Antonio Tabucchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio Tabucchi
Description de cette image, également commentée ci-après
Antonio Tabucchi en 2008.
Naissance
Vecchiano (Italie)
Décès (à 68 ans)
Lisbonne (Portugal)
Activité principale
Écrivain, traducteur, professeur
Auteur
Langue d’écriture Italien, portugais
Genres

Antonio Tabucchi, né le à Vecchiano, mort le à Lisbonne[1], est un écrivain italien, traducteur et passeur de l'œuvre de Fernando Pessoa en italien. Il a été professeur de langue et littérature portugaise à l'université de Sienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonio Tabucchi est né à Vecchiano près de Pise le jour des premiers bombardements américains sur la ville. Il est fils unique d’un marchand de chevaux. Durant ses années d'études, il voyage en Europe pour étudier la littérature. C'est à Paris qu'il découvre Fernando Pessoa en lisant la traduction française du Bureau de tabac. Son enthousiasme l’amènera à découvrir la langue et la culture du Portugal, pays qui deviendra sa deuxième patrie. Il poursuit des études de littérature portugaise à l’université de Sienne et rédige une thèse sur le Surréalisme au Portugal. Passionné par l’œuvre de Pessoa, il l'a traduite dans son intégralité en italien, avec sa femme, Marie-José de Lancastre, rencontrée au Portugal.

Antonio Tabucchi (à droite), en compagnie du réalisateur Alain Corneau qui adapta au cinéma son roman Nocturne indien, à l'Institut français de Florence en 1989 lors du festival France Cinéma.

De 1987 à 1990, Antonio Tabucchi dirige l’Institut culturel italien à Lisbonne. La ville servira de cadre à plusieurs de ses romans. Il partage sa vie entre Lisbonne, Pise, Florence, voire Paris, et continue d’enseigner la littérature portugaise à l’université de Sienne. Il a beaucoup voyagé de par le monde (Brésil, Inde…). Ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues. Plusieurs de ses livres ont été adaptés : Nocturne indien par Alain Corneau au cinéma, ou Le Jeu de l'envers, par Daniel Zerki au théâtre.

Antonio Tabucchi est chroniqueur en Italie pour le Corriere della Sera et en Espagne pour El País. Il a reçu, entre autres distinctions littéraires, le prix Médicis de la meilleure œuvre étrangère en 1987, le prix Jean-Monnet en 1995, et le prix Nossack de l’Académie Leibniz en 1999[réf. nécessaire].

Au cours de la campagne électorale italienne de 1995, le protagoniste de son roman Pereira prétend est devenu un symbole pour l’opposition de gauche à Silvio Berlusconi, le magnat italien de la presse. Antonio Tabucchi lui-même a été très engagé contre le gouvernement Berlusconi. En tant que membre fondateur du Parlement international des écrivains, il a pris la défense de nombreux écrivains, notamment son compatriote Adriano Sofri.

En juin 2004, il figurait sur la liste du Bloc de gauche, petite formation de la gauche alternative portugaise, lors des élections européennes.

Il est l'auteur notamment de Nocturne indien (prix Médicis étranger 1987), de Pereira prétend (Sostiene Pereira) et de la Tête perdue de Damasceno Monteiro. Il a écrit directement en portugais Requiem.

Tabucchi succombe à un cancer le 25 mars 2012 à l'Hôpital de la Croix Rouge à Lisbonne, à l'âge de 68 ans.

