Antoniucci Volti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Antoniucci Volti
Orléans Musée des Beaux-Arts.jpg

Pensive (1984), sculpture de Volti installée devant l'entrée du musée des beaux-arts d'Orléans.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Sculpteur, dessinateur, graveur sur cuivreVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées

Antoniucci Volti, pseudonyme d’Antoniucci Voltigero, est un sculpteur, dessinateur et graveur français d'origine italienne, né le à Albano Laziale (Latium), et mort le à Paris.

Sa sculpture de tradition figurative s'inscrit dans la lignée d'Aristide Maillol (Les Trois Grâces en particulier). Toute son œuvre glorifie la femme et son corps :

« Ce qui m’enchante dans un corps de femme, ce sont les rythmes et les volumes. »

[réf. nécessaire]

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoniucci Voltigerno, dit Antoniucci Volti, est né le à Albano Laziale[1]. Sa famille est originaire de Pérouse (Italie). Son père était tailleur de pierre professionnel. Il s'installe à Villefranche-sur-Mer dès 1905 et est naturalisé français. Il retourne cependant en Italie, où naît son fils, puis, après la naissance, il prend définitivement résidence à Villefranche en 1920.

En 1928, Volti est admis à l’École des arts décoratifs de Nice (devenue la villa Arson). Après avoir obtenu une médaille d'or à la foire de Marseille avec deux bas-reliefs polychromes, en 1932, il s'inscrit à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Jean Boucher. Il obtient le premier second grand prix de Rome.

Mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, après avoir été malade, il est rapatrié en mars 1943. Il retrouve son atelier au no 5 de la rue Jean-Ferrandi détruit par une bombe en septembre de cette même année. Ses réflexions au cours de sa captivité et ce sinistre ont détruit tout son passé artistique et les influences diverses qu'il a reçues de ses maîtres. C'est à cette époque que sa sculpture devient plus personnelle et qu'il commence à signer « Volti ». Bien que son passé ne soit complètement effacé, il considère être un autodidacte.

Après la Libération, Antoniucci Volti reçoit ses premières commandes publiques (la première pour la ville de Colombes) et commence à produire ses œuvres monumentales toujours autour de son sujet préféré, la Femme, consacrant sa vie d’artiste à la célébrer :

« Ce qui m’intéresse, c’est moins la femme que son architecture… C'est dans le corps de la femme que je puise mon inspiration. »

[réf. nécessaire]

Il dessine chaque jour d’après des modèles vivants comme le font nombre de sculpteurs. En 1950, il est nommé professeur de sculpture sur bois à l'École des arts appliqués de Paris. Tout au long de sa vie, il accumula croquis et études, au crayon, au fusain ou à la sanguine. Ils lui permettaient de mieux analyser les volumes et de trouver son style, très particulier, dans lequel on reconnait les données constantes de la statuaire méditerranéenne. Souvent comparé à Maillol, il disait : « Maillol est un charnel. Moi, je suis un architecte de la sensualité. »[réf. nécessaire] Il fut ensuite influencé par la sculpture de Henry Moore[réf. nécessaire] et par ses lignes simples.

Quelque temps avant sa mort, il s'était occupé, avec l'association des commerçants de Villefranche-sur-Mer, de faire ériger un Buste de Jean Cocteau face à la chapelle Saint-Pierre, commandé à Cyril de La Patellière.

Une première rétrospective de son œuvre a été organisée en 1957 à Paris. Il exposait régulièrement au Salon Comparaisons.

Les sculptures de Volti figurent sur les places de nombreuses villes (Paris, Angers, Orléans, Colombes…). Un musée-fondation lui est dédié dans la citadelle de Villefranche-sur-Mer où il a toujours vécu.

Œuvre[modifier | modifier le code]

[style à revoir] Volti est un sculpteur extraordinaire qui nous réconcilie avec le beau. Son art s’inscrit dans une tradition (Cézanne disait[réf. nécessaire] : « On ne se substitue pas au passé, on y ajoute quelque chose ») : Volti ne nie pas l’héritage du passé, l’héritage des Rodin, Maillol, Henry Moore, mais il l’intègre dans une forme nouvelle, qui réconforte et nous donne un plaisir immédiat : la sculpture de Volti est lisse, ronde, humaine. Rien n’est aigu en elle, même dans les sculptures les plus géométriques qui rappellent l’art de Henry Moore, rien n’est agressif, et tout rappelle la vie.

Volti est un architecte de la femme, par rapport à Maillol, sa sculpture peut être monumentale ou petite, mais est toujours rigoureuse, équilibrée, stable. L’élément le plus exceptionnel et qui caractérise le talent de la sculpture de Volti sont les « vides » : ces espaces que les sculpteurs classiques et modernes remplissent car il n’y a que Volti qui a été capable de respecter, les espaces vides dans un corps accroupi (Intimité) ou plié sur lui-même (La nuit) la capacité de travailler la terre en lui donnant la vie et le mouvement des corps de ses modèles. C'est ça qui fait que c'est un artiste très recherché et connu dans le monde entier.

Ses œuvres sont conservées dans les collections publiques[réf. nécessaire] et des collections privées comme celle d'Alain Delon, qui compte deux Muses de Volti[réf. nécessaire].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • Harmonie, sculpture monumentale, Paris, carrefour des Arts-et-Métiers
  • La Méditerranée, statuette en bronze[2]
  • Jeune femme allongée sur l'herbe, dessin aquarellé[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :