Apóstolos Sántas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Drapeau du IIIème Reich est hissé sur l'Acropole d'Athènes en avril 1941. Dans la nuit du 30 avril 1941, il est enlevé par Apóstolos Sántas et Manólis Glézos et remplacé par le drapeau de la Grèce.

Apóstolos Sántas (grec moderne : Απόστολος Σάντας) ou Lákis Sántas (grec moderne : Λάκης Σάντας), né le à Patras, mort le à Athènes, est un héros de la résistance grecque pendant la Seconde Guerre mondiale, particulièrement connu pour avoir, avec Manólis Glézos, enlevé le le drapeau nazi qui flottait sur l'Acropole d'Athènes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille est originaire de Leucade et déménage pour Athènes en 1934. Il y fait ses études secondaires et commence son droit mais ne peut le finir qu'après la fin de la seconde guerre mondiale.

Après la défaite grecque, lors de la bataille de Grèce et l'occupation d'Athènes, le , la swastika remplace le drapeau grec au sommet de l'Acropole. Dans la nuit du , Apóstolos Sántas et Manólis Glézos enlèvent le drapeau nazi et remettent l'étendard grec dans ce qui est considéré comme le premier acte de résistance de la Grèce occupée. Les deux hommes sont condamnés à mort, par contumace, par les autorités allemandes[1], mais deviennent des héros nationaux.

Apóstolos Sántas rejoint alors les rangs de l'ELAS et participe à tous les combats en Grèce centrale[2]. Cependant, dès la guerre civile, il est arrêté en raison de ses opinions de gauche et déporté d'abord vers Ikaria en 1946 puis à Makronissos en 1948. Il réussit à fuir et à gagner le Canada via l'Italie. Il reste au Canada, où l'asile politique lui est accordé, jusqu'en 1962 et ne revient en Grèce que cette année-là.

Le , il meurt à Athènes , âgés de 89 ans. Sántas a reçu de nombreux prix de diverses institutions en Grèce et d'autres pays alliés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) L'acte de défiance continue de résonner en Grèce - Boston Globe Archives - 31 mai 2001
  2. Cahiers du communisme, Volume 43, Issue 2, p. 115 - 9 décembre 2010

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]