Apocryphe (littérature et art)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Apocryphe (littérature))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Apocryphe.
Lettre apocryphe de Mohammed II au Pape (Notes et extraits pour servir à l'histoire des croisades au XVe siècle / publ. par Nicolas Jorga. Sér. 4: 1453-1476, Paris ; Bucarest, 1915, page 126-127)

On qualifie d’apocryphe (du grec ἀπόκρυφος / apókryphos, « caché ») une œuvre « dont l'authenticité n'est pas établie »[1].

Littérature[modifier | modifier le code]

Toutes les littératures connaissent des apocryphes, certaines se sont même fait une spécialité d'autobiographies apocryphes[2],[3]. En France, l’Histoire apocryphe de Martin Guerre. On parle de pseudépigraphe, quand le nom de l'auteur ayant signé l'œuvre est faux[4].

Art[modifier | modifier le code]

Dans le domaine des arts plastiques, on parle de signature apocryphe, de monogramme apocryphe et de date apocryphe[5]. L'indication apocryphe peut être frauduleuse, pour attribuer une œuvre à un artiste célèbre, ou de bonne foi pour attester une tradition[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éditions Larousse, « Définitions : apocryphe - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 1er juillet 2018)
  2. Philippe Lejeune, L'autobiographie en France, Paris, Armand Colin, (réimpr. 2010), 3e éd. (1re éd. 1971), 224 p. (ISBN 978-2-200-26078-1, lire en ligne) :

    « L'autobiographie apocryphe : le cas est peu fréquent à l'époque moderne, mais plus courant au XVIIe et au XVIIIe siècles, dans la rédaction des mémoires. Dans ces textes à tendance autobiographique de cette époque, la mention « écrit par lui-même » doit éveiller autant la suspicion que l'intérêt. On sait par exemple que les mémoires de Pontis ont été « recueillis » par Pierre Thomas du Fossé, c'est-à-dire, dans une certaine mesure, écrits par lui. À l'époque moderne, le pis qui arrive est qu'une veuve abusive récrive à sa manière le texte de son mari, comme le fit Mme Michelet pour le Mémorial. »

  3. Jean-François Perrin, « Fictions de soi : Rousseau & Casanova, deux stratégies d’écrivain au XVIIIe siècle », Acta Fabula, no vol. 13, n° 3,‎ (ISSN 2115-8037, lire en ligne)
  4. « pseudépigraphe — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le 1er juillet 2018)
  5. « Liste des types d'inscriptions », sur Joconde : Portail des collections des musées de France, .
  6. Jean-René Gaborit, « L'anonymat dans l'art : La recherche de l'identification », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 26 septembre 2012).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]