Antoine Scipion de Joyeuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joyeuse.
Antoine Scipion de Joyeuse
Biographie
Naissance vers 1565
Décès
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité 1581
Prieur de Toulouse
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction laïque
Duc de Joyeuse de 1590 à 1592

Antoine Scipion de Joyeuse est né vers 1565 et mort le [1].
Membre de la Maison de Joyeuse, il était le fils de Guillaume de Joyeuse et de Marie de Batarnay. Il était le frère d'Anne de Joyeuse et du cardinal François de Joyeuse.
En 1581 il rentre de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[2] Chevalier de Malte et prieur de Toulouse[réf. nécessaire], puis duc de Joyeuse de 1590 à 1592.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de religion, il seconda son père, avant de lui succéder comme lieutenant général du Languedoc, le 17 mars 1592.
En 1589, à la mort d'Henri III il rejoint la Ligue. Chef de guerre habile, mais brutal : secondé par un certain Barudel, un ancien boucher, il fit exécuter des blessés à Montastruc (10 mai 1590) et fut réputé pour tuer "sans distinction d'âge ny sexe".
En mai 1592, Scipion fut vainqueur à Lautrec, puis assiégea Villemur le 10 septembre 1592. Le 19 octobre, ses troupes furent assaillies par des renforts de troupes protestantes, et par des troupes du duc d'Épernon rallié à Henri IV, venues de Montauban et fortes de 500 chevaux et 3 000 arquebusiers. Prise au piège entre Villemur et les renforts, l'armée de Scipion de Joyeuse se débanda et s'enfuit vers le Tarn. Scipion fut emporté par le courant et s'y noya[1].
Il fut jugé à l'époque comme "Un flambeau qui eust entièrement embrasé le Languedoc sy la rivière du Tarn ne l'eust esteint".
[3]. Il fut inhumé dans le chœur de l'église St Étienne de Toulouse.

Références[modifier | modifier le code]

  • GACHES (J.), Mémoires sur les Guerres de religion à Castres et dans le Languedoc (1555-1610).
  • LACOUSSE (Magali), Le cardinal François de Joyeuse, Thèse d'école des Chartes, 1991.
  • Messieurs de Joyeuse (1560-1615) -Pierre de Vaissière- Albin Michel.Ed- Paris 1926.

Liens[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Raynal, Histoire de la ville de Toulouse, Jean François Forest, (présentation en ligne)
  2. de La Roque, Catalogue des Chevaliers de Malte appelés successivement Chevaliers de l'ordre militaire et hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, Alp. Desaide, 1891, col. 124
  3. http://www.archive.org/stream/mmoiresdejacque00pradgoog/mmoiresdejacque00pradgoog_djvu.txt