Antoine de Galbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galbert et Defforey.
Antoine de Galbert
Naissance (61 ans)
Grenoble
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Président de Maison Rouge, Fondation Antoine de Galbert
Autres activités
Collectionneur et exploitant agricole
Formation
Famille

Antoine de Galbert-Defforey, (né en à Grenoble), est président de La Maison rouge, fondation d'utilité publique, collectionneur d'art contemporain, et exploitant agricole[réf. nécessaire].

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine de Galbert-Defforey est l'arrière-petit-fils d'un industriel en Isère qui entreprit des fouilles archéologiques au bord du Rhône, dans une villa gallo-romaine à côté du hameau d’Etain[1] et fils adoptif de Charles Defforey et Nicole de Galbert, Antoine de Galbert est un des héritiers du groupe Carrefour.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble en 1979, Antoine de Galbert-Defforey devient en 1980 contrôleur de gestion de supermarchés avant d'ouvrir une galerie d'art à Grenoble en 1987. Il commence par collectionner plus de trois mille bandes dessinées[2]. Il se constitue peu à peu une collection, qu'il réunit autour d'une fondation privée, et ouvre en 2000 un lieu d'exposition, La Maison rouge, située boulevard de la Bastille à Paris, pour sa fondation reconnue d'utilité publique en 2000. Elle est inaugurée en 2004.

En janvier 2017, Antoine de Galbert annonce la fermeture de la Maison rouge à l'horizon 2018 en expliquant qu'une éventuelle fin de l'aventure était programmée[3]. Il voit d'un mauvais œil l'explosion financière de l'art contemporain[4].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Actuellement, Chateaudelucey.com (consulté le 12 mars 2017)
  2. Philippe Piguet, Ma collection est un vrai bordel, Lejournaldesarts.fr, 6 octobre 2011 (consulté le 12 mars 2017)
  3. Élodie de Dreux-Brézé, Antoine de Galbert ferme les portes de La Maison rouge en 2018, Connaissancedesarts.com, 12 janvier 2017 (consulté le 12 mars 2017)
  4. Elisabeth Couturier, Antoine de Galbert voit rouge, Parismatch.com, 20 juillet 2014 (consulté le 12 mars 2017)
  5. a et b Sabine Gignoux, Antoine de Galbert, collectionneur en liberté, La-croix.com, 21 juin 2010 (12 mars 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]