Anton Bruckner, apogée de la symphonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anton Bruckner, apogée de la symphonie
Auteur Paul-Gilbert Langevin et al.
Pays Drapeau de la France France
Version originale
Langue français
Éditeur Éditions L'Âge d'Homme
Lieu de parution Lausanne
Date de parution 1977
Version française
Nombre de pages 382
Chronologie
Précédent Le Siècle de Bruckner

Anton Bruckner, apogée de la symphonie, est le titre d'un ouvrage de musicologie du musicologue Paul-Gilbert Langevin, écrit en collaboration avec notamment Eric-Paul Stekel, Harry Halbreich, Gustav Kars, Edward Neill, Hans-Hubert Schönzeler et Claude-André Desclouds, paru en 1977 aux éditions L'Âge d'Homme, et consacré à l'œuvre du compositeur autrichien Anton Bruckner et de ses héritiers directs, et à la musique autrichienne des temps modernes. Il est basé sur la thèse de doctorat d'esthétique musicale écrite par l'auteur, à l'Université de Vincennes, sous la direction du philosophe et musicologue Daniel Charles, soutenue en 1974 et intitulée : Anton Bruckner, perspective esthétique et étude analytique en relation avec les éditions critiques.

Présentation de l'auteur[modifier | modifier le code]

Né près de Paris en 1933 et décédé à Paris en 1986, Paul-Gilbert Langevin tenait de son père, le grand savant et humaniste bien connu, un esprit scientifique et rationaliste qui n'excluait nullement la passion, l'idéalisme, en un mot le romantisme. Au premier aspect répondent ses études de physique, qui le conduisent à exercer une profession universitaire. Au second, sa constante ambition de s'exprimer dans un domaine artistique, qu'il concrétise en musique à la suite de deux chocs esthétiques décisifs et complémentaires. D'abord sa rencontre en 1951 avec le jeune chef d'orchestre Roberto Benzi ; puis en 1952, l'audition fortuite de la 7e symphonie d'Anton Bruckner.

De ce jour, et de la constatation du mépris où était alors tenu l'œuvre immense du maître symphoniste, date le combat brucknérien mené par l'auteur avec une opiniâtreté dont l'ouvrage Anton Bruckner, apogée de la symphonie porte témoignage en même temps qu'il en représente l'aboutissement. Les actes essentiels vont de la fondation en 1957 de la Société française Anton-Bruckner à la soutenance par l'auteur de sa thèse d'esthétique musicale à l'Université Paris 8 (1974), en passant par la publication d'une série d'articles, d'essais et de critiques dans différents périodiques, dont les deux éphémères revues fondées ou cofondées par lui : « L'harmonie du monde » et « Musicalia », ainsi que dans l'encyclopédie des musiques sacrées.

À côté d'Anton Bruckner, Paul-Gilbert Langevin s'est attaché à la redécouverte de tout le vaste répertoire de la période qu'il a qualifiée d'ethnoromantique ; et il a publié notamment des études sur : Ferruccio Busoni, Leoš Janáček, Guillaume Lekeu, Carl Nielsen, Max Reger, Franz Schmidt, Hugo Wolf... Son ouvrage Le Siècle de Bruckner introduit et complète Anton Bruckner, apogée de la symphonie, en offrant un panorama original de la musique autrichienne du romantisme schubertien au seuil de la révolution sérielle.

Paul-Gilbert Langevin était aussi l'auteur d'un scénario de film inédit, Symphonie transfigurée, où il a transposé son combat musical en créant le personnage d'un compositeur moderne attaché au respect d'un passé glorieux.

Présentation de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Né neuf ans avant Brahms et trente-six ans avant Mahler, Anton Bruckner, qui fut à Vienne le rival direct du premier et le modèle (sinon le maître) du second, aura dû, paradoxalement, céder le pas à la fois à l'un et à l'autre dans l'estime du public latin. Et bien des idées fausses persistent à son propos, qu'il s'agisse de son caractère « mystique », de son appartenance au « wagnérisme », des dimensions de ses symphonies ou des effectifs qu'elles requièrent. Pourtant, en dépit de tous les obstacles, et grâce au disque davantage qu'au concert, il a peu à peu conquis droit de cité dans l'esprit et le cœur de tous les authentiques mélomanes de nos pays, qui découvrent parfois avec stupeur les immenses horizons qu'il a ouverts au monde de l'orchestre. Le temps était donc venu de proposer une étude approfondie de son œuvre, et surtout des onze symphonies qui en constituent le noyau essentiel.

