Antonio Vico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antonio Vico
Image illustrative de l’article Antonio Vico
Biographie
Naissance
Agugliano Drapeau de l'Italie Italie
Ordination sacerdotale
Décès
Rome Drapeau de l'Italie Italie
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Pie X
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Callisto
Cardinal-évêque de Porto e Santa Rufina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Fonctions épiscopales Délégué apostolique en Colombie
Archevêque titulaire de Filippi
Nonce apostolique en Belgique
Nonce apostolique en Espagne
Préfet de la Congrégation des rites
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Antonio Vico (né le à Agugliano dans les Marches, États pontificaux et mort le à Rome), est un diplomate du Saint-Siège et un cardinal italien de l'Église catholique du début du XXe siècle, nommé par le pape Pie X.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un conseiller communal d'Agugliano, Luigi Vico, et entre au séminaire d'Ancône grâce aux libéralités du marquis Ruffini. Il entre au collège capracinien de Rome, puis poursuit ses études à l'université pontificale grégorienne, où il obtient un doctorat de philosophie, de théologie et utroque jure (droit canonique et civil). Il est ordonné prêtre en septembre 1873 à Ancône, à une époque où la papauté vient d'être privée des États pontificaux. Il est nommé secrétaire à la nonciature apostolique de Madrid en 1877 et trois ans plus tard à la délégation apostolique de Constantinople, sous le pontificat de Léon XIII. il est élevé au rang d'auditeur à la nonciature de Paris entre 1883 et 1887, puis retourne à celle d'Espagne de 1887 à 1893. Ensuite il est à la nonciature de Lisbonne de 1893 à 1897. Il est nommé délégué apostolique et légat extraordinaire en Colombie, le 24 novembre 1897 recevant sa consécration épiscopale avec le siège d'archevêque in partibus infidelium de Filippi[1], le 9 janvier 1898. Il collabore à la réalisation de l'accord entre les États-Unis et la Colombie à propos du canal de Panama.

Saint Pie X nomme Mgr Vico nonce apostolique à Bruxelles le 4 février 1904 (il évite une rupture entre l'abbé Daens et le pape), puis à Madrid avec facilité d'être légat a latere, le 21 octobre 1907. Pie X le crée cardinal-prêtre au consistoire du 27 novembre 1911 avec le siège de Saint-Calixte. Il intervient pour freiner les dissensions entre le gouvernement espagnol et le Saint-Siège. Il entame une carrière à la curie. Le cardinal Vico participe au conclave de 1914, à l'issue duquel Benoît XV est élu, et au conclave de 1922 (élection de Pie XI).

Il est camerlingue du Sacré Collège entre le 22 janvier 1915 et le 4 décembre 1916, puis il est nommé pro-préfet de la Sacrée Congrégation des rites, le 11 février 1915. Il est élevé à l'ordre de cardinal-évêque avec le siège de Porto et Sainte-Rufine, le 6 décembre 1915. Il devient préfet de la Sacrée Congrégation des rites le 8 juillet 1918, charge qu'il exerce jusqu'à sa mort. Il consacre solennellement la basilique de Montmartre le 16 octobre 1919[2] en présence d'un grand nombre de dignitaires ecclésiastiques. Le 30 septembre 1925, il décerne - en tant que légat du pape Pie XI - une rose d'or à la ville de Lisieux à l'issue d'une procession solennelle[3] et d'une messe avec des milliers de fidèles, en l'honneur de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus[4] qu'il a contribué à faire récemment canoniser (en tant que préfet de la Sacrée Congrégation des rites)[5], ainsi que Jeanne d'Arc et Gabriel de l'Addolorata. Il signe le décret reconnaissant l'héroïcité des vertus de Bernadette Soubirous[6], en décembre 1923.

Il meurt d'une grippe, un mois après le cardinal Tosi [7] et quatre mois après le cardinal De Lai. Il est enterré en l'église du Très-Saint-Sacrement d'Agugliano, sa ville natale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est consacré au collège Capranica
  2. L'Illustration du 25 octobre 1919, n° 3999
  3. Photographie du cardinal Vico à Lisieux
  4. Il dépose la rose d'or devant la chasse de la sainte cf illustration du cardinal Vico déposant la rose d'or
  5. Il déclare en effet: « il nous faut nous hâter de glorifier la petite sainte, si nous ne voulons pas que la voix des peuples nous devance. cf Biographie de sainte Thérèse de Lisieux par le diocèse de Fréjus-Toulon. »
  6. Vie de Bernadette Soubirous
  7. (en) The Pittsburgh press: article du 25 février 1929

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :