Antonio Franconi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio Franconi
Fonction
Directeur
Cirque-Olympique
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 99 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Activités
Enfants
Henri Franconi
Laurent Franconi (d)
Jean-Gérard Franconi  (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Antonio Franconi est un écuyer italien né à Udine le et mort à Paris le .

Arrivé en France vers 1760, il commença par être bateleur et médecin ambulant, puis établit à Lyon et à Bordeaux des combats de taureaux, s'associa en 1783 à l'écuyer anglais Philip Astley qui avait ouvert un manège à Paris, et fonda le théâtre équestre auquel il donna le nom de Cirque-Olympique, et qui acquit une vogue prodigieuse, notamment grâce à la danseuse de corde Mlle Malaga.

En 1798, il fonde à Rouen son premier cirque en rond.

Ses fils et ses petits-fils ont continué d'attirer le public par le talent de leurs écuyers et la perfection de la mise en scène de leurs pièces féeriques et militaires. Le dernier écuyer célèbre de ce nom est Laurent Franconi (1776-1849). Son fils Victor Franconi a fondé le 3 juillet 1845 un célèbre établissement parisien de spectacles en plein air, baptisé « l'Hippodrome  », et situé alors place de l'Etoile[1].

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (35e division)[2].

L'amphithéâtre de Franconi vu par Louis-Marie Prudhomme en 1804[modifier | modifier le code]

Amphithéâtre de Franconi, au jardin des Capucines.
Ce sont des chevaux dressés à divers exercices très-curieux. Mademoiselle Franconi danse sur des chevaux avec beaucoup de grâce. Chacun admire le cheval savant qui se couche, fait le mort, ramasse un fouet, un mouchoir, etc. Il y a autant de différence entre un cheval dressé par Franconi, et un cheval qui n'a que son instinct naturel, qu'il y en a entre un homme élevé à la cour, et un paysan qui n'est jamais sorti de son village[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Franconi, Écuyers et écuyères, histoire des cirques d'Europe (1680-1891), par le Baron de Vaux, J. Rotschild éditeur, Paris 1893, p.307.
  2. Domenico Gabrielli, Dictionnaire Historique du cimetière du Père-Lachaise XVIIIe et XIXe siècles, Ed. de l'Amateur, (ISBN 978-2859173463), p. 141
  3. Louis-Marie Prudhomme, Miroir de l'ancien et du nouveau Paris, avec treize voyages en vélocifères, dans ses environs. Tome 2 / . Ouvrage indispensable aux étrangers et même aux Parisiens, et qui indique tout ce qu'il faut connoître et éviter dans cette capitale. Orné d'un plan de Paris et de 18 gravures., Paris, Prudhomme, fils, rue des Marais, F. B. St.-G. Debray, rue St. Honoré, barrière des Sergens. An XIII. - (1804.), pp.315-316.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :