Antoine d'Orléans (1775-1807)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine d'Orléans.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Antoine d'Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après

Le duc de Montpensier, portrait par Amédée Faure, Versailles, Musée national des Châteaux et Trianons.

Titre

duc de Montpensier

Biographie
Dynastie Maison capétienne d’Orléans
Naissance
Palais-Royal, Paris (France)
Décès (à 31 ans)
Salthill (Angleterre)
Père Louis-Philippe d’Orléans
Mère Marie-Adélaïde de Bourbon
Enfants Jean-Antoine-Philippe Dentend

Antoine-Philippe d’Orléans (Paris, - Salt Hill, ), duc de Montpensier, est un aristocrate français membre de la maison capétienne d’Orléans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils cadet de Louis-Philippe d’Orléans (1747-1793), duc de Chartres puis duc d’Orléans, futur « Philippe Égalité », et de la duchesse Marie-Adélaïde de Bourbon, Antoine-Philippe d'Orléans naît au Palais-Royal à Paris le et est ondoyé le même jour par Jean-Baptiste Talon, aumônier du duc d'Orléans, en présence de Jean-Jacques Poupart, curé de l'église Saint-Eustache à Paris et confesseur du roi[1].

Le , Antoine-Philippe d'Orléans est baptisé, le même jour que son frère aîné Louis-Philippe, duc de Chartres puis duc d'Orléans (1793) et futur roi des Français, dans la chapelle royale du château de Versailles par l'évêque de Metz Louis-Joseph de Montmorency-Laval en présence d'Aphrodise Jacob, curé de l'église Notre-Dame de Versailles. Leur parrain est le roi Louis XVI, leur marraine la reine Marie-Antoinette[2].

Il est élevé avec son frère auquel une profonde affection le lie. Ils ne seront séparés que pendant la Terreur et les événements qui s'ensuivront, entre 1793 et 1797.

En 1791, il est nommé sous-lieutenant dans le régiment de son frère, alors duc de Chartres, dit le « Général Égalité », en qualité d'aide de camp. Il est nommé adjudant général avant la bataille de Jemmapes, à laquelle il participe comme son frère. À Paris au moment du procès de Louis XVI, il tente, mais sans succès, de convaincre son père de ne pas voter la mort du roi. Alors adjudant général à l'armée du Var, il est décrété d'arrestation en même temps que tous les Bourbons en avril 1793 et incarcéré au fort Saint-Jean à Marseille. Il y contracte la tuberculose qui finira par l'emporter.

Son fils naturel, Jean-Antoine-Philippe Dentend (1797-1858), deviendra le notaire de la maison d'Orléans (à ce titre, il est chargé de rédiger l'acte de donation des biens personnels de Louis-Philippe à ses enfants juste avant son accession au trône en 1830).

Le 13 fructidor an IV (30 août 1796), le Directoire décide enfin son élargissement et ordonne qu'il soit transféré à Philadelphie où le chargé d'affaire de la République française aux États-Unis doit lui verser une pension annuelle de 15 000 francs. Il s'embarque le 5 novembre 1796.

En février 1797, accompagné de son frère puîné le comte de Beaujolais, il rejoint son frère aîné à Philadelphie. Pendant deux années, ils voyagent en Nouvelle-Angleterre, dans la région des Grands Lacs et le Mississippi. Ils rentrent en Europe en 1800 et s'installent en Angleterre à Twickenham (Highshot House, Crown Road, immeuble détruit en 1927).

Gisant édifié par sa sœur, Adélaïde d'Orléans, au Domaine royal de Randan.

En 1807, la tuberculose pulmonaire qu'il avait contractée, tout comme le comte de Beaujolais, connait une aggravation. Le duc d'Orléans veut alors l'emmener dans le Devonshire pour qu'il y bénéficie du bon air mais à douze miles de Twickenham, ils doivent s'arrêter dans une auberge à Salthill (près de Windsor). Il a une crise d'étouffement, refuse l'éther qu'on veut lui administrer, murmure à l'adresse de son frère « Give me your hand, I thought I was dying » (« Donne-moi ta main, j'ai cru que je mourais »)[réf. nécessaire] et meurt.

Louis-Philippe fait célébrer un service funèbre à la chapelle catholique de King Street à Londres, auquel assiste son cousin le futur Charles X , et obtient, grâce à Edward Augustus, duc de Kent et Strathearn, que son frère ait une sépulture à l'abbaye de Westminster.

Une rue de Paris porte son nom.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Activité picturale[modifier | modifier le code]

Élève du peintre Myris, Antoine-Philippe d'Orléans s'adonna à la peinture, et à la lithographie sous la conduite de Philippe André[Qui ?]. On connaît de lui :

  • Portrait de Symonds mendiant de Kingston sur la Tamise, tableau peint en 1804, conservé de nos jours au musée Condé à Chantilly.
  • Paysage d'imagination, tableau peint en 1805, idem[3].
  • D'autre part le roi Louis-Philippe conservait dans sa collection personnelle cinq autres peintures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les registres paroissiaux de Paris ayant disparu en 1871 pendant les incendies de la Commune de Paris, cette indication se trouve dans l'acte de baptême du 12 mai 1788, Registre des baptêmes (1788) de la paroisse Notre-Dame de Versailles, Archives départementales des Yvelines
  2. Registre des baptêmes (1788) de la paroisse Notre-Dame de Versailles, Archives départementales des Yvelines
  3. Voir les reproductions et l'historique sur la base Joconde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]