Antony Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antony Beaumont
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
Nationalité
Activités

Antony Beaumont, né le à Londres)[1], est un musicologue, écrivain, chef d'orchestre et violoniste anglais et allemand[2]. En tant que chef d'orchestre, il se spécialise dans la musique allemande de la première moitié du XXe siècle, y compris des œuvres de Zemlinsky, Weill et Gurlitt. En tant que musicologue, il publie des livres sur Busoni, Zemlinsky et Mahler.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anthony Beaumont naît à Londres, de filiation anglo-allemande et gréco-roumaine. Il étudie à l'université de Cambridge, travaille comme disc-jockey pour la BBC, écrit des critiques pour The Daily Telegraph et joue du violon et du piano en tant qu'artiste indépendant. À divers moments, il joue sous la direction des chefs Otto Klemperer, Leopold Stokowski et Georg Solti. Après ses études, il déménage en Allemagne et devient citoyen allemand[2]. Beaumont occupe des postes de direction d'orchestres à Brême, Cologne et Sarrebruck, et dirige des productions d'opéra en Angleterre et en Italie[3].

Musicologie[modifier | modifier le code]

Doktor Faust[modifier | modifier le code]

Beaumont prépare de nouvelles versions des deux dernières scènes de l'opéra inachevé de Busoni, Doktor Faust, basées sur des croquis récemment découverts. Cette version sert d'alternative à l'achèvement réalisé par l'élève de Busoni, Philipp Jarnach, qui était basé sur des informations moins détaillées[2]. Les changements dans la scène 2 se produisent pendant la vision d'Hélène de Troie et incluent un texte légèrement modifié et de la musique supplémentaire pour le personnage de Faust de telle sorte que la scène joue pendant environ 39 au lieu de 37 minutes. Dans la version Jarnach de la scène 3, la scène finale, Faust subit une sorte de malheur conventionnel, mourant à l'accompagnement d'accords mineurs en mi bémol ; dans la version Busoni / Beaumont, Faust réalise une résurrection auto-réalisée : Dans la liberté que j'ai gagnée, Dieu et le diable succombent. Jarnach était peut-être mal à l'aise avec la moralité, ou le manque perçu de celle-ci, des intentions originales de Busoni[4]. Les changements dans la scène 3 incluent également une action supplémentaire pour Mephistopheles (il soulève le corps de Faust sur ses épaules et quitte lentement la scène), et un dernier passage choral introuvable dans la version de Jarnach. Ces changements prolongent la scène d'environ 25 à 29 minutes. La partition complète de l'achèvement de Beaumont existe sous forme de manuscrit ; la partition vocale a été publiée par Breitkopf & Härtel, Wiesbaden, en 1982[5].

La version Beaumont n'a pas été souvent utilisée dans les productions scéniques de l'opéra[2]. Il a été créé à Bologne en avril 1985[1]. Une coproduction entre l'Opéra national anglais, le Deutsche Oper Berlin et l'Opéra de Paris est montée à la fin des années 1980[6]. Les performances anglaises (débutant le 25 avril 1986) sont dirigées par Mark Elder et Antony Beaumont, avec Thomas Allen (Faust) et Graham Clark, et sont données dans la traduction anglaise par Edward J. Dent, révisée par Beaumont[7]. Il s'agit de la première mise en scène de l'opéra en Grande-Bretagne. Le DVD de l'Opéra de Zurich de 2006, avec Thomas Hampson dans le rôle de Faust et la direction de Philippe Jordan, utilise la version de Jarnach et fait alors l'objet d'une sévère critique[8]. La production au Metropolitan Opera en 2001, avec Hampson comme Faust et dirigé par Philippe Auguin, utilise également la version moins authentique de Jarnach[4].

Zemlinsky[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, Beaumont commence à étudier la vie et la musique de Zemlinsky, à diriger et enregistrer plusieurs pièces moins connues (voir ci-dessous), et à préparer un opéra inachevé Der König Kandaules de Zemlinsky. En outre, il écrit et publie une biographie de Zemlinsky en 2000, qui a été largement saluée[2].

Alma Mahler[modifier | modifier le code]

En recherchant l'affaire de Zemlinsky avec Alma Mahler à la bibliothèque de l'Université américaine, Beaumont trouve ses premiers journaux datant de cette période de sa vie. Beaumont édite et traduit les journaux intimes et les publie en 1999. À propos de ce volume, Kirkus Reviews UK écrit :

« Désolée à la fin d'une romance avec Gustav Klimt, Alma Mahler-Werfel tombe brièvement amoureuse de son professeur de piano, Zemlinsky : "tellement incommensurable!" écrit-elle dramatiquement. Sa vie était remplie d'un tel drame qu'elle fut bientôt attirée par Gustav Mahler. Mahler-Werfel était un personnage extrêmement dramatique et une beauté charismatique. Ses journaux intimes, griffonnés dans de vieux cahiers d'exercices, témoignent de son développement de l'adolescence à la féminité, jusqu'à son mariage avec Mahler. Ils fournissent une image vivante de Vienne dans les années 1900, avec des comptes rendus des expositions de la Sécession, des performances des symphonies de Mahler et Bruckner, de la scène sociale et des modes[9]. »

Des recherches supplémentaires ont conduit à la traduction et à la publication en 2004 de Beaumont de lettres écrites par Gustav Mahler à Alma, au cours de la période où elle était l'épouse de Mahler. Alma avait publié bon nombre de ces lettres en 1940, mais elles furent corrigées de façon importante pour la présenter de façon la plus avantageuse possible. L'édition que Beaumont a traduite comprend ces lettres sous forme non révisée et inclut 188 lettres supplémentaires et d'autres documents non publiés. Les textes, complétés par des commentaires détaillés, décrivent une relation explosive entre deux personnes de caractère et de tempérament très différents. Le Mahler qui émerge de ces sources authentiques et non censurées est chaleureux, authentique et touchant.[10].

Enregistrements[modifier | modifier le code]

En tant que chef d'orchestre, Antony Beaumont enregistre notamment chez Chandos Records.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Note de couverture pour la publication d'Antony Beaumont (1987).
  2. a b c d et e Lewis, Uncle Dave, Allmusic, reproduced at Answers.com. Accessed on 3 February 2009.
  3. Antony Beaumont (biographical note) at The Banff Centre website, 2011 Winter Music Creative Residencies, Program Faculty.
  4. a et b Ross, p. 91.
  5. Beaumont (1985), p. 312.
  6. Roberge, pp. 352-353.
  7. Porter, Andrew (1986). "Musical Events" New Yorker 62 (30 June 1986), p. 57-58.
  8. Reviewed by Guy Rickards in Gramophone, March, 2008, p. 90 (Accessed 27 Apr 2009.)
  9. Reproduced on the Amazon.com product page. Accessed on 3 February 2009.
  10. Product description on the Amazon.com product page. Accessed on 3 February 2009.
  11. « Manfred Gurlitt (1890—1973) », sur phoenixedition.com.
  12. Antony Beaumont, « livret en ligne »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Marc-André Roberge, Ferruccio Busoni: a bio-bibliography, New York, Greenwood Press, 1991 (ISBN 0-313-25587-3)
  • (en) Alex Ross, « Outsiders. Ferruccio Busoni and Frank Martin come in from the cold », The New Yorker, 29 janvier 2001, p.90–91.

Liens externes[modifier | modifier le code]