Apollon de Cyrène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Apollon de Cyrene
Apollo Kitharoidos BM 1380.jpg
Date
IIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Numéro d’inventaire
1861.7-25.1Voir et modifier les données sur Wikidata
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apollon (homonymie).

L'Apollon de Cyrène est une sculpture grecque de grande taille représentant le dieu Apollon, conservée au British Museum à Londres.

Découverte[modifier | modifier le code]

Cette énorme sculpture de 2,29 mètres de haut a été découverte au milieu du XIXe siècle au sein du Temple d'Apollon à Cyrène en Libye. Elle a été excavée par les explorateurs et archéologues britanniques, le capitaine Robert Murdoch Smith et le commandant Edwin A. Porcher. La statue a été retrouvée brisée en 121 morceaux, près du grand socle où elle se trouvait. Les fragments ont ensuite été rassemblés au sein du British Museum, afin de créer une statue relativement intacte, avec seulement le bras droit et la main gauche manquants[1].

Description[modifier | modifier le code]

La statue est faite en marbre de haute qualité et probablement peinte à l'origine[2]. Le dieu est représenté presque nu, vêtu d'un seul manteau tombant enroulé autour de ses hanches. En tant que dieu de la Musique, il est montré en train de jouer de la lyre, son instrument fétiche, avec un python enroulé en-dessous. La statue est un curieux mélange de caractéristiques masculines et féminines, qui témoignent de son origine hellénistique.

Temple d'Apollon[modifier | modifier le code]

Autre vue

La statue fut probablement la principale idole du Temple d'Apollon à Cyrène. La divinité aurait agi comme point central pour le culte et les activités rituelles.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lucilla Burn, The British Museum book of Greek and Roman Art, Londres, The British Museum Press,
  • (en) Peter Higgs, « The Cyrene Apollo », History Today, vol. 44, no 11,‎ , p. 50–54 (lire en ligne)