Antoinette dans les Cévennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antoinette dans les Cévennes
Réalisation Caroline Vignal
Scénario Caroline Vignal
Acteurs principaux
Sociétés de production Chapka Films
Pays d’origine France
Genre Comédie
Durée 95 minutes
Sortie 2020


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Antoinette dans les Cévennes est une comédie française, écrite et réalisée par Caroline Vignal, sortie en 2020.

Le film fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2020, mais il n'a pas pu être présenté à la suite de l'annulation de la manifestation[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Antoinette, institutrice, attend avec impatience ses vacances d'été prévues avec Vladimir, son amant et le père d'une de ses élèves, Alice. En apprenant que Vladimir ne peut pas venir car Eléonore, sa femme, a organisé une randonnée surprise dans les Cévennes avec leur fille et un âne, Antoinette décide de suivre leur trace sur le Chemin de Stevenson, seule avec Patrick, un âne protecteur.

Après des débuts difficiles avec son âne pas toujours docile, elle finit par développer une certaine complicité avec lui, à force de lui raconter sa vie et ses multiples déboires sentimentaux. Lors de sa deuxième étape, elle s'égare et passe la nuit dehors, puis se rend compte le matin qu'elle est en fait revenue à son point de départ. C'est alors que Vladimir arrive dans le gîte, avec sa femme et sa fille. Ils sont bien sûr surpris de la voir, mais lui proposent de faire la route ensemble le lendemain.

Eléonore a compris quel type de relation Antoinette entretient avec son époux, et la prend à part pour lui décrire Vladimir comme étant un homme volage qui multiplie les conquêtes féminines, tout en restant malgré tout indéfectiblement attachée à sa femme. Antoinette décide alors de rompre avec lui.

Après une chute, Antoinette se fait une entorse et croit sa randonnée terminée. Mais une rebouteuse la guérira et elle pourra reprendre sa route. Elle arrive au terme de sa randonnée, mais elle se rend compte le lendemain matin que Patrick est déjà reparti avec un autre touriste alors qu'elle ne lui a pas dit au revoir. Elle court sur le chemin pour le rattraper, lui et l'homme qui a loué ses services. Celui-ci a quelque mal à le faire avancer. Il lui propose de l'accompagner un peu, elle finit par accepter, et le film se termine alors qu'ils cheminent ensemble.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le choix du patronyme d'Antoinette, Lapouge, est inspiré par celui de l'écrivain Gilles Lapouge, qui a préfacé certaines éditions (1991, 2017) de Voyage avec un âne dans les Cévennes, de Robert Louis Stevenson, livre référence pour Caroline Vignal.

« Pour le personnage de Laure Calamy, sans doute me suis-je inspirée du personnage de Delphine dans Le Rayon vert, qui est aussi une jeune femme en perdition, malheureuse, en été, qui finalement va trouver la lumière — un film qui a beaucoup compté pour moi comme un guide » explique la réalisatrice qui dit aussi avoir pensé au film La Revanche d'une blonde[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné dans les Cévennes (Florac, Pont de Montvert, La Borie) du 11 juin au 19 juillet 2019[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Sorti en septembre 2020, le film « a rencontré un succès inattendu au cinéma avec plus de 700 000 entrées[1] [avant sa sortie en DVD en février 2021]. »

Critique[modifier | modifier le code]

Antoinette dans les Cévennes
Score cumulé
SiteNote
Allociné4.0 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
La Croix4.0 étoiles sur 5[6]
Marianne4.0 étoiles sur 5[7]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 4,05 pour un total de 35 titres de presse.[8].

Pour Céline Rouden de La Croix,

« Dans cette comédie réjouissante de Caroline Vignal, Laure Calamy déploie toute la palette de son talent dans le rôle attachant de cette Antoinette qui part randonner avec un âne dans les Cévennes, sur les traces de son amant (et de Stevenson), pour mieux se retrouver elle-même[9]. »

Pour Olivier de Bruyn de Marianne,

« Cette comédie délicieuse et mélancolique offre le plus beau rôle de sa carrière à l’excellente Laure Calamy et s’impose comme l’une des belles surprises de la rentrée du côté du cinéma français[10]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Caroline Vignal : "Antoinette est une comédie et pourtant, beaucoup de gens me disent avoir pleuré" », France Culture, Le réveil culturel par Tewfik Hakem, le .
  2. http://www.languedoc-roussillon-cinema.fr/content/avant-premi%C3%A8res-antoinette-dans-les-c%C3%A9vennes
  3. « Autour des Nominations 2021 », sur Académie des César (consulté le 10 février 2021)
  4. Louise Vandeginste, « Laure Calamy va vous faire rire dans Antoinette dans les Cévennes », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  5. Nathalie Simon, « Garçon chiffon, Antoinette dans les Cévennes… Nos coups de cœur au festival d'Angoulême 2020 », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  6. « Antoinette dans les Cévennes : Critique presse », allocine.fr.
  7. « Antoinette dans les Cévennes : Critique presse », allocine.fr.
  8. AlloCine, « Antoinette dans les Cévennes: Les critiques presse » (consulté le 3 novembre 2020).
  9. « “Antoinette dans les Cévennes”, sur les traces de Stevenson », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 3 novembre 2020).
  10. « "Antoinette dans les Cévennes" : l’instit, l'amant et… l'âne », sur .marianne.net (consulté le 3 novembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]