Antumi Toasijé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antumi Toasijé
Description de cette image, également commentée ci-après

Antumi Toasijé

Naissance
Profession

Antumi Toasijé, né le , est un historien et militant panafricaniste espagnol, d'ascendance sierra-léonaise. Il est spécialiste de la culture africaine de la résistance, du racisme et de la philosophie politique panafricaine. Il a développé son activité académique et sociale principalement en Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antumi Toasijé est né d'un père espagnol et d'une mère afro-colombienne, dont la famille était originaire de Sierra Leone.

Il suit d'abord des études universitaires aux Îles Baléares, y obtenant une licence en histoire. Il est alors membre d'un groupe de poésie, Desfauste, et participe à la vie culturelle des îles. Il poursuit ensuite ses études jusqu'au doctorat à l'Université autonome de Madrid. Il est Directeur et membre fondateur du Centre d'études panafricaines[1],[2]. Il etait membre du Groupe d'études africaines de l'université autonome de Madrid (2004-2006). Il a dirigé la revue Migrations de la Fédération des associations de migrants des Baléares.

En 2003, il fonde à l'Université des îles Baléares, avec un groupe d'intellectuels africains ou d'ascendance africaine, l'Association d'études africaines et de panafricanisme, dont la revue NSIBIDI est la première revue d'études sociales centrée sur l'Afrique en espagnol. En 2005, il dirige le comité scientifique du 2º Congrès panafricain en Espagne avec l'appui de l'UNED[3]. Actuellement il est un d'es coordonnateurs du le mouvement pour la réparation des dommages causés par l'esclavage hispanique[4]. Antumi Toasijé est aussi coordonnateur de l’Union africaine (U.A.) pour la 6e région de la Diaspora africaine en Espagne et délégué de la Ligue panafricaine – UMOJA (LP-U) en Espagne[5].

Il est coauteur de plusieurs livres sur les migrations et d'autres thèmes africo-centrés, et a écrit extensivement dans des publications tant spécialisées[6] que de popularisation[7]. Conférencier régulier dans des universités et d'autres institutions, il est généralement cité comme le représentant d'une génération panafricaniste en milieu castillan, groupe auquel appartiennent d'autres intellectuels comme Mbuyi Kabunda Badi ou Juste Bolekia Boleká.

Articles et ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mujer africano norteamericana decimonónica: imagen, discurso y actitudes liberadoras. (2006)
  • The Africanity of Spain Identity and Problematization. (2007)
  • La esclavitud en el XVI en territorios hispánicos. (2008 Published in 2010)
  • Autoafirmación y naturalidad en las literaturas africanas clásicas de resistencia de la mano de Edward Said. (2008)
  • Desarrollismos Despistes y Auto-Realización Africana. En torno a Amartya Sen y M. Molineux. (2010)
  • La memoria y el reconocimiento de la comunidad africana y africano-descendiente negra en España: El papel de la vanguardia panafricanista. (2010)
  • El cine de África negra: la mirada moral.(2010)

Livres[modifier | modifier le code]

  • Si me preguntáis por el Panafricanismo y la Afrocentricidad (2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Panafricanisme

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Jordi Tomàs et Albert Farré, Los estudios africanos en España: balance y perspectivas, Barcelone, CIDOB, , 80 p. (lire en ligne), p. 40-41
  2. Keaton, Trica Danielle., Sharpley-Whiting, T. Denean. et Stovall, Tyler., Black France-France noire the history and politics of blackness, London, Duke University Press, , 323 p. (ISBN 9780822352624, OCLC 867412975, lire en ligne), p. 303-304
  3. Vídeo del 2º Congreso Panafricano
  4. Artícle, en Espagnol, Nómadas Revista Crítica de Ciencias Sociales y Jurídicas de la UCM [1]
  5. Antumi TOASIJE, assure désormais la Délégation de la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) en Espagne
  6. « Antumi Toasijé (Antumi Toasije) - Citas de Google Académico », sur scholar.google.fr (consulté le 13 février 2017)
  7. (es) « Dominio Público », sur http://www.publico.es, 2009-20011 (consulté le 13 février 2017)