Antonino Traina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antonino Traina
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activités
Période d'activité
depuis Voir et modifier les données sur Wikidata

Antonino Traina (né probablement à Palerme à une date inconnue ; floruit fin du XIXe siècle) est un lexicographe, philologue et écrivain italien. Il a travaillé dans le domaine de l'édition scolaire, s'est penché sur les problèmes linguistiques et a travaillé à la diffusion de la langue italienne après l'unification de l'Italie[1],[2]. Connu pour être l'éditeur du Nuovo vocabolario siciliano italiano (Nouveau vocabulaire sicilien-italien), l'un des premiers dictionnaires à noter des mots comme mafia défini comme un néologisme. Cela a été dévoilé dans un petit essai en 1972 qui raconte l'histoire de la mafia par Leonardo Sciascia, qui signale que ce mot apparaît avec Traina[3]. Antonino a immédiatement concurrencé le Nuovo dizionario siciliano-italiano (Nouveau dictionnaire sicilien-italien) de Vincenzo Mortillaro[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'études sur la vie d'Antonino Traina, car on sait peu de choses sur lui.

On pense qu'il est né à Palerme, puisque l'auteur l'affirme dans la dédicace à sa « ville natale », dans les premières pages du Vocabolarietto delle voci siciliane dissimili dalle italiane (Petit vocabulaire des entrées siciliennes différentes des italiennes), publié en 1877[5]. Cependant, en 2023, les archives biographiques municipales de Palerme, sous la lettre T, ignorent toujours le savant sicilien ou, en tout cas, ne l'incluent pas dans le contexte civique parmi les Palermitains illustres, la seule personne illustre portant le nom de famille Traina répertoriée étant un magistrat nommé Francesco Traina Gucciardi, de Misilmeri[6],[7].

Ses traces sont probablement mélangées avec un nombre indéterminé d'hommes homonymes qui ont vécu en Sicile. Dans ces mêmes années, en effet, un autre Antonino Traina vivait à Misilmeri, membre des Nuove Effemeridi Siciliane[8], orateur participant aux funérailles à la mémoire de Victor-Emmanuel II organisées par la municipalité en 1878[9]. Un autre homonyme possible est un avocat et président de la société « Unione e Lavoro operai Regia tabacchi esterni » à Palerme en 1890-91[10].

En 1867, comme on peut le déduire de la préface du Nuovo Vocabolario Siciliano-Italiano, Traina se rend à Florence[1]. À la fin des années 1860, c'est très probablement son ami Giuseppe Pitrè qui édite une grande partie du dictionnaire, « suivant l'impression, corrigeant les brouillons et complétant »[11]. Giuseppe Pitrè a également abordé ex professo le thème des « vocabulaires dialectaux » dans son essai en deux parties Dei vocabolari siciliani (Des vocabulaires siciliens)[12]. Plus tard, en 1869, avec Lionardo Vigo Calanna et Vincenzo Di Giovanni, Traina travaille avec « un groupe d'étude sur l'orthographe du sicilien, qui s'était réuni plusieurs fois à Palerme à l'initiative de Vigo »[13].

Traina se greffe à la riche tradition lexicographique de l'île, qui comprend des ouvrages de Giuseppe Vinci à partir des années 1700 (l'abbé, protopape de l'Église grecque de Messine, est l'auteur de l'Etymologicum siculum, publié en 1759), de Michele Pasqualino (Le noble de Bari Francesco Pasqualino résidant à Palerme, ainsi que son fils Michele, ont imprimé le Vocabolario Siciliano, etimologico, italiano e latino en 1795), de Michele Del Bono (père jésuite, il a fait imprimer à Palerme, pour l'imprimerie de Giuseppe Gramignani, la première édition en 3 volumes du Dizionario siciliano italiano e latino, de 1751 à 1754, et une seconde édition mise à jour et corrigée en 1783 en 4 volumes) et, au XIXe siècle, de Vincenzo Mortillaro[14].

