Antonio Bettini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un écrivain italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Antonio Bettini (Sienne, - ) était un religieux catholique et un écrivain italien actif au XVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'homme du clergé[modifier | modifier le code]

Antonio Bettini est né en 1396 à Sienne où en 1439 il a rejoint le couvent San Girolamo et a travaillé en étroite collaboration avec le pape Pie II. En 1461, Pie IIe le nomme évêque de Foligno.

Pour le pape Sixte IV, Bettini peut avoir voyagé en France (1474) et en Allemagne (1481).

Il se retira dans son couvent d'origine à Sienne en 1486 où il mourut un an plus tard.

Bettini était vénéré par les biographes et était parfois dénommé « Beato » (Bienheureux) (une étape vers la canonisation), mais cette désignation n'a jamais été suivie d'effet par l'église.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Antonio Bettini était connu comme un écrivain prolifique.

Son œuvre Monte Santo di Dio (1477) décrit comment utiliser la science et la vertu afin de parvenir à se rapprocher de Dieu. Ce travail, imprimé à Florence par l'éditeur-imprimeur Laurentii est particulièrement remarquable en ce qu'il est sans doute le premier ouvrage imprimé à contenir des estampes gravées sur feuille de cuivre[1]. Elles ont été exécutés par Baccio Baldini, d'après une suite de dessins de Sandro Botticelli. Il contient trois estampes : la première représente la montagne symbolique de laquelle est tiré le nom — une barrière infranchissable pour certains, une échelle de salut pour les autres — ; la deuxième représente Jésus-Christ debout au centre d'une gloire typique des artistes italiens (la mandorla) ; la troisième représente l'enfer[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vicompte Henri Delaborde, La Gravure en Italie avant Marc-Antoine : (1452-1505), Paris, J. Rouam, , 287 p. (lire en ligne), p. 47.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David McKitterick, Print, Manuscript and the Search for Order, 1450-1830. Cambridge, UK: Cambridge University Press, 2003.
  • Robert Munman, Sienese Renaissance Tomb Monuments. Philadelphie: The American Philosophical Society, 1993.
  • Walter Thomas Rogers, A Manual of Bibliography. Londres: H. Grevel & Co., 1891.
  • Jean Seznec, The Survival of the Pagan Gods: The Mythological Tradition and Its Place in Renaissance Humanism and Art. Trans. Barbara K. Sessions. Princeton: University of Princeton Press, 1953.

Liens externes[modifier | modifier le code]