Antoniotto de Botta-Adorno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoniotto Adorno, Adorno et Botta.
Antoniotto de Botta-Adorno
Genova - Antoniotto Botta-Adorno.jpg

Antoniotto marquis de Botta-Adorno

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
PavieVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Grade militaire

Antoniotto (ou Antoine Othon), marquis de Botta-Adorno, est né le à Pavie et y est mort le . Il est reçu de minorité à l’âge de quinze ans dans l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem[1] mais au moment de présenter les vœux de l'Ordre il se met, en 1709, au service de la cour de Vienne où il fera ses premières armes auprès du prince Eugène de Savoie-Carignan. En il devient ministre plénipotentiaire aux Pays-Bas sous le règne de Marie-Thérèse d’Autriche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoniotto de Botta-Adorno fut d’abord un militaire au service du Saint-Empire dans l'armée impériale où il deviendra colonel en 1725 avant d’être promu général-major en 1735. Il prit part à différentes guerres au nom du Saint-Empire.

De 1737 à 1739 il fit la campagne contre les Turcs[1]. Il fut envoyé à Berlin et à Saint-Pétersbourg durant la guerre de succession d'Autriche où il fut nommé ambassadeur. Il fut témoin, le , de la révolution par laquelle Elisabeth Petrovna, fille de Pierre Ier, reversa la domination de la régente. Deux ans plus tard il sera accusé d’avoir intrigué pour exciter un soulèvement en faveur du prince de Brunswick-Bevern[2] par la tzarine et se placera sous la protection de Frédéric II. Frédéric le Grand le cite dans ses mémoires avec des propos peu élogieux quant au complot dont Botta avait été l'origine, à la cour russe, à l'instigation de la France, et qui avait mené à la déportation en Sibérie de plusieurs personnalités. Cette "machination" lui avait valu un rejet des cours de Prusse, de Hongrie et du Saint-Empire.

Il rentrera en Italie où il servira sous les ordres du prince de Lichtenstein, qui tenait tête à l’armée de France et d’Espagne. Il prendra possession de Gênes le 5 septembre au nom de l’impératrice-reine Marie-Thérèse. Le , après la paix d’Aix-la-Chapelle, l’impératrice élèvera le marquis de Botta-Adorno à l’un des postes les plus enviés de la monarchie impériale, celui de ministre plénipotentiaire.

Le Botta-Adorno arrive à Bruxelles en sa qualité de ministre de l’impératrice auprès et sous les ordres du gouverneur général Charles de Lorraine. La fonction du marquis de Botta était double puisque lorsque le prince se trouvait dans les Pays-Bas autrichiens, le marquis lui abandonnait les rênes du gouvernement. On l’appelait alors « ministre impérial ». C’est-à-dire, le premier après le gouverneur général, le principal conseiller, le ministre dirigeant du prince Charles. Sa mission principale était de procurer tout le soulagement possible aux provinces que la guerre de succession avait appauvries et énervées. L’acte le plus notable du marquis de Botta fut l’octroi et le creusement du canal Gand-Bruges et relança quelque peu le port d'Anvers. Le marquis avait aussi pour but de redresser l’armée. Il s’occupa avec la plus grande assiduité de passer les troupes en revue et d’assister à leurs exercices. Il travailla donc consciencieusement à réparer les maux de la dernière guerre en ranimant le commerce, et à rendre les Pays-Bas moins vulnérables en veillant à l’instruction et à la bonne organisation des troupes. Cependant Antoniotto de Botta-Adorno souhaitait quitter la cour du prince pour retourner en Italie.

Le , jour de son anniversaire, l’impératrice fit déclarer, selon l’usage, les « promotions » qu’elle avait arrêtées. C’est le que le marquis passa le flambeaux à son successeur, le comte de Cobenzl. Ce n’est qu’après avoir visité la Flandre, Paris et Vienne qu’Antoniotto Botta-Adorno retournera en Italie. Il mourut à Pavie en 1774.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Joseph Laenen, Le ministère de Botta-Adorno dans les Pays-Bas autrichiens pendant le règne de Marie-Thérèse : (1749-1753), Anvers, Librairie néerlandaise, , 297 p., p. 32
  2. Académie royale de Belgique, Biographie nationale de Belgique, Bruxelles, H. Thiry-Van Buggenhoudt, , 942 p., p. 765

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Hervé Hasquin (dir.), Dictionnaire d'Histoire de Belgique : Vingt siècles d'institutions, les hommes, les faits, Bruxelles, Didier Hatier, , 1e éd., 524 p. [détail des éditions] (ISBN 9782870886267)p. 53.
  • Werke Friedrichs des Großen - digitale Ausführung - Universitätsbibliotek - Trier
  • Michèle Galand, Etudes sur le XVIIIe siècle : Charles de Lorraine gouverneur général des Pays-Bas autrichiens (1744-1780), Bruxelles : Ed. de l'Université Libre de Bruxelles, 1993
  • Joseph Laenen, Le ministère de Botta-Adorno dans les Pays-Bas autrichiens pendant le règne de Marie-Thérèse : (1749-1753), Anvers : Librairie néerlandaise, 1901 lire en ligne
  • Biographie nationale, Bruxelles, H. Thiry-Van Buggenhoudt, 1866-1938

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]