Il fut l'un des premiers en Sicile à s'intéresser aux études lexicographiques, inspiré par la variété et les différences des dialectes de l'île[15]. Le Nuovo vocabolario siciliano italiano, à la recherche des caractéristiques distinctives du sicilien, s'est également révélé être un outil utile pour l'acquisition du lexique national[15],[16]. Publié sous forme de polycopié à partir de 1868[5], il a été achevé en 1873[17], suivi d'une deuxième édition en 1890 avec un supplément de 3 000 mots, réimprimé plusieurs fois sous forme anastatique, l'unique volume marque le début du progrès scientifique et sera suivi d'un « petit vocabulaire », « plus scientifiquement édité »[18] ; cependant, « elle aussi, tout en tenant compte des diverses langues vernaculaires de l'île, n'indique pas toujours leur origine, de sorte que les adeptes des études dialectales ont prévu la compilation de vocabulaires des diverses langues vernaculaires elles-mêmes »[18].

Ce vocabulaire sicilien a enregistré des centaines de mots en voie de disparition[19] : des noms de métiers (custureri « tailleur », vardunaru « cordonnier », curdaru « cordonnier », scuparu « fabricant de balais », robbavicchiaru « brocanteur », stagnataru « ferblantier », stagnataru « ferblantier », ammolacuteḍḍi « affûteur de couteaux », gnuri « conducteur de voitures de location »), aux travaux des champs (fumeri « épandeur de fumier », pisari « batteuse », marrùggiu « manche de houe »), à la culture alimentaire (frascàtula « porridge », ṭṛia « vermicelli », camiari « chauffer le four », fròcia « omelette », criscenti « levure »), aux jeux enfantins.

