Antonello Allemandi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allemandi.
Antonello Allemandi
Description de cette image, également commentée ci-après

Naissance
Milan
Lieux de résidence Suisse
Activité principale Chef d'orchestre
Style Musique lyrique et
musique symphonique
Activités annexes Pédagogue
Lieux d'activité Monde
Formation Conservatoire Giuseppe-Verdi de Milan, Mozarteum de Salzbourg, Académie musicale Chigiana de Sienne, Tanglewood
Maîtres Paolo Bordoni (piano), Azio Corghi (composition), Otmar Suitner, Gianluigi Gelmetti, Franco Ferrara, Leonard Bernstein et Seiji Ozawa (direction d'orchestre)

Antonello Allemandi est un chef d'orchestre italien né le à Milan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonnello Allemandi naît le à Milan[1].

Il suit des études musicales de 1968 à 1980 au Conservatoire Giuseppe-Verdi dans les classes piano de Paolo Bordoni et de composition d'Azio Corghi. Il étudie la direction d'orchestre entre 1977 et 1979 auprès d'Otmar Suitner au Mozarteum de Salzbourg, de Gianluigi Gelmetti et de Franco Ferrara à l'Académie musicale Chigiana de Sienne, puis de Leonard Bernstein et de Seiji Ozawa à Tanglewood[2].


Carrière[modifier | modifier le code]

Antonio Allemandi fait ses débuts de chef d'orchestre lors du Mai musical florentin en 1978 avec la création d'Actus III d'Azio Corghi. Il est assistant de Claudio Abbado à La Scala de Milan pour la création du Prometeo de Luigi Nono en 1985[1]. Il dirige ensuite le répertoire lyrique et le répertoire symphonique avec nombre d'orchestres italiens : Festival de Pesaro, Académie nationale Sainte-Cécile de Rome[3], RAI de Turin, Orchestre symphonique Giuseppe-Verdi de Milan[4], Teatro Regio et Festival Verdi de Parme, Théâtre de l'Opéra de Rome, Teatro comunale de Bologne, Teatro Regio de Turin, Teatro Massimo de Palerme[5]. Jacques Chancel le présente en 1981 dans un Grand Échiquier lors duquel il dirige l'Orchestre de l'Opéra national de Paris. Il est ensuite invité par l'Orchestre philharmonique de Radio France, l'Ensemble orchestral de Paris, l'Orchestre national de Lille, l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, l'Orchestre national des Pays de la Loire, et participe à plusieurs reprises à l'émission d'Ève Ruggiéri Musiques au cœur[3]. Il est directeur musical de l'Orchestre Colonne de 1992 à 1997[4].

Il débute en 1992 avec L'Élixir d'amour de Gaetano Donizetti à l'Opéra de Portland aux États-Unis puis en 1993 avec Le Barbier de Séville de Gioachino Rossini à l'Opéra d'État de Vienne où il dirige les années suivantes Les Puritains de Vincenzo Bellini, Le Trouvère et La Traviata de Giuseppe Verdi et à nouveau l'Élixir d'amour. En 1995 il est à Seattle avec Madame Butterfly de Giacomo Puccini et avec Un bal masqué de Giuseppe Verdi la même année à l'Opéra national de Paris où il dirigera la Tosca de Giacomo Puccini en 2010. En 1997 il est à nouveau à Seattle avec le Trouvère et avec Les Noces de Figaro de Wolfgang Amadeus Mozart mais également au Théâtre royal de Londres avec Le Barbier de Séville. Il retourne à Seattle en 2001 pour Tosca, en 2002 pour Un bal masqué, en 2004 pour Manon Lescaut de Giacomo Puccini[6].

Il fait ses débuts au Metropolitan Opera de New York en 2005 avec La Cenerentola de Gaetano Donizetti et au Théâtre national de Tokyo avec Turandot de Giacomo Pucini qu'il dirige également en 2012 au Théâtre Bolchoï de Moscou. La même année, il dirige Cavalleria rusticana de Pietro Mascagni et Paillasse de Ruggero Leoncavallo à Bombay[6] et Anne Boleyn de Gaetano Donizetti à l'Opéra national de Washington (en)[7],[8]. En 2013 il dirige Madame Butterfly à l'Opéra d'État Unter den Linden de Berlin[7]. L'Opéra d'État de Bavière à Munich l'invite en 2012 et 2015 pour La Cenerentola, en 2014 pour Le Barbier de Séville, en 2016 pour Norma de Vincenzo Bellini et pour Le Trouvère[7],[9]. Il est également engagé à Stuttgart, Hambourg, Dallas, Lausanne, Helsinki, Oslo, Kyoto, Osaka et en Israël[3]. En 2015 il est à Rouen avec Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti et à Dijon avec Le Turc en Italie puis à l'Opéra de Lille en 2016 pour La Cenerentola qu'il dirige ensuite à l'Opéra de Bilbao (es)[6].

Il dirige l'Orchestre de Cannes-Provence-Alpes-Côte d'Azur avec un programme de valses viennoises et avec la musique de Jacques Offenbach pour le concert du nouvel An 2017[10]. Il est ensuite au Baluarte (es) de Pampelune où il dirige Les Capulets et les Montaigu de Vincenzo Bellini en janvier 2017 puis à l'Opéra d'État de Bavière à Munich pour Guillaume Tell de Gioachino Rossini en mai 2017[6],[7],[9].

Entre 2008 et 2011 il donne des masterclasses de direction d'orchestre à l'École d'Opéra de Bologne[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il reçoit à l'occasion des cinquante ans de l'association en 2003 la médaille d'or de l'ABAO. Il est le chef qui a le plus dirigé à Bilbao (es) (27 titres en 19 ans)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale depuis 1990, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 2-221-10214-2, notice BnF no FRBNF39258649)
  2. « Antonello Allemandini », Opera Rara (lire en ligne)
  3. a, b et c « Allemandi Antonello direttore d'orchestra », Operissimo (lire en ligne)
  4. a, b et c « Antonio Allemandi, director musical », programme de La Cenerentola, ABAO/OLBE, 65e saison (lire en ligne)
  5. « Antonello Allemandi », Naxos (lire en ligne)
  6. a, b, c, d et e « Antonello Allemandi », olyrix.com (lire en ligne)
  7. a, b, c et d « Antonello Allemandi, chef d'orchestre : agenda », Operabase (lire en ligne)
  8. « Antonello Allemandi », The Kennedy Center (lire en ligne)
  9. a et b « Antonello Allemandi », Opéra d'État de Bavière (lire en ligne)
  10. « L'orchestre régional fête la nouvelle année avec Offenbach », Philippe Depetris, Nice-Matin, 6 janvier 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]