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Femme de Porto Pim et autres histoires (Donna di Porto Pim, Sellerio, 1983), traduit de l'italien par Lise Chapuis, 1993, 128 p. (ISBN 2-267-00508-5) - recueil de nouvelles
  • Il se fait tard, de plus en plus tard (Si sta facendo sempre più tardi. Romanzo in forma di lettere, Feltrinelli, 2001), traduit de l'italien par Lise Chapuis et Bernard Comment, 2002, 308 p. (ISBN 2-267-01587-0)
  • La Tête perdue de Damasceno Monteiro (La testa perduta di Damasceno Monteiro, Feltrinelli, 1997), traduit de l'italien par Bernard Comment, 1997, 245 p. (ISBN 2-267-01405-X)
  • L'Ange noir (L'angelo nero, Feltrinelli, 1991), traduit de l'italien par Lise Chapuis, 1997, 161 p. (ISBN 2-267-01092-5)
  • L'Automobile, la Nostalgie et l'Infini - Lectures de Pessoa (Seuil, Paris, 1998)
  • Le Fil de l'horizon (Il filo dell'orizzonte, Feltrinelli, 1986), traduit de l'italien par Christian Paoloni, 1988, 96 p. (ISBN 2-267-00555-7)
  • Le Jeu de l'envers (Il gioco del rovescio e altri racconti, première édition : Il Saggiatore, 1981, puis Feltrinelli, 1988), traduit de l'italien par Lise Chapuis, 1993, 220 p. (ISBN 2-267-00550-6) - recueil de nouvelles
  • Le Petit Navire (Il piccolo naviglio, Mondadori, 1978), traduit de l'Italien par Lise Chapuis, 1999, 252 p. (ISBN 2-267-01399-1)
  • Les Oiseaux de Fra Angelico (I volatili del Beato Angelico, Sellerio, 1987), traduit de l'italien par Jean-Baptiste Para, 1989, 100 p. (ISBN 2-267-00649-9) - recueil de nouvelles
  • Nocturne indien (Notturno indiano, Sellerio, 1984), traduit de l'italien par Lise Chapuis, 1992, 128 p. (ISBN 2-267-00872-6) - rééd. avec une trad. de Bernard Comment, Gallimard, 2015, 128 p. (ISBN 978-2-07-043860-0)
  • Pereira prétend (prix du Livre oublié en 2004) (Sostiene Pereira. Una testimonianza, Feltrinelli, 1994), traduit de l'italien par Bernard Comment, 1995, 218 p. (ISBN 2-267-01290-1)
  • Petits malentendus sans importance (Piccoli equivoci senza importanza, Feltrinelli, 1985), traduit de l'italien par Martine Dejardin, éd. Christian Bourgois, 1987 ; nouvelle traduction sous le titre Petites équivoques sans importance, traduction de Bernard Comment, Gallimard, 2006 - recueil de nouvelles
  • Piazza d'Italia (Piazza d'Italia, première édition : Bompiani, 1975, puis Feltrinelli, 1993), traduit de l'italien par Lise Chapuis avec la collaboration de l'auteur, 1994, 188 p. (ISBN 2-267-01226-X)
  • Récits complets, traduit de l'italien par Lise Chapuis et Martine Dejardin, 1995, 495 p. (ISBN 2-267-01311-8)
  • Requiem (Requiem, Feltrinelli, 1992), traduit du portugais par Isabelle Pereira, avec la collaboration de l'auteur, 1998, 140 p. (ISBN 2-267-01140-9)
  • Rêves de rêves (Sogni di sogni, Sellerio, 1992), traduit de l'italien par Bernard Comment, 1994, 161 p. (ISBN 2-267-01248-0)
  • Romans 1 (Nocturne indien / le Fil de l'horizon / Requiem / Femme de Porto Pim), traduit de l'italien par Lise Chapuis et du portugais par Isabelle Pereira, 1996, 401 p. (ISBN 2-267-01379-7) - recueil de nouvelles
  • La Gastrite de Platon traduit de l'italien et avant-propos de Bernard Comment, 1997, (ISBN 2-84205-162-9)
  • Romans 2 (Piazza d'Italia / Pereira Prétend / La Tête perdue de Damasceno Monteiro), traduit de l'italien par Lise Chapuis et Bernard Comment, 1998, 569 p. (ISBN 2-267-01448-3)
  • Une malle pleine de gens. Essais sur Fernando Pessoa (Un baule pieno di gente. Scritti su Fernando Pessoa, Feltrinelli, 1990), traduit de l'italien par Jean-Baptiste Para, 1998, 183 p. (ISBN 2-267-01047-X)
  • Le Triste Cas de Monsieur Silva da Silva e Silva, traduit par Lise Chapuis, Fata Morgana, 2001, 32 p. (ISBN 978-2-85194-550-1)
  • Tristano meurt (Tristano muore. Una vita, Feltrinelli, 2004), traduit par Bernard Comment, Gallimard, 2004.
  • Le temps vieillit vite, traduit par Bernard Comment, Gallimard, 2009, 192 p. (ISBN 978-2-07-012588-3) - recueil de nouvelles
  • Le Mystère de la petite annonce chiffrée, nouvelle traduite par Lise Chapuis et contenue dans Hugo Pratt (préf. Michel Pierre), J'avais un rendez-vous [« Avevo un appuntamento »], Vertige Graphic, , 288 p. (ISBN 2-908981-20-3)
  • Voyages et autres voyages (Viaggi e altri viaggi Feltrinelli, 2010), traduit par Bernard Comment, Gallimard, 2014, 294 p. (ISBN 978-2-07-013545-5)
  • Pour Isabel. Un mandala (Per Isabel. Un mandala Feltrinelli, 2013), traduit par Bernard Comment, Gallimard, 2014, (ISBN 978-2-07-014714-4)

Quelques prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Jurys

Décorations[modifier | modifier le code]

Adaptations de son œuvre[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

La bande dessinée, en langue française, est remarquée, et est lauréate du Grand prix RTL de la bande dessinée 2016[2] et du Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique 2017[3] des Rendez-vous de l'histoire de Blois. Elle est également Finaliste du Prix Bédélys Monde 2016[4] (Québec), et Finaliste Grand prix de la critique ACBD 2017[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]