Apocalypse de Douce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Apocalypse de Douce
The Douce Apocalypse 21r - Oxford - Bodleian Library.jpg
Ouverture du septième sceau, Livre VIII de la Révélation, f.5v
Artiste
Artistes anonymes
Date
vers 1250-1275
Technique
enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L)
31,1 × 20,3 cm
Format
63 folios reliés
Collection
N° d’inventaire
Douce 180
Localisation

L'Apocalypse dite de Douce est un manuscrit de l'Apocalypse de Jean enluminé, datant du troisième quart du XIIIe siècle, conservé à la bibliothèque Bodléienne sous la cote Douce 180. Le manuscrit contient 97 miniatures.

Historique[modifier | modifier le code]

Le manuscrit contient dans sa première lettrine historiée deux personnages, un chevalier et une dame agenouillés en prière devant la Trinité et comportant les armes de deux commanditaires du manuscrit : Édouard, prince de Galles et futur Édouard Ier d'Angleterre et sa femme Éléonore de Castille. L'ouvrage a été réalisé par étapes successives, à partir de 1254, date de leur mariage, jusqu'en 1272 et l'accession du prince au trône[1].

Par la suite, aucun propriétaire n'est identifié avant le XIXe siècle. Il est mis en vente chez Christie's par William Wilson en 1833. Il est acquis la même années par Francis Douce, qui lègue à sa mort en 1834 sa collection à la bibliothèque Bodléienne de l'université d'Oxford[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le manuscrit est composé de deux parties. La première (f.1-12) contient le texte, incomplet, de l'apocalypse en ancien français incluant des commentaires anonymes sans miniature et une grande lettrine historiée au début. La seconde (f.13r.-61r.) contient le même texte en latin avec lui aussi des commentaires extraits de ceux attribués traditionnellement à Berengaudus. Cette dernière partie contient 97 miniatures occupant chacune une demi page. Elle reste inachevée, certaines des miniatures étant encore à l'état d'ébauche. Le style des miniatures est directement inspiré de celui en cours à l'époque de saint Louis à Paris. Il pourrait avoir été réalisé dans le même atelier que le manuscrit de l'Apocalypse de la BNF Lat.10474[2]. Il a peut-être été réalisé à l'école du palais de Westminster à Londres[1],[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nigel Morgan, The Douce Apocalypse : Picturing the End of the World in the Middle Ages, Oxford, Bodleian Library, University of Oxford, coll. « Treasures from the Bodleian Library », , 112 p. (ISBN 978-1-85124-360-0, notice BnF no FRBNF42056461)
  • Jean Grosjean, Apocalypse de Jean : fac-similé du manuscrit Douce 180 conservé à la Bodleian library d'Oxford, Paris, Club du livre, , n.p.
  • (de)(en) Peter Klein, The Douce Apocalypse (facsimilé et commentaires), Graz, ADEVA, 1981-1983, 142+131 pages
  • Ingo Walther et Norbert Wolf (trad. de l'allemand), Codice illustres. Les plus beaux manuscrits enluminés du monde (400-1600), Paris, Taschen, , 504 p. (ISBN 978-3-8228-5963-6, notice BnF no FRBNF37691915), p. 186-187

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Walther et Wolf 2001, p. 186
  2. Notice de la BNF
  3. Notice de la Bodleian