Anyango

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section est évasif ou trop peu précis. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Améliorez sa qualité à l'aide des conseils sur les sources !

Anyango
Nom de naissance Eriko Mukoyama
Naissance
Tokyo, Drapeau du Japon Japon
Activité principale musicienne
Genre musical musique du monde, ohangla
Instruments nyatiti
Années actives depuis 1981
Labels JOWI music
Site officiel anyango.com

Eriko Mukoyama, connue sous le nom de scène d'Anyango, est une musicienne japonaise qui joue du nyatiti un instrument classique luo. Elle est la première joueuse féminine non kényane à jouer cet instrument ce qui lui apporte une certaine renommée internationale.[réf. souhaitée] Anyango signifie « « née entre 9 et 11 heure du matin » en luo, les Luo vivent dans la région des Grands Lacs au bord du lac Victoria au Kenya.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Elle est née en 1981 à Tokyo. Elle aime la musique depuis son enfance. Élève de secondaire, elle forme un groupe de rock amateur dont elle est la chanteuse.
  • En 2001, lors de sa troisième année universitaire, elle décide d’aller à New York pour apprendre la musique mais l’avion devant l’y emmener est contraint de revenir au Japon. C'était le jour des attentats du 11 septembre.
  • En mars 2003, elle réussit à débarquer à New York mais les États-Unis ayant, peu après, déclenché la guerre d'Irak, elle retourne alors dans son pays. Par la suite, un ami, employé au gouvernement japonais, l’invite à assister, à Tokyo, à un concert de musique traditionnelle kényane, joué par Burukenge un groupe musical japonais. Selon, elle « les battements des tambours ont changé ma vie ». Peu après elle rejoint et intègre ce groupe.
  • En 2004, elle se rend avec son groupe au Kenya pour étudier la musique. Lors de sa seconde visite en août 2004, Anyango décide indépendamment de ses collègues, d’effectuer un séjour de plusieurs mois afin d’apprendre à jouer du nyatiti. Cela ne fut pas facile car cette lyre à huit cordes est, traditionnellement, joué par les hommes[1].
  • En 2005, elle s’installe à Siaya, situé dans l’ouest du Kenya, pour perfectionner sa maîtrise de l'instrument. Elle devient ainsi la première femme joueuse de Nyatiti dans le monde. Elle se produit, devant plus d’un millier de personnes, au centre culturel Bomas of Kenya de Nairobi devenant ainsi la première artiste non kényanne à s’y produire depuis sa création en 1971.
  • En 2007, elle devient célèbre au point d’apparaître à la télévision[2], dans des journaux et de passer sur les ondes de nombreuses émissions de radio au Kenya. Elle joue également devant cinquante mille personnes lors d’un concert Stop Aids', qui se tient aux abords du lac Victoria, organisé par Lake Victoria HIV/AIDS Youth Awareness concert.
  • En mai 2008, à Yokohama, elle joue devant de nombreux dirigeants japonais et africains lors d'une cérémonie organisée lors de TICAD IV, la quatrième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (en anglais Tokyo International Conference on African Development). En juin, elle participe au festival Sapporo Yosakoi Soran Matsuri et danse avec trois mille danseurs japonais et douze élèves de l'enseignement secondaire réunis par Aduolo Omondi et Halima Andai représentant des professeurs qu’elle avait invités à venir du Kenya. De cette action, elle reçoit un prix d’encouragement Yosakoi Soran Matsuri Soshiki Iinkai.
  • En juillet 2009, elle est sélectionnée parmi les cent japonais les plus respectés au monde selon Newsweek Japan. En septembre, elle commercialise, au Japon, son premier album intitulé Nyatiti Diva.
  • En mai 2010, elle sort un second album intitulé HORIZON incluant certaines de ses propres compositions. En août, elles apparaît sur la scène du Fuji Rock Festival le plus grand festival de rock au Japon[3]. Elle est élue meilleure artiste dans la catégorie musiques du monde.
  • En août 2012, publication de son livre, Anyango no Shin-Yume wo Tsukamu Hosoku, qui est un temps classé en tête de la section hors Fiction, de Amazon Japon.
  • En juillet de la même année, elle fait une tournée en France, jouant à Paris et Bordeaux.
  • En 2013, elle tient un concert régulier au Japon titré Anyango Promenade. Cet évènement à aussi pour but de célébrer la commémoration de l’anniversaire de l’Indépendance du Kenya.
  • En mars 2013, elle est invitée à jouer aux rencontres culturelles Mvet'Art à Strasbourg en France.
  • En mai 2013, Anyango est en couverture du mois du magazine Japan Journal contenant la publication de son interview.
  • Anyango est en train de préparer sa tournée mondiale 2013, elle jouera en Italie, Allemagne et au Kenya.
  • Dupuis trois ans, Anyango est chroniqueuse à la radio internationale NHK World Swahili.
  • La chaîne NHK World TV a également diffusé un documentaire de Anyango intitulé My African Music.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Nyatiti Diva
  • 2010 : HORIZON
  • 2011 : Teï Molo

Jeu instrumental[modifier | modifier le code]

Eriko Mukoyama utilise la nyatiti à la façon ancestrale des Luo. Le joueur est assis soit à même le sol soit sur un siège très bas et maintient un des montants de la table d'harmonie à l'aide des orteils de l'un de ses pieds. Le talon de ce pied, dont la cheville est ornée de gara (« clochettes »), martèle le sol pour marquer le tempo. Les cordes sont positionnées à l'horizontale[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chez les Luo, la performance musicale est réservée aux hommes et les performances vocales et chorégraphiques sont réservées aux femmes
  2. NTV, reportage du 5 avril 2007 [(en) lire en ligne]
  3. Fujirockers, article sur le festival de 2010 [(en) lire en ligne]
  4. Explication sur l'instrument et comment en jouer (commentaires en langue luo) [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]