton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Newton.
Le Newton MessagePad 100, modèle original de la gamme.

Le Newton est un assistant personnel numérique mis sur le marché par Apple le [1] et abandonné en 1998. Il préfigure la tablette tactile, qui deviendra un succès planétaire en 2010 avec l'iPad de la marque à la pomme.

Historique[modifier | modifier le code]

Logo original d'Apple figurant Isaac Newton

Le projet est mis en chantier dès 1987 par Steve Sakoman (en), un ingénieur embauché par Steve Jobs en 1984 pour travailler sur une version portable du Macintosh.

Le logo original d'Apple Computer comportait une image d'Isaac Newton assis sous un pommier et Sakoman décida de nommer le projet « Newton »[1]. Il réunit une équipe d'ingénieur qui s'installe hors des locaux d'Apple, dans un entrepôt de Cupertino. Le but du projet est de mettre au point un ordinateur « tablette » qui puisse être vendu au même prix qu'un ordinateur de bureau, il serait de la taille d'une feuille A4 pliée en deux et disposerait d'un logiciel de reconnaissance d'écriture cursive[1].

Le produit est d'abord baptisé « Figaro »[1], plusieurs prototypes sont réalisés et des logiciels sont mis au point ; le plus difficile à programmer est la reconnaissance d'écriture pouvant s'adapter à plusieurs styles d'écriture.

En 1990, Apple commence à connaitre des problèmes financiers et Sakoman quitte Apple pour rejoindre Jean-Louis Gassée qui crée Be Inc.. D'autres projets similaires au Figaro sont alors en développement dans d'autres groupes de recherche. John Sculley, alors PDG d'Apple, donne une date de sortie pour un produit fini, le 2 avril 1992. Michael Tchao, qui a pris la place de Steve Sakoman, présente trois modèles de tailles différentes et c'est le petit modèle (appelé « Junior », 11,5 x 18 cm) qui sera retenu.

Le projet, rebaptisé MessagePad, est présenté au Consumer Electronic Show (CES) de Chicago durant l'été 1992 puis, largement amélioré, à Las Vegas le 8 janvier 1993[1]. Le logiciel est mis en Beta jusque fin mai 1993 pour éradiquer les nombreux bugs qui subsistent.

Le Newton MessagePad, assistant personnel à écran tactile sans clavier et équipé d'un logiciel de reconnaissance de l'écriture manuscrite est introduit par John Sculley le 2 août 1993 au salon Macworld de Boston[1], comme une « nouvelle révolution dans l'histoire de l'informatique »[réf. nécessaire] (bien que le Pen Pad Amstrad, ou PDA 600, un produit novateur mais bourré de défauts qui ne survivra que quelques mois[1], soit sorti en mars). Son nom officiel est MessagePad, mais il est généralement désigné sous le nom de Newton, qui s'applique à la ligne de produits basés sur le système d'exploitation Newton OS.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Deux versions du Newton MessagePad

Premier produit d'Apple à se démarquer du Macintosh, le Newton MessagePad peut être considéré comme une des premières tablettes tactiles. La première version de l'appareil sortie en 1993, il est maintenant considéré comme étant un appareil passé date. Cependant, il reste un bijou pour les collectionneurs de produits pommés.

Muni d'un écran monochrome, il pèse 484 grammes sans batteries pour le modèle Newton Messagepad 110, se pilote avec un stylet et offre des fonctions d'agenda électronique, de bloc-notes, de carnet d'adresses et de calculatrice. Des applications lui permettent de rédiger du courrier électronique et d'échanger des télécopies. Il reconnaît l'écriture cursive tracée sur n'importe quelle partie de son écran en identifiant la forme des lettres et le tracé du dessin, mais également au moyen d'un dictionnaire et d'une base de connaissances mise à jour automatiquement.

Son système d'exploitation NewtonOS, entièrement différent de Mac OS, s'appuie sur la programmation orientée objet (NewtonScript est un dérivé du langage Self). L'interface graphique reprend cependant une partie des concepts imaginés avec Mac OS mais ne s'affiche qu'en noir et blanc.

La gamme des produits Newton utilise des processeurs RISC, d'abord ARM, puis StrongARM, comparable à ceux qui équipent encore plusieurs modèles d'assistants personnels et de Smartphones, y compris l'iPhone d'Apple. Seules deux séries de Newton ont été développées avec un support de langue française, les séries 110 et 120. Tous les autres disposent d'un système soit en anglais, soit en allemand.

Deuxième génération[modifier | modifier le code]

Le Newton MessagePad fut décliné dans un second temps en plusieurs versions : MessagePad 110, 120 et 130, les derniers possédant un écran plus confortable et une mémoire plus conséquente. L'accueil de ces produits par la presse fut mitigé. Les spécialistes leur reprochaient alors de grosses lacunes dans la reconnaissance d'écriture. Les MessagePad 2000 et 2100, lancés en 1997, bénéficièrent d'une nouvelle version du système NewtonOS qui corrigeait une grande partie des problèmes antérieurs.

Le Newton Schlumberger

Watson[modifier | modifier le code]

La société française Schlumberger obtient une licence pour produire un MessagePad copie du Newton 2000 et destiné principalement à équiper les médecins en France, le logiciel OS2 est en langue française et un lecteur de Carte Vitale est intégré.[Quand ?] Une base d'accueil avec connectique Internet lui est adjointe. Cet appareil est aussi commercialisé sous le nom de « Watson ».

Connectivité[modifier | modifier le code]

Les derniers modèles de Newton sont capables de transférer des photos et de se connecter de façon autonome à Internet sans ordinateur, via un modem externe ou PCMCIA. Tous les Newton sont aussi capable de piloter une imprimante standard (non USB). Il existe même maintenant des solutions pour intégrer des cartes CompactFlash dans un Newton..

Disparition du produit[modifier | modifier le code]

Le Newton n'a pas survécu aux problèmes financiers d'Apple et sera arrêté en février 1998. Gil Amelio tentera d'abord de revendre la technologie puis mettra fin à la division au sein de l'entreprise Apple. Elle deviendra Newton Inc. qui sera réintégrée par Steve Jobs pour finir par être dissoute quelques semaines plus tard. Les membres de cette division, après avoir été licenciés, ont fondé PalmSource, puis Handspring. Récemment, Palm a racheté Handspring et Be, une autre société fondée par d'anciens d'Apple.

Les Newton font toujours l'objet d'un grand intérêt, et de nombreux groupes de passionnés organisent des réunions, forums, développement de logiciels pour ces machines. Ces appareils sont très demandés sur le marché de l'occasion.

Modèles[modifier | modifier le code]

Les Newton ont été produits en deux séries :

  • Les MessagePad
  • Les eMate

Les MessagePad étaient des assistants de poche à reconnaissance d'écriture et écran sensible. Ils ont connu plusieurs déclinaisons : l'OMP (Original MessagePad, le tout premier Newton), les 1x0 et les 2x00. Soit, chronologiquement, les appareils suivants : l'OMP, le 100, le 110, le 120, le 130, le 2000 et le 2100.

La deuxième série, les eMate, n'a donné lieu qu'à un seul modèle, le eMate 300, qui se présente dans un boîtier comparable à celui d'un ordinateur portable. Distribué dans les écoles américaines, il a été abandonné au moment où Newton Inc. a fermé avant qu'un second modèle, le eMate 360, ne soit mis en vente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) The Story Behind Apple's Newton - Tom Hormby, LowEndMac, 7 février 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • iPad, tablette tactile de la même société produite à partir de 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]