Antonio Gallonio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio Gallonio
Gallonio Tortures 1591 p01.jpg

Première planche du Traité des instruments de martyre..., gravée par Antonio Tempesta (1591).

Biographie
Naissance
Décès
Activités
Historien, ecclésiastiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Antonio Gallonio ou Galloni est un prêtre de la congrégation de l'Oratoire d'Italie, né à Rome en 1556 et mort dans cette même ville le 15 mai 1605.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonio Gallonio s'est appliqué, en étudiant les actes des martyrs, à rechercher les différents supplices qu'ils ont subi et des instruments dont on s'était servi pour les tourmenter. Il a publié en italien un ouvrage sur le sujet en 1591 avec des figures dessinées par Giovanni Guerra originaire de la région de Modène, peintre de Sixte V, et gravées par Antonio Tempesta (1555-1630). Il a traduit son livre en latin, l'a dédié au pape Clément VIII et l'a publié en 1594. Ce livre a ensuite éré publié à Paris en 1659 par Raphaël Trichet du Fresne (1611-1661). Il n'a pas seulement recueilli les supplices des martyrs mais également ceux se trouvant dans les écrits des auteurs anciens, tant profanes qu'ecclésiastiques. À cet ouvrage a été ajouté un traité imparfait de l' Equulus de Girolamo Maggi d'Anghiari qu'il avait écrit pendant qu'il était prisonnier chez les Turcs et dédié à François de Noailles, évêque de Dax, et ambassadeur du roi de France auprès de la Porte. À la fin du recueil a été ajouté un abrégé des trois livres de Juste Lipse sur le supplice de la croix chez les peuples de l'Antiquité.

Il a aussi écrit une Histoire des Vierges, les Vies de quelques martyrs, celle de saint Philippe de Neri, et un Traité du monachisme de saint Grégoire. Ce dernier traité a été écrit en 1604 pour défendre l'opinion de Baronius qui avait affirmé que saint Grégoire n'avait jamais été moine bénédictin et sur quelques privilèges de l'abbaye du Mont-Cassin et qui avait été attaqué par un moine de l'abbaye, Constantino Bellotti, Gregorius Magnus Instituto Sanctissimi P. Benedicti restitutis. Brixia in ædibus Policreti Turlini, publié en 1604[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Gallonio écrivit en latin et il traduisit également de l’italien vers le latin[2] Il a publié les ouvrages suivants :

  • Histoire des Vierges romaines, (en italien), 1591, in-4
  • Vies de quelques martyrs, (idem), 1597, in-4
  • Vita beati P. Philippi Nerri, Rome, 1600, in-4 ; Mayence, 1602, in-8
  • Trattato degli instrumenti di martirio e delle varie maniere di martirizzare... (Traité des instruments de martyre...), Rome, 1591, in-4, traduit en latin par l'auteur, ib., 1594, avec gravures sur cuivre d'Antonio Tempesta d'après les dessins de Giovanni Guerra ; réimprimé à Paris, 1695, in-4, et à Anvers, 1660, in-12 ; trad. française rééditée en 1904 par Charles Carrington [lire en ligne].
  • Liber apologeticus pro assertis in annalibus ecclesiasticis baronianis, de monachatu S. Gregorii papae, etc., Rome, 1604, in-4.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Cet article comprend du texte provenant de la Biographie universelle classique de 1829, article « GALLONIO (Antoine) », une publication tombée dans le domaine public.

  1. Giammaria Mazzuchelli,Gli scrittori d'Italia cioè Notizie storiche, e critiche intorno alle vite, e agli scritti dei litterati ialiani, Presso a Giambatista Bossini, Brescia, 1760, volume II, parte II, p. 708 (lire en ligne)
  2. Notice d'autorité de la BnF.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Gallonius, dans Louis Ellies Dupin, Nouvelle bibliothèque des auteurs ecclésiastiques, chez Pierre Humbert, Amsterdam, 1711, tome XVII, p. 4-8 (lire en ligne)
  • « Galloni ou Gallonio (Antoino) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, 1866-1877, volume 8, p. 968 [lire en ligne].
  • « Gallonio (Antoine) », dans François Pérénès, Dictionnaire de biographie chrétienne, Migne, 1851 ; citée in-extenso dans Traité des instruments de martyre..., réédité en 2002 (ISBN 2-84137-124-7), p. 5-7 [lire en ligne].
  • Antonio Gallonio, Traité des instruments de martyre et des divers modes de supplice employés par les païens contre les chrétiens, précédé de Musée chrétien des supplices par Claude Louis-Combet, Grenoble, Jérôme Millon, 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]