Antoine Vey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antoine Vey
Image dans Infobox.
Antoine Vey en 2019.
Biographie
Naissance
Nationalité
Drapeau : France Français
Formation
Activité
Autres informations
Domaine

Antoine Vey, né le au Puy-en-Velay, est un avocat pénaliste français, co-fondateur en 2016 du cabinet Dupond-Moretti & Vey, devenu en 2020 cabinet Vey & Associés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Vey naît le 9 mai 1984 au Puy-en-Velay, où son père, Régis Vey, est notaire, et sa mère pharmacienne-biologiste[1].

Il étudie le droit à l'Université de Cambridge puis à l'Université Panthéon-Assas. Il est également diplômé de l’Institut d'études politiques de Paris où il a suivi la filière « Affaires publiques »[2] et où l'un de ses professeurs est François Hollande[3].

Pendant ses études, il participe à différents concours de plaidoiries et remporte notamment le concours national de la conférence Lysias en 2008. En février 2010, il organise la première édition de la « Nuit de l’éloquence », événement qui réunit des personnalités du monde judiciaire, littéraire et politique autour de joutes verbales[1],[4].

En 2013, il est élu 9e secrétaire de la conférence des avocats du barreau de Paris[2].

Il a été élu personnalité de la Haute-Loire en 2017, selon les lecteurs du Progrès[5].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

À la suite de sa rencontre avec l’avocat pénaliste Olivier Metzner[1], Antoine Vey décide de s’orienter vers le droit pénal. Il prête serment comme avocat le et s’inscrit au barreau de Paris[6]. Il est recruté au sein du cabinet Metzner & associés intervenant alors dans plusieurs contentieux fortement médiatisés (les affaires Clearstream, Kerviel, Bettencourt, EADS, etc.).

Il intègre ensuite la SCP Spinosi & Sureau, cabinet d’avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation. Il y collabore notamment avec Patrice Spinosi sur des questions liées à la procédure d’assises ou aux libertés fondamentales.

En 2013, Antoine Vey est recruté par Éric Dupond-Moretti, qui lui confie la création d’un cabinet secondaire, à Paris, tourné vers la pratique du droit pénal des affaires et le développement international[1]. En 2016, ils s'associent pour fonder le cabinet Dupond-Moretti & Vey[7]. Il est également inscrit au barreau de Genève, ce qui lui permet d’intervenir en Suisse[8].

Antoine Vey enseigne à Sciences-po Paris, ainsi qu'à l’École de formation professionnelle des barreaux (EFB). Selon Les Échos, il fait partie en 2018 d'une nouvelle génération d'avocats spécialisés dans le droit pénal des affaires[9]. En 2019, GQ le classe à la 8e place du classement des 30 avocats les plus puissants de France[10].

En juillet 2020, après la nomination comme garde des Sceaux d’Éric Dupond-Moretti, qui de ce fait cesse ses activités d'avocat, Antoine Vey change le nom du cabinet qui devient Vey & Associés[11].

Principales affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Me Vey acquiert une réputation de ténor du barreau parisien dans le sillage d'Éric Dupond-Moretti. Pour lui, être l'associé d'Acqittator est à la fois prestigieux et terriblement compliqué[5]. À ce sujet, il déclare : « J’ai eu une relation de maître à élève, mais ça s’est arrêté. Maintenant, on a un rapport d’associé à associé. »[5]. Il intervient à ses côtés dans plusieurs affaires qui défraient la chronique, notamment la défense de Jérôme Cahuzac[12] ou de Georges Tron (renvoyé pour viols devant la cour d’assises de Bobigny en [13],[14],[15]), l’affaire Théo[16], le scandale de la viande de cheval[17], les victimes de l’amiante[18], le procès d'Abdelkader Merah[19] et l'affaire Air Cocaïne[5], la défense de Patrick Balkany dans l'affaire Balkany[20] (en novembre 2019, celui-ci se sépare de ses deux avocats, son épouse déclarant « on ne peut plus suivre financièrement »[21]).

Il est l'avocat français de Julian Assange[22].

