Appel de Cochin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'appel de Cochin est un texte communiqué, le , par Jacques Chirac, alors maire de Paris, président du Rassemblement pour la République, et ancien Premier ministre.

Cet appel est signé de Jacques Chirac, mais on en attribue habituellement la paternité réelle aux deux plus proches conseillers de celui-ci à l'époque, Pierre Juillet et Marie-France Garaud.

Sa publication entrait dans le cadre de la « précampagne » du RPR pour les élections européennes de juin 1979, premières élections au suffrage universel du Parlement européen, jusque-là désigné par les Parlements nationaux des pays membres de la Communauté économique européenne.

Ce texte dénonçait notamment la politique « antinationale » de l'Europe fédérale d'un « parti de l'étranger », soit, dans l'esprit du signataire, l'Union pour la démocratie française, parti de centre-droit créé le 1er février 1978 à l'initiative de Valéry Giscard d'Estaing, alors président de la République.

Ce nom d'« appel de Cochin » a été donné à ce communiqué aussitôt après sa publication, en raison des circonstances dans lesquelles il a été élaboré. Jacques Chirac avait en effet été victime, le 26 novembre précédent, d'un accident de la route en Corrèze, département dont il était député de la 3e circonscription et président du Conseil général, et avait aussitôt été transporté à Paris, à l'hôpital Cochin, pour y recevoir les soins nécessités par ses blessures.

Plusieurs auteurs y voient une référence claire à l'appel du 18 juin, lié à l'héritage gaulliste du parti, Giscard d'Estaing étant ainsi allusivement comparé au maréchal Pétain et sa politique au régime de Vichy[1],[2].

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Florence Haegel, « Mémoire, héritage, filiation : Dire le gaullisme et se dire gaulliste au RPR », Revue française de science politique, vol. 40, no 6,‎ , p. 875 (DOI 10.3406/rfsp.1990.394525).
  2. Henry Rousso, Vichy : L'événement, la mémoire, l'histoire, Gallimard, coll. « Folio / Histoire » (no 102), 746 p. (ISBN 2-07-041749-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]