L'unification de l'Italie a entraîné de nouvelles conditions politiques et sociales. L'éducation linguistique des citoyens du nouvel État était nécessaire, afin de diffuser la langue italienne commune et nationale[13]. En 1877, Traina a ciblé le marché de l'édition scolaire[1]. En effet, il fait partie des théoriciens italiens qui, du Nord au Sud, ont élaboré « les lignes directrices de la première législation scolaire pour la langue italienne, ainsi que la pratique et les propositions théoriques et éditoriales d'autres enseignants tels que Francesco Soave et Francesco Cherubini », ou à travers les travaux de Giulio Tarra, Don Gianfrancesco Capurro (1810-1882) de Novi Ligure et de Traina.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Leggeri sghizzi su cose presenti: romanzetto, 1867.
  • Nuovo vocabolario siciliano-italiano, 1868.
    • Nuovo vocabolario siciliano-italiano: supplemento, 1873.
  • Grammatica siciliana, 1870.
  • Esercizii grammaticali contro gli errori provenienti dal dialetto da servire quali complemento alla grammatica italiana per le scuole elementari, serali, rurali, maschili e femminili in Sicilia, 2ª classe, 1874.
    • Esercizii grammaticali contro gli errori provenienti dal dialetto da servire quali complemento alla grammatica italiana per le scuole elementari, serali, rurali, maschili e femminili in Sicilia, 3ª classe, 1874.
    • Esercizii grammaticali contro gli errori provenienti dal dialetto da servire quali complemento alla grammatica italiana per le scuole elementari, serali, rurali, maschili e femminili in Sicilia, 4ª classe, 1874.
  • Vocabolarietto delle voci siciliane dissimili dalle Italiane: con saggio di altre differenze ortoepiche e grammaticali in aiuto all'unita della lingua e contro gli errori provenienti dal dialetto, 1877.
  • Nomenclatura siciliana-italiana con esercizii di pronta sostituzione delle voci nazionali a quelle vernacole e coi segni della pronunzia: 1ª classe elementare, 1877.
    • Nomenclatura siciliana-italiana con esercizii di pronta sostituzione delle voci nazionali a quelle vernacole e coi segni della pronunzia: 2ª classe, 1881.
    • Nomenclatura siciliana-italiana con esercizii di pronta sostituzione delle voci nazionali a quelle vernacole e coi segni della pronunzia: 3ª classe, 1879.
    • Nomenclatura siciliana-italiana con esercizii di pronta sostituzione delle voci nazionali a quelle vernacole e coi segni della pronunzia: 4ª classe, 1881.
  • Sillabario graduale per avviamento alla scrittura, lettura e pronunzia della lingua italiana, 1877.
    • Compimento del sillabario e primi esercizi graduali di Lettura corrente, 1877.
    • Cartelloni del Sillabario, 1877.
  • Donne danno!: novella, 1879.
  • Del festeggiato viaggio de’ reali d'Italia in Sicilia nel gennaio MDCCCLXXXI (1881), 1881.
  • Compimento del sillabario e primi esercizi graduali di Lettura corrente, 1887.
  • Italino ossia Il fanciullo italiano: letture educative e istruttive co segni della pronunzia: per le scuole elementari d'Italia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (it) Redazione, « Antonino Traina », sur Liber Liber (consulté le )
  2. (it) Michela Dota, « ‹‹IN AIUTO ALL’UNITÀ DELLA LINGUA E CONTRO GLI ERRORI PROVENIENTI DAL DIALETTO››. IL SILLABARIO E IL VOCABOLARIETTO DI ANTONINO TRAINA », Italiano LinguaDue, vol. 7, no 2,‎ , p. 169–196 (ISSN 2037-3597, DOI 10.13130/2037-3597/6813, lire en ligne, consulté le )
  3. (it) Giancarlo Macaluso, La storia della mafia, Barion, (ISBN 978-88-6759-001-8 et 88-6759-001-4, OCLC 898673336, lire en ligne)
  4. (it) Enrico Malato, Storia della letteratura italiana, vol. 7, Salerno, ©1995-©2005 (ISBN 88-8402-158-8, 978-88-8402-158-8 et 88-8402-179-0, OCLC 34190272, lire en ligne)
  5. a et b (it) Antonino Traina, Vocabolarietto delle voci siciliane dissimili dalle italiane: con saggio di altre differenze otroepiche e grammaticali in aiuto all'unità della lingua e contro gli errori provenienti dal dialetto, G.B. Paravia e comp., (lire en ligne)
  6. (it) « Consulta l'archivio biografico », sur Sito istituzionale del Comune di Palermo (consulté le )
  7. (it) « Archivio Biografico Comunale », sur Sito istituzionale del Comune di Palermo (consulté le )
  8. (it) Nuove effemeridi Siciliane, L.P. Lauriel., (lire en ligne [PDF])
  9. (it) Salvatore Malato Todaro, Esequie di S.M.Vittorio Emanuele II, re d'Italia nella cattedrale di Misilmeri: epigrafi ed orazione, P.Montaina & comp, (lire en ligne [PDF])
  10. (it) Francesco Palmigiano, Cronaca delle società operaie dal 1860 al 1890, Stab. tip. Nocera, (lire en ligne [PDF])
  11. (it) Gian Luigi Bruzzone, Giuseppe Pitrè ed Ernesto Monaci : un rapporto di studio e d'amicizia : nota presentata da Vittore Branca nell'adunanza del 27 maggio 2000, (lire en ligne)
  12. (it) Nuove effemeridi Siciliane, L.P. Lauriel., (lire en ligne)
  13. a et b (it) Giovanni Ruffino, Lingue e culture in Sicilia, Centro di studi filologici e linguistici siciliani, (ISBN 978-88-96312-68-1 et 88-96312-68-X, OCLC 853450878, lire en ligne)
  14. (it) « BOLLETTINO », sur CENTRO DI STUDI FILOLOGICI E LINGUISTICI SICILIANI (consulté le )
  15. a et b (it) Manlio Cortelazzo, I dialetti italiani : storia, struttura, uso, UTET, (ISBN 88-02-05925-X et 978-88-02-05925-9, OCLC 53109840, lire en ligne)
  16. (it) « Ottocento, lingua dell' in "Enciclopedia dell'Italiano », sur www.treccani.it (consulté le )
  17. (it) Giuseppe Maria Mira, Bibliografia siciliana: ovvero, Gran dizionario bibliografico delle opere edite e inedite, antiche e moderne di autori siciliani o di argomento siciliano stampate in Sicilia e fuori ..., G.B. Gaudiano, (lire en ligne)
  18. a et b (it) Carmelo Sgroi, Gli studi estetici in Italia nel primo trentennio del '900, La Nuova Italia, (lire en ligne)
  19. (it) Giovanni Ruffino, Sicilia, Laterza, (ISBN 88-421-0582-1 et 978-88-421-0582-4, OCLC 51621683, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]