Son appétit fait des jaloux parmi ses anciens collègues de la conférence du barreau de Paris qui décrivent un « très, très grand ambitieux, avec un gros problème : sa recherche viscérale de reconnaissance »[5].

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 2013, il participe au tournage du film 9 mois ferme réalisé par Albert Dupontel et dans lequel il tient le rôle d’un journaliste[23],[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Antoine Vey, l'éloquent du Puy-en-Velay », sur FIGARO, (consulté le 3 juillet 2019)
  2. a et b « Portrait - Antoine Vey, défendre avant tout », sur Émile Magazine (consulté le 13 juin 2019)
  3. Vanity Fair et Condé Nast Digital France, « Quand Hollande était mon prof », sur Vanity Fair, (consulté le 18 décembre 2018)
  4. « Éloquence et profession d'avocat : la parole est à la défense | Lextenso.fr », sur www.lextenso.fr (consulté le 3 juillet 2019)
  5. a b c d et e « Du procès Merah à celui d’« Air Cocaïne », Antoine Vey, contre-ténor du barreau parisien », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2020)
  6. « Maître Antoine VEY | Avocat Paris (75008) | Doctrine », sur Doctrine (consulté le 4 avril 2018)
  7. « Le cabinet Dupond-Moretti & Vey a constitué son équipe - LE MONDE DU DROIT : le magazine des professions juridiques », sur www.lemondedudroit.fr (consulté le 10 avril 2020)
  8. Alice Pairo-Vasseur, « Me Antoine Vey, l'antithèse de Dupond-Moretti », sur Le Point, (consulté le 11 décembre 2019)
  9. Valerie de Senneville / Journaliste Delphine Iweins / Journaliste, « Droit pénal des affaires : la relève », sur lesechos.fr, (consulté le 12 décembre 2018)
  10. « Les 30 avocats les plus puissants de France », sur GQ France (consulté le 25 octobre 2019)
  11. Paule Gonzalès, « Eric Dupond-Moretti coupe tous ses liens avec son métier d’avocat », sur Le Figaro.fr, (consulté le 10 juillet 2020)
  12. « Placé sous bracelet électronique, Jérôme Cahuzac n'ira pas en prison », sur Europe 1 (consulté le 29 novembre 2020)
  13. « Affaire Tron: finalement, la cour d'assises ordonne le renvoi du procès », sur LExpress.fr, (consulté le 3 juillet 2019)
  14. « Georges Tron accusé de viols », sur LExpress.fr, (consulté le 3 juillet 2019)
  15. « Plaintes pour viols : Georges Tron devant les assises », sur Libération.fr, (consulté le 3 juillet 2019)
  16. « Affaire Théo : les avocats demandent une nouvelle expertise des vidéos », sur France 3 Paris Ile-de-France (consulté le 3 juillet 2019)
  17. « Procès du scandale de la viande de cheval : pour la défense, les prévenus sont "les boucs émissaires d'un système" », sur France 3 Occitanie (consulté le 3 juillet 2019)
  18. « L'indemnisation du préjudice d'anxiété peut être accordée à tout salarié exposé à l'amiante », sur www.efl.fr (consulté le 3 juillet 2019)
  19. BFMTV, « Procès Merah: dans les coulisses des plaidoiries d'Eric Dupond-Moretti », sur BFMTV (consulté le 3 juillet 2019)
  20. Alice Pairo-Vasseur, « Me Antoine Vey, l'antithèse de Dupond-Moretti », sur Le Point, (consulté le 29 novembre 2020)
  21. Le Point.fr, « Patrick Balkany se sépare de ses deux avocats », sur Le Point, (consulté le 9 avril 2020)
  22. Geoffrey Tomasovitch, « « Julian Assange est victime d’une torture institutionnelle», assure son avocat », », sur Le Parisien.fr, (consulté le 17 novembre 2020)
  23. « La réforme pénale "va rendre le système plus cohérent", juge un avocat », sur RTL.fr (consulté le 10 juillet 2020)
  24. 9-Month Stretch (2013) - IMDb (lire en ligne)