Appel malade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Appel malade ou appel infirmières sont des termes du jargon des télécommunications définissant des systèmes mis en place dans les établissements de santé permettant aux patients en difficulté de faire appel au personnel infirmier. Le patient actionne un manipulateur (aussi appelé poire) ou une tirette pour signaler un problème.

L’alerte provoque l'activation d’un voyant lumineux en général situé devant la chambre ou le local concerné. Elle est aussi transmise en activant un voyant dans le local des infirmiers. Dans certains cas, le nom de la chambre peut se mettre à défiler sur un afficheur ou sur un téléphone mobile de type DECT.

Les solutions proposées sont soit des systèmes filaires soit des systèmes sans fil, à radiofréquences. Ce marché n'étant pas encore réglementé, il n'existe à ce jour aucune norme NF (française) ou EN (européenne).

Aujourd'hui une seule norme existe l'utilisation de la fréquence 445, n'est plus autorisé en TX (transmission).[pas clair]

Composition du système[modifier | modifier le code]

Il existe deux catégories de matériels[1] :

  • appel malade filaire (wired nurse call)
  • appel malade sans fil (wireless nurse call)

Les systèmes filaires sont plus longs à installer mais plus fiables ; de plus en plus, la pollution électromagnétique est à proscrire dans les établissements de soin. Certains systèmes filaires utilisent les câbles déjà présents dans la chambre du patient. C'est un bon compromis en termes de coût et de rapidité d'installation.

Dispositif d'appel[modifier | modifier le code]

Plusieurs déclencheurs sont possibles, tel que le déclenchement de l'appel à partir du lit ou des sanitaires. Sur les anciens systèmes (1990 environ), aucune identification entre le lit et le sanitaire n'a été faite, aujourd'hui l'infirmier reçoit directement sur les récepteurs la différenciation entre le sanitaire et le lit, ce qui permet aux infirmiers de se diriger immédiatement vers le lieu de l'appel.

Terminaux de chambres[modifier | modifier le code]

Détecteurs de chute[modifier | modifier le code]

Des détecteurs de chute, associant accéléromètre et déclencheur d'appel, sont à disposition des personnes à risque et de leurs proches[1].

Hublots de signalisation[modifier | modifier le code]

Les hublots se trouvant dans les couloirs sont composés de deux leds, une verte et l'autre rouge, qui permettent d'avoir une visualisation pratique : la led verte permet de voir que la chambre est prise par du personnel soignant, la led rouge permet de constater que le résident a passé un appel et qu'il faut y aller. Si le personnel soignant veut du renfort, il peut presser un bouton qui fera une urgence dans ce cas pour le hublot plusieurs possibilités sont possibles en règle générale la led verte et rouge clignote de façon aléatoire.

Les afficheurs du couloir, alimentés en général en 230 Volts alternatif, permettent de rajouter une signalisation pratique. Formé par un rectangle de 1m environ sur 10cm équipé de led, plusieurs configurations sont possibles, câblé soit par RJ45 ou encore en RS-422 qui est limité en distance. Le défilement des appels passés par les résidents permet de voir tous les appels en cours et ainsi de solliciter le personnel même en cas de non réception sur les autres récepteurs de l'appel. Les afficheurs permettent aussi de pouvoir afficher les anniversaires du jour.

Historique informatique[modifier | modifier le code]

Les séniors étant de plus en plus nombreux, il est nécessaire d'avoir un système évitant les conflits lors de la prise en charge d'un patient. Le système, en plus de donner l'alerte, peut enregistrer l'identifiant du patient qui a sonné, le temps que le personnel soignant a mis pour prendre en l'appel en considération et y répondre, si le personnel est venu en chambre ou s'il a contacté le patient par téléphone, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Miskelly FG, « Assistive technology in elderly care », Age Ageing, vol. 30, no 6,‎ , p. 455-8. (PMID 11742772, lire en ligne [PDF]) modifier