En s'attachant à une telle étude, Paul-Gilbert Langevin a laissé volontairement de côté le récit d'une vie somme toute peu fertile en traits romanesques, et qui se trouve déjà décrite dans plusieurs ouvrages d'initiation. En revanche, il a réalisé ici un véritable guide, rédigé dans un langage vivant et communicatif évitant l'abus de termes techniques, et qui s'adresse autant à l'amateur éclairé qu'au professionnel. À ce dernier, ce livre fournit en outre un instrument de travail indispensable par la richesse et la précision de son appareil critique: nombreux tableaux synthétiques, chronologie comparative, nomenclature d'œuvres et d'éditions, bibliographie française et étrangère, discographie, index.

Des quatre sections du texte principal, la première tente une étude globale de l'art du symphoniste, qu'il libère de tout un carcan d'idées reçues et, pour employer un mot qui prend ici tout son sens, « démystifie » en essayant de discerner, dans le caractère de l'homme et du musicien, les éléments innés des éléments acquis. Puis l'apport fondamental d'Anton Bruckner à la forme symphonique fait l'objet d'un examen méthodique au double plan de l'histoire et de la morphologie. Une description succincte des œuvres d'église précède ensuite la partie centrale, consacrée à l'analyse des symphonies dans leurs principales variantes. L'auteur est ainsi amené à un examen critique des multiples révisions opérées soit par le compositeur lui-même, soit, ce qui est très spécifique de son cas, par ses disciples et ses premiers interprètes, parfois même à son insu.

Les autres genres abordés par Anton Bruckner sont réunis dans la dernière section. Et en « compléments » sont proposées plusieurs contributions de spécialistes étrangers, dont chacune apporte une vision originale et précieuse de l'art du maître autrichien. Enfin, le récit de la lente progression de sa renommée en France est émaillé d'extraits de critiques qui montrent quel degré de virulence ont pu atteindre parfois les polémiques dont il fut l'objet, et dont aujourd'hui sa gloire posthume semble avoir définitivement triomphé.

Composition de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Avant-propos
    (l'avant-propos est introduit par la citation suivante d'André Malraux : « L'Art est le seul moyen d'exprimer l'Inconnaissable ».)
  • I. La personnalité et le style
    • 1. Généralités sur l'homme et l'esthétique
    • 2. L'art de la symphonie, les sources
    • 3. L'art de la symphonie, la morphologie
    • 4. Trois compléments
  • II. Le musicien d'église
  • III. Le symphoniste
    • Clés pour les analyses
    • 1. Les prémisses
    • 2. Symphonie posthume en mineur, Die Nullte
    • 3. Symphonie numéro 1 en ut mineur
    • 4. Symphonie numéro 2 en ut mineur
    • 5. Symphonie numéro 3 en mineur, Die Wagner Symphonie
    • 6. Symphonie numéro 4 en mi-bémol majeur, Romantique
    • 7. Symphonie numéro 5 en si-bémol majeur
    • 8. Symphonie numéro 6 en la majeur
    • 9. Symphonie numéro 7 en mi majeur
    • 10. Symphonie numéro 8 en ut mineur
    • 11. Symphonie numéro 9 en mineur
  • IV. Autres œuvres
    • 1. La musique de chambre
    • 2. Pièces pour instruments solistes
    • 3. Le chœur profane
    • Épilogue
    • Notes de lecture
  • Compléments
  • I. Témoignages, contributions, souvenirs
    • 1. Eric-Paul Stekel: ma tradition brucknérienne
    • 2. Hans-Hubert Schönzeler : interpréter Bruckner
    • 3. Anton Bruckner et la pensée allemande contemporaine
    • 4. Edward Neill : notre réalisation du finale de la Neuvième
    • 5. Harry Halbreich : un essai de synthèse
    • 6. Anton Bruckner et la France
  • II. Tableaux, nomenclature, documentation
    • 1. Tableaux morphologiques
    • 2. Table chronologique
    • 3. Nomenclature par genres
    • 4. Les éditions critiques
    • 5. Bibliographie
    • 6. Discographie
    • 7. Index
    • 8. Table des illustrations
  • Supplément musical : encart couverture

Références[modifier | modifier le code]

  • Paul-Gilbert Langevin, Anton Bruckner, apogée de la symphonie, Éditions l'Âge d'Homme, Paris, 